Accueil > Actualités > Le collège : Grand oublié de Jean-Michel Blanquer

Actualités

Le collège : Grand oublié de Jean-Michel Blanquer

bulletin collège novembre 2019

mardi 19 novembre 2019, par CGT Educ’Action 94

JM Blanquer totalement absorbé par ses attaques contre les directions d’école et les contre-réformes des lycées et du baccalauréat, semble avoir laissé totalement de côté le collège.
À son arrivée, il s’était en effet contenté de neutraliser les dispositifs (EPI et AP) les plus visibles de la réforme qui était entrée en vigueur en septembre 2016, tout en maintenant l’autonomie des établissements, avant de lancer les dispositifs devoirs-faits et les évaluations nationales en 6 ème .
Depuis il est assez difficile de retrouver, dans les très nombreuses déclarations du ministre, une vision claire de ce qu’il pense devoir être la mission et l’organisation du collège.
Cela pourrait être un soulagement au vu des décisions catastrophiques qui ont été prises contre la démocratisation du lycée et les libertés pédagogiques dans le 1 er degré mais son appétit « réformateur » va sans nul doute finir par se porter sur le collège.
En effet, on sait d’ores et déjà qu’une réforme de l’éducation prioritaire (voir page 2) ainsi que du diplôme national du brevet se préparent. Le ministre vient également de demander au Conseil Supérieur des programmes de travailler sur les programmes de collège en lien avec ceux du lycée.
Plus globalement, les attaques contre le statut des personnels se multiplient :
- fin du contrôle des commissions paritaires sur les mutations et les carrières des personnels ce qui va laisser place à l’opacité et l’arbitraire,
- pseudo annonce de revalorisation salariale, via des primes et des indemnités individualisées, liée à une modification des missions et des obligations de service,
- réforme des retraites qui va diminuer les pensions en passant d’un calcul sur les 6 derniers mois à un calcul sur l’ensemble de la carrière...
Dans le même temps, les conditions de travail des personnels et d’étude des élèves ont continué de lentement se dégrader. C’est le cas avec l’augmentation graduelle des effectifs par classe au gré des suppressions de postes qui se sont concentrées dans les collèges mais aussi avec la mise en œuvre du socle commun et de l’évaluation par compétence. Parallèlement se profile une modification en profondeur de la politique d’orientation qui va considérablement alourdir la charge de travail des personnels (voir page 3).
Il est plus que temps de se mobiliser pour que les problèmes des collèges soient enfin pris en compte et que ses personnels puissent enfin être entendus .