Accueil > Actualités > Déclaration de la CGT Educ’Action 94 au CTSD du 18 septembre 2018

Actualités

Déclaration de la CGT Educ’Action 94 au CTSD du 18 septembre 2018

samedi 22 septembre 2018, par CGT Educ’Action 94

Madame la Directrice académique, Mesdames et Messieurs les membres du Comité Technique Spécial du Département du Val-de-Marne,
Chercher à élever le niveau de formation et de qualification de la jeunesse devrait être notre ambition commune. Ce n’est pourtant pas le choix que fait le gouvernement en renforçant l’employabilité au détriment du niveau de formation. En effet, les différentes réformes - celle du collège, du lycée général et technologique et du lycée professionnel, Parcoursup… - n’ont fait que concourir à dégrader un peu plus le service public d’éducation en accentuant les inégalités sociales existantes.
Les annonces du Ministre de l’Éducation nationale, par voie de presse, de supprimer 1800 postes dans le second degré est une provocation de plus alors qu’une augmentation de 40 000 élèves est prévue en 2019.
La pression démographique qui se fait sentir dans nos collèges révèle davantage encore l’insuffisance des structures et des dotations. Dans ce contexte, les enseignants et les élèves subissent une dégradation importante de leurs conditions d’enseignement et d’éducation.
L’ajout d’une deuxième heure supplémentaire imposée dans les services des enseignants du second degré n’est pas une solution : elle ne fera qu’accentuer la charge de travail des enseignants, pesant sur leur vie professionnelle et familiale, et creusant les écarts de salaire déjà existants entre les femmes et les hommes.
La CGT est attachée à un service public d’éducation nationale de qualité et porte d’autres propositions, notamment : la création de postes statutaires en nombre suffisant et la titularisation des personnels précaires ; le dégel du point d’indice et l’augmentation immédiate des salaires et des retraites de 400 euros pour toutes et tous.
Pour en venir à ce qui concerne plus directement ce CTSD sur les ajustements de rentrée dans les collèges du département, nous souhaitons aborder plusieurs points :
—  Les vies scolaires des collèges du département sont sous tension du fait de l’augmentation des effectifs. Les personnels de ces services remplissent pourtant des missions essentielles au bon fonctionnement de nos établissements
—  De même, malgré l’augmentation des effectifs élèves, les postes administratifs n’ont que très peu augmenté. L’annonce faite par le ministre de la suppression de 400 postes aura des conséquences importantes dans les établissements. Les missions de ces agents sont indispensables à leur bon fonctionnement.
—  Par ailleurs, l’affectation des enseignants non-titulaires reste problématique et ce, malgré la mise en place de contrats à l’année dès le mois de juillet. L’absence de remplacement ou d’affectation dans certaines disciplines met en difficulté les personnels, les établissements et pénalisent les élèves. Là encore, les services administratifs de la DPE2 doivent être pourvus des postes administratifs nécessaires pour pouvoir remplir cette mission devenue malheureusement cruciale avec le développement de la précarité. La CGT Educ’Action revendique la tenue d’une CCP d’affectation pour améliorer cette situation, dans l’intérêt des personnels et du service public.
—  Enfin, nous souhaiterions attirer votre attention sur plusieurs situations d’établissements :
—  Le collège Paul Klee de Thiais subit une forte augmentation du nombre d’élèves par AED qui passent de 99 à 114.
—  Les collèges de Choisy-le roi dont deux établissements REP subissent de fortes augmentations d’effectifs.
—  Le collège Paul Vaillant-Couturier de Champigny sur Marne réclame toujours la création d’un troisième poste de CPE.
—  Le collège Pierre Brossolette de Villeneuve-Saint-Georges, dont le taux d’encadrement est de 74 élèves par AED alors que le taux moyen d’encadrement dans les collèges de la commune est de 66 élèves par AED, demande le renforcement du nombre d’AED afin d’accompagner convenablement les plus de 630 élèves de l’établissements. Des phénomènes de jeux dangereux dans la cour se sont multipliés ainsi que des menaces proférées envers les enseignants.
—  Le collège Casanova de Vitry-sur-Sseine demande la création d’un second poste de CPE.

Je vous remercie pour votre attention.