Accueil > Actualités > Loi Fillon, Vos conditions de travail et la qualité de l’enseignement vont se (...)

Actualités

tract des sections CGT-Educ’Action et SNES du lycée Chérioux de Vitry

Loi Fillon, Vos conditions de travail et la qualité de l’enseignement vont se dégrader

La loi Fillon vient d’être votée. A la CGT-Educ’Action et dans d’autres syndicats, nous ne pensons pas qu’il s’agit d’une réforme anodine. Elle modifiera profondément l’école et les conditions de travail des enseignants. Les sections CGT-Educ’Action et SNES-FSU du lycée Chérioux ont décidé de diffuser le texte suivant et une pétition auprès de leurs collègues. On peut s’en inspirer ailleurs.

mercredi 6 avril 2005, par CGT Educ’Action 94

Dès septembre 2005, grâce à la loi Fillon, ce sera :

- Remplacer au pied levé un collègue absent pour les absences courtes :Le chef d’établissement peut imposer dès la rentrée 72 h annuelles de remplacement payées en HSE et pas forcément dans votre discipline.
- La fin de la liberté pédagogique et un risque important de hiérarchisation sein des équipes :Un conseil pédagogique sera mis en place dans chaque établissement, présidé par le chef d’établissement, il réunirait au moins 1 professeur principal par niveau, au moins un professeur par champ disciplinaire, un CPE et le chef des travaux. Les membres seront désignés par le chef d’établissement. But : veiller à la cohérence pédagogique des enseignements à chaque niveau et à la continuité de la progression des élèves, organiser les modalités du PPRE, élaborer la partie pédagogique du projet d’établissement, proposer les actions locales de formation continue des enseignants.
- La remise en cause des heures statutaires : la loi prévoit de supprimer le caractère « obligatoire » et « automatique » des décharges de labo, de cabinets, les heures de première chaire, les pondérations de BTS. Les moyens correspondants seraient mutualisés, au niveau de l’établissement, pour financer ses propres priorités et c’est le chef d’établissement qui déciderait de leur répartition sur proposition du conseil pédagogique.
- L’enseignement des langues vivantes totalement réorganisé : la loi prévoit l’enseignement des langues en groupes restreints mais le financement par redéploiement n’est envisagé que pour les la 1ère et la Terminale (suppression des TPE en Terminale, des dédoublements actuellement réglementaires dans les autres disciplines. Elle prévoit aussi de regrouper les élèves par paliers de compétence, source d’économie importante.
- La Formation continue réduite et soumise : il faudra motiver votre demande de formation continue et vous former en dehors de vos obligations de services
- L’élaboration et le suivi des PPRE (programme personnalisé de réussite éducative) pour les élèves les plus en difficulté : Au collège Il inclut un soutien qui se fera au détriment des enseignements complémentaires, exclus du socle commun comme notamment l’histoire-géo, la physique chimie, la SVT, la technologie, les arts plastiques, l’éducation musicale et l’EPS. Le degré d’acquisition du socle devant être pris en compte dans la poursuite des études, le risque de multiplication des dispositifs dérogatoires et de délestage vers l’apprentissage serait nettement renforcé. Au lycée, il sera mis en place après les conseils de classes pour les élèves en difficulté. Ce parcours fera l’objet d’un document signé par la famille et l’élève. Un amendement prévoit de déclasser nombre d’établissements ZEP et sensibles et de favoriser les mesures dérogatoires dans les établissements très difficiles.
- « En recentrant le dispositif des ZEP sur les établissements les plus en difficultés » Chérioux bénéficiera-t-il encore de moyens supplémentaires ?