Accueil > Vos droits > Point sur la « Réforme » de la voie professionnelle

Vos droits

Point sur la « Réforme » de la voie professionnelle

Vigilance et détermination s’imposent dès la rentrée 2009

vendredi 19 juin 2009, par CGT Educ’Action 94

JUIN 2009 : Point sur la « Réforme » de la voie professionnelle
Vigilance et détermination s’imposent dès la rentrée 2009

La CGT-Educ’action Créteil a été reçue le 3 juin 2009 sur la voie professionnelle des lycées LP/SEP par le recteur. Ce fut l’occasion de rappeler nos revendications et de faire le point sur la préparation de la
rentrée 2009. Cette rentrée demeure encore, à cette date, en pleine confusion dans les LP/ SEP des lycées du fait de l’application à marche forcée de la réforme bac-pro 3 ans généralisée en 2009/2010.

Dans les établissements la publication précipitée des décrets concernant les grilles horaires globalisées sur 3 ans du bac pro, a créé beaucoup de difficultés et de confusion dans la préparation de la rentrée de
chaque lycée. Nous le pressentions et nous n’avons pas cessé de le dénoncer auprès du Recteur.

Les volumes d’heures non répartis entre disciplines, l’absence d’indication sur les seuils de dédoublement font que les établissements et les personnels n’ont, à cette date, aucune lisibilité définitive des conditions d’accueil des élèves pour la rentrée scolaire de septembre 2009.

Cela concerne les moyens horaires définitifs discipline par discipline, les moyens horaires d’enseignement en groupes réduits et d’aide individualisée aujourd’hui mises en place différemment d’un établissement à l’autre. L’absence délibérée de cadrage pèse lourdement dans la concertation et le dialogue au niveau des établissements entre équipes pédagogiques et administration.

Investir les instances de concertation et d’échange où se décide normalement la répartition de la DHG (conseil d’administration et
commission permanente) est donc important. Il est aussi important de préparer ces instances en réunissant les collègues en assemblée générale et réunions plénières . Utiliser bien sûr l’heure d’information syndicale, examiner collectivement les besoins et acter les propositions et revendications dans ce cadre demeurent des leviers indispensables pour éviter le "clientélisme" qui se développe dans nos établissements.

La durée des PFMP est dorénavant de 22 semaines sur 3 ans, chaque période ne peut être inférieure à 3 semaines. Avec cette augmentation importante des PFMP, les difficultés d’ organisation et de répartition ne feront que s’accroître et s’ajouter aux difficultés existantes d’accueil et de suivi des élèves dans les entreprises. Les capacités d’accueil en
stagiaires élèves des entreprises sur un bassin de formation et d’emploi sont déjà saturées, qui plus est dans un contexte économique en crise et dans une priorité réaffirmée et financièrement plus avantageuse pour les entreprises d’accueillir davantage d’apprentis. Ainsi, les PFMP doivent être organisées dans ce contexte dès la seconde professionnelle, 2 fois 3
semaines par exemple, les 16 semaines restantes étant réparties en première et terminale. Pour contourner les difficultés, la tentation peut être de sacrifier le suivi des élèves en PFMP au profit d’une rationalisation par rotation des effectifs élèves d’une même division. Ces dispositions pourraient ainsi servir de point d’appui pour tenter d’imposer l’annualisation, hors statut, des services des enseignants.

Cette menace est renforcée largement par le fait que les grilles horaires élèves n’ont plus de traduction hebdomadaire reconnue.

La vigilance s’impose donc aux collègues pour refuser toute intimidation sur nos services.

Lire la suite du 4 pages CGT et télécharger le document en version imprimable :

4 pages voie professionnelle