Accueil > Vos droits > Le HCE « approfondit » la généralisation du bac pro en 3 ans et programme la (...)

Vos droits

Le HCE « approfondit » la généralisation du bac pro en 3 ans et programme la destruction de l’enseignement professionnel public

lundi 16 novembre 2009, par CGT Educ’Action 94

Le Haut Conseil de l’Education (HCE) a pour mission de lancer des pistes et de lancer des « expérimentations » (le mot à la mode !). Concernant la voie professionnelle, il s’agit « d’approfondir » la réforme.

Le rapport fait 7 « recommandations » :

- Le premier trimestre de la seconde professionnelle doit être « un temps d’observation, à l’issu duquel est fait de préparer le baccalauréat professionnel ou le CAP ». Les élèves de SEGPA seraient exclus de cette seconde pour intégrer en priorité d’abord un CAP. Il est à noter que le rapport propose que la deuxième année de CAP « se fasse exclusivement en apprentissage » et que « les lycées professionnels offrent plus de places en apprentissage ».

- Suppression de la certification intermédiaire (« BEP » rénové, CAP pour certains métiers) pour entrer en plain dans la logique de « l’acquisition des diplômes professionnels par unités capitalisables ».

- Mise en place de dispositifs au niveau des STS et IUT pour accueillir les élèves venant de bac pro.

- Bilan du lycée des métiers.

PDF - 475.4 ko
Rapport du HCE sur la voie professionnelle

- La voie professionnelle doit être « pensée comme une école d’entrepreneurs ».

- Intégration dans le Conseil Pédagogique des LP les tuteurs des élèves ou les maîtres d’apprentissage ; désignation du président du Conseil d’Administration parmi les personnalités extérieures ; recrutement de « professeurs associés » travaillant pour partie en entreprise.

- Les formateurs doivent avoir une « expérience directe et récente de l’entreprise ».

La CGT-Educ’action Créteil refuse cette marche en avant vers une dérégularisation totale de la voie professionnelle. Nous revendiquons une seconde prenant en compte les trois voies du lycée, nous ne pouvons qu’accueillir avec intérêt une proposition visant à combattre l’orientation par défaut. Mais, la proposition d’un trimestre d’observation reste limitée à la voie professionnelle, d’ailleurs nous craignons à terme une augmentation très importante des CAP, ce que nous n’acceptons pas.

L’idéologie qui porte ces propositions est explicitement libérale, faisant du lycée professionnel une « école des entrepreneurs » alors que nous revendiquons une école qui forme et émancipe. Nous serons en grève le 24 novembre pour exiger un retour sur la généralisation du bac pro en 3 ans et l’ouverture de négociations réelles sur les 3 voies du lycée.