Accueil > Actualités > Contre la généralisation du bac pro 3 ans et la suppression des BEP  (...)

Actualités

CGT Educ’Action (UNSEN) : 4 pages spécial

Contre la généralisation du bac pro 3 ans et la suppression des BEP !

Pour une formation professionelle du plus haut niveau pour tous !

mardi 8 janvier 2008, par CGT Educ’Action 94

Depuis 2 mois, au fur et à mesure des annonces rectorales, les personnels
se sont mobilisés contre les décisions de Darcos qui vont imposer
à la rentrée 2009 la disparition des sections de BEP et la réforme du
Bac Pro en 3 ans.

Cette politique, qui a été menée dans l’opacité la plus totale, est maintenant assez claire : c’est certainement à une refonte complète de
l’ensemble du lycée que se prépare le ministère.

Le bouleversement qui s’opère n’est pas guidé par des préoccupations pédagogiques.
C’est la « nécessité » pour le ministère de l’Éducation de trouver les
moyens de supprimer 20 000 emplois d’enseignants, pendant 4 ans
(cf encadré ci-contre) qui détermine cette « réforme ».

L’Éducation nationale et ses fonctionnaires sont la cible privilégiée de Bercy. C’est pourquoi nous serons en grève pour l’emploi public le 24 janvier à l’appel de nos fédérations syndicales.

Apprendre en 3 ans, pour tous les élèves de bac pro, ce qui s’apprend
aujourd’hui en 4 ans, n’est pas réaliste. Tant pis, ces élèves seront les
sacrifiés des restrictions budgétaires décidées pour 2008 et des budgets
à venir.

Bourrer les classes, réduire la durée de formation, les modules et les
options, le nombre de classes passerelles, c’est la logique dans laquelle le
gouvernement veut entraîner les organisations syndicales en affirmant
que l’on peut faire mieux avec moins de moyens.

Côté conditions de travail, nous voilà prévenus, c’est aussi pour cela que
nous serons dans l’action.

Côté salaire c’est aussi très clair : à ce jour aucune augmentation du point
d’indice n’est prévue pour 2008 ! Supprimer les emplois pour payer plus
les fonctionnaires, c’était la devise cynique du président de la République
lors de sa campagne. Supprimer massivement les emplois des personnels
de l’Education, bloquer les salaires des fonctionnaires, s’attaquer à la formation professionnelle c’est la politique qu’il prétend imposer !

Les personnels de l’Éducation en ont assez.

Nous serons massivement en grève le jeudi 24 janvier pour imposer la revalorisation des salaires à laquelle nous avons droit, pour refuser les 80 000 suppressions d’emplois de fonctionnaires de l’Education, pour s’opposer à une politique scolaire contraire aux intérêts des élèves, pour une formation professionnelle et technologique du plus haut niveau pour tous !

téléchargez le 4 pages ’ spécial’ voir le document joint