Accueil > Actualités > Touche pas à ma ZEP

Actualités

Mobilisation des lycées ex-Education prioritaire

Touche pas à ma ZEP

vendredi 7 octobre 2016, par CGT Educ’Action 94

Lors de la réforme de l’Éducation prioritaire, annoncée à l’automne 2014, la ministre avait d’emblée exclu les lycées du périmètre de l’Éducation nationale.

Les mobilisations qui ont suivi les premières annonces ainsi que les pressions des organisations syndicales, dont la nôtre, avait abouti à la promesse, lors du Comité Technique Ministériel (CTM) de décembre 2014, chargé d’examiner la nouvelle carte des REP et REP+, qu’une carte des lycées en Éducation prioritaire serait publiée plus tard.

De fait, les textes réglementaires traitant des modalités de fin de versement de l’Indemnité de Sujétion Spéciale ZEP pour les établissements et écoles sortant de l’Éducation prioritaire, font référence à une future liste de lycées relevant de l’Éducation prioritaire.

La CGT Éduc’action a plusieurs fois écrit à la ministre pour que cette liste soit enfin annoncée.

En effet, faute de la parution de cette liste, les lycées anciennement classés ZEP, ne font plus parti de l’Éducation prioritaire.

Nous avions appelé plus spécifiquement les personnels concerné-es à se mobiliser le 26 janvier 2016 dans le cadre de la journée de grève contre la réforme du collège et pour les salaires dans la fonction publique.

Nous avons enfin reçu une réponse de la ministre au printemps 2016, en même temps que celle fournie à un député des Hauts-de-Seine et au maire de Nanterre, signifiant que l’Éducation prioritaire s’arrêtait à la scolarité obligatoire (avant que la même ministre annonce, à titre personnel, son souhait de voir s’étendre la scolarité obligatoire à 18 ans…).

Le souhait personnel de la ministre ne semblant pas devoir être suivi d’effets d’ici la fin du quinquennat, cette réponse exclut, de fait, les lycées de l’Éducation prioritaire.

Pour notre organisation, la sortie des lycées de l’Éducation prioritaire est parfaitement inacceptable.

Les difficultés sociales ne disparaissent pas comme par magie à la rentrée en lycée.
La sortie des établissements va se traduire par une dégradation des conditions de travail des personnels et d’étude des élèves.

La fin de l’indemnité et des bonifications mouvement sont un affront pour les collègues qui exercent dans des conditions de travail difficiles. Elle risque, en outre, d’empêcher la stabilité des équipes, voire conduire à une fuite des personnels les plus anciens de ces établissements avant de perdre le bénéfice des points APV accumulés.

La CGT Éduc’action exige donc qu’une nouvelle carte élargie des lycées en Éducation prioritaire soit discutée.

En effet, alors que bon nombre de LP accueillent un public dont les difficultés sociales n’ont rien à « envier » aux collèges classés REP ou REP+, beaucoup n’étaient pas classés en EP.

Il est temps que ces LP le soient, qu’ils bénéficient de classes moins surchargées et que la difficulté d’y exercer soit reconnue pour les personnels (financièrement et en terme de mouvement).

Cette carte devra donc prendre en compte l’origine sociale et géographique des élèves et non pas la commune de l’établissement (certains LP n’étant pas classés car situés dans une commune bourgeoise alors qu’ils accueillent les enfants de communes populaires limitrophes, par exemple).

La mobilisation est en train de prendre de l’ampleur en Ile-de-France, surtout dans l’académie de Versailles. Jeudi 29 septembre, plusieurs dizaines d’établissements étaient en grève et 300 collègues ont manifesté devant le ministère.

La mobilisation se construit à travers des AG d’établissements en lutte avec un appel « Touche pas à ma ZEP » soutenu par la CGT Éduc’action et une intersyndicale académique large (CGT Éduc’action, SNES, SNUEP, SN FO LC, SNETAA, SUD Education).

Dans l’académie d’Aix-Marseille, une intersyndicale (CGT Éduc’action, SNES, SEP, SNUEP, SN FO LC, SNETAA, SGEN, SUD Education) appelle à construire la mobilisation avec une AG le 7 novembre. 

Le ministère semble sensible à ce début de mobilisation puisqu’il vient de présenter au CTM du 5 octobre un texte prorogeant la phase transitoire de versement de l’indemnité ZEP en lycée (voir note jointe sur la situation actuelle des lycées en Éducation prioritaire).

Le projet de note de service pour le mouvement 2017, envoyé aux OS jeudi 6 octobre, fait état d’une prorogation de deux années de la clause de sauvegarde des points APV pour les lycées.

La réponse n’est absolument pas à la hauteur des revendications des personnels, mais elle prouve que nous avons un rapport de force qui peut devenir favorable dans le cadre de la campagne électorale et peut permettre d’obtenir une liste des lycées en Éducation prioritaire.

La CGT Éduc’action appelle les personnels des lycées relevant ou devant relever de l’Education prioritaire à se réunir et à discuter des modalités d’action, y compris la grève.

Elle soutient la prochaine grève des établissements d’Ile-de-France le 11 octobre (un préavis national a été déposé).