Accueil > Actualités > La lettre 318 de l’Ugict Cgt du 20 septembre 2010

Actualités

La lettre 318 de l’Ugict Cgt du 20 septembre 2010

vendredi 17 septembre 2010, par CGT Educ’Action 94

ÉDITO : L’HEURE C’EST L’HEURE... ET LE 23 C’EST TOUJOURS L’HEURE

Nicolas a dit 15 heures
le 15 septembre : le
train de la réforme
passe sous les quolibets
de l’opposition,
mais surtout contre
l’avis d’une large majorité
de salariés et de
citoyens. On savait
depuis des mois que le
p r é s i d e n t de l a
République avait
décidé de faire passer
la réforme des retraites
en mode accéléré pour
s’affranchir de toute
contestation. Aussi la
mascarade du vote à
l’Assemblée le 15 septembre
dernier n’a surpris personne.Mais elle reste néanmoins
saisissante par la brutalité avec laquelle cette droite décomplexée
ne fait même plus semblant… Au risque même de faire
basculer dans le camp des sceptiques nombre de ses électeurs
qui dans les récents sondages indiquent que le gouvernement
devrait lâcher du lest. Le projet de loi Woerth va donc
maintenant passer devant le Sénat à partir du 5 octobre, puis
reviendra pour une seconde lecture devant les députés. Les
organisations syndicales sont donc parfaitement dans le vrai
quand elles clament haut et fort que rien n’est encore joué et
que les salariés doivent maintenir la pression et se mobiliser
plus nombreux le 23 septembre, cette semaine. Et dans une
déclaration, les sept organisations syndicales CGT, CFDT,
FSU, UNSA, CGC, Solidaires et CFTC indiquent qu’elles
poursuivent la réflexion sur les suites à donner à cette journée
du 23 septembre qui s’annonce déjà comme très puissante
et qui bénificie d’un
soutien accru de l’opinion
dans les enquêtes
et sondages. La question
posée aux syndicats
est dans les jours
à venir de convertir ce
soutien en mobilisation
par des participations
plus larges aux
grèves et aux manifestations.
C’est d’autant
plus important que le
g o u v e r n e m e n t
entend poursuivre la
mise en pièces de la
protection sociale solidaire
à l’occasion dès
le 28 septembre du
projet de loi de finances de la Sécurité sociale 2011. En plein
débat sur les retraites, les pistes du gouvernement pour soulager
le déficit de l’assurance maladie, l’autre fardeau de la
Sécurité sociale, ont commencé à filtrer dans la presse, suscitant
déjà la polémique sur des mesures touchant aux remboursements
des assurés. Les médicaments remboursés à
35 % par la Sécurité sociale, les « vignettes bleues », ne le
seraient plus qu’à 30 %. Le remboursement pour les consultations
de ville passerait de 70%à 69,5 %. A l’hôpital, la franchise
de 20 % sur les actes ne porterait plus seulement sur 91
euros mais sur 120. Des mesures limiteraient par ailleurs les
cas de transports sanitaires pris en charge à 100% pour les
patients en affection longue durée. Les semaines et les mois
à venir vont être particulièrement déterminants pour l’avenir
d’un modèle social à la française qui n’aura bientôt plus de
social que le nom.

SOMMAIRE

- APEC : grève sur fond d’inquiétude pour l’avenir
- Journée du Patrimoine : la CGT-Culture dénonce une situation préoccupante
- Dépenses de santé : près d’un euro sur dix reste à la charge des assurés
- Sanctions à l’école : 13 organisations demandent un vrai débat au ministre
- Pôle emploi : 4 syndicats appellent à la grève le 9 novembre
- « Travailler plus pour gagner plus » : là encore, les femmes sont défavorisées
- Suicides à France Télécom : un nouveau contrat social peu convaincant
- Aviation : besoin d’un million de techniciens et pilotes
- Retraites aux États-Unis : il manque 6 600 milliards de dollars pour maintenir le niveau de vie des seniors
- Jeunes et syndicalisme : énorme succès du Campus pour l’Emploi

Téléchargez la lettre pour la lire, l’afficher en salle des profs !