Accueil > mastérisation > Table ronde « Evaluation et démocratie : les enjeux des nouvelles évaluations (...)

Table ronde « Evaluation et démocratie : les enjeux des nouvelles évaluations pour l’école » que le SGPEN-AC-CGT organise au MEN le mardi 9 de 12H-14H, à la DEPP, amphi Mourain, 65 rue Dutot, 75015 Paris.

mardi 9 juin 2009

Table ronde « Evaluation et démocratie : les enjeux des nouvelles évaluations pour l’école » que le SGPEN-AC-CGT organise au MEN le mardi 9 de 12H-14H, à la DEPP, amphi Mourain, 65 rue Dutot, 75015 Paris.

Julie Herviant fera le point sur l’évolution de la statistique publique : de la planification et du traitement des données macro économiques dans les années soixante aux instruments d’évaluation des politiques publiques. La question du chiffre, de son utilisation et de sa diffusion se pose aujourd’hui, et pas seulement à l’Éducation. Ce sujet qui remue pas mal les statisticiens en ce moment pose bien sûr la question plus large de l’information produite et mise en circulation, plus ou moins librement, dans notre « démocratie ».

Julie Herviant, secrétaire générale de la CGT-INSEE

Jean-Claude Emin pointera sur ce qui change radicalement dans les nouvelles évaluations à l’école (items, conditions de passation, correction, remontées, traitement des données) et le sens de cette rupture, ses conséquences sur la fiabilité des résultats, l’indépendance de la DEPP...
Jean-Claude Emin, ancien secrétaire général du Haut Conseil de l’évaluation de l’école

Les deux derniers intervenants parleront du terrain et permettront d’appréhender les conséquences de ces nouvelles évaluations dans l’acte pédagogique lui même et dans la transmission des savoirs.
Luc Briatte et Ana Macedo, professeurs des écoles

Dans ce contexte de remise en cause profonde du nouveau système d’évaluation compte tenu de tous les biais dénoncés, les violences ressenties, les incertitudes sur ses usages de ces évaluations et face aux pressions pour « assurer » les remontées des évaluations quelque qu’en soient les conditions et face à la criminalisation des actions collectives et des mouvements de désobéissance, on peut se poser la question du rôle de l’encadrement, des inspecteurs dont le cœur de métier est justement l’évaluation.
Guy Vermée, inspecteur de l’éducation nationale Bouches du Rhône

La table ronde sera animée par François Jarraud du café pédagogique