Accueil > Actualités > #CGTenLutte : les actions, les victoires des syndicats CGT

Actualités

#CGTenLutte : les actions, les victoires des syndicats CGT

vendredi 25 janvier 2019, par CGT Educ’Action 94

Mardi 29 janvier 2019 N°020

#CGTENLUTTE – Lutte gagnante des agents de la station d’épuration d’Achères (78) – ils obtiennent une prime de 150 euros nets forfaitaires !

Les agents en 3x8 des 2 usines, usine de traitement des eaux usées et usine de traitement des boues issues de l’épuration du Site Seine Aval, étaient en grève depuis le 21 décembre dernier, dans le cadre d’un préavis déposé par la CGT Saivp Siaap. Ils ont obtenu une prime de 150€ nets mensuels forfaitaires en reconnaissance du travail de nuit.
La CGT Saivp Siaap regrette une nouvelle fois, que la présidence et la direction générale du Siaap persistent dans la discrimination financière qu’ils font preuve envers les agents de la Ville de Paris mis à disposition, pourtant agents historiques de ce service public de l’assainissement francilien.
Le syndicat rappelle sa revendication : à travail égal, salaire égal.
L’action de grève a également permis d’obtenir satisfaction à plusieurs revendications d’ordre organisationnelle du travail 3x8 et 2x8 qui, pour certaines, étaient revendiquées depuis plus d’un an.
La CGT Saivp Siaap, qui a soutenu et accompagné les agents 3x8 dans leur lutte, tient à les féliciter pour leur pugnacité et appelle tous les agents du Siaap à se mobiliser pour l’amélioration de leur rémunération que cela soit localement à travers la revalorisation du régime indemnitaire et nationalement par une augmentation significative de la valeur du point indiciaire et une véritable refonte des grilles indiciaires comme le porte la Fédération CGT des services publics.

vendredi 25 janvier
#CGTENLUTTE – Lutte gagnante : la cour d’appel de limoges (86) annonce la réintégration du représentant CGT aux effectifs du vieux collège de Magnac-Laval

Ce représentant CGT avait été licencié en 2016, à la suite d’une manifestation devant le Conseil départemental.
En marge de cette affaire, 18 personnes au total avaient été sanctionnées, dont deux représentants syndicaux qui avaient été licenciés.
Dans sa décision, la Cour d’appel souligne qu’il « apparaît que les salariés ayant fait l’objet de la sanction la plus sévère sont ceux ayant une activité syndicale effective, ce qui laisse supposer l’existence d’une discrimination ». Elle enjoint l’AGE, structure à laquelle est subordonnée le Vieux-Collège, de réintégrer le camarade, mais également de lui payer 23 mois de salaires manquants, en raison de son inactivité forcée, soit 46.500 €.
Aujourd’hui, notre camarade poursuit ce combat au sein du collectif Adopte un jeune. « D’après les chiffres obtenus lors du débat sur le plan pauvreté, 40 % des moins des SDF de moins de 25 ans sont des anciens jeunes placés. C’est 25 % des SDF de France. C’est énorme. »

Mercredi 23 janvier
#CGTENLUTTE – Lutte gagnante : SAM Neuves-Maisons (54), la CGT obtient l’ouverture des NAOS !

Après 7 jours de lutte, les salariés de la SAM Neuves-Maisons ont obtenu l’ouverture des Négociations Annuelles Obligatoires au 31 janvier à la place du mois d’avril et le paiement de l’intégralité des jours de grève.
La CGT va aborder les négociations en position de force avec le soutien des salariés pour porter haut et fort les revendications suivantes :
- L’augmentation des salaires avec l’ouverture des NAO.
- Des augmentations générales au prorata de l’ancienneté.
- La modification des critères de performance concernant la prime d’intéressement.
- 500 € Pour tous de prime de pouvoir d’achat.
- Le paiement des heures de grève.
Félicitations aux camarades du syndicat et aux salariés pour leur détermination.

Mardi 22 janvier 2019
#CGTENLUTTE – Lutte gagnante : les agents contractuels du centre hospitalier de Maubeuge (59)rétablit dans leurs droits !

Malgré les alertes depuis plusieurs mois de la CGT sur le fait que les agents contractuels étaient sous-payés, la direction n’en a pas tenu compte lors des négociations.

Lors de ces dernières, il a été exprimé la volonté que tous les agents contractuels soient mis au premier indice de la grille indiciaire avec, en plus, une prime correspondant à l’indice majoré transformé en euros (ex : ASH : indice majoré = 325 donc 325€ de prime).

Cette proposition a été rejetée par la Direction, qui a proposé une prime de 1% à 3% du salaire net AU MERITE et uniquement pour les aides-soignants et les infirmiers.

Après avoir soumis cette proposition aux salariés contractuels en assemblée générale, en intersyndicale avec les autres organisations syndicales représentatives, elle a été rejetée à l’unanimité par les salariés qui se sont prononcés, d’où le refus de cette prime en instance (C.T.E.).

La CGT a mené, en parallèle, une action avec le concours d’un avocat afin de connaitre ce sous paiement illégal car au sein des contrats des agents, une mention de la grille indiciaire était faite et rendait obligatoire la mise au premier échelon de cette dernière.

Cette pression a fait que la Direction a mis à jour les contrats des infirmiers, et suite au courrier de mise en demeure de l’avocat, la direction a annoncé l’élargissement de la décision de la mise à jour de l’indice majoré pour TOUS LES CORPS DE METIER, CDD ET CDI

La lutte se poursuit pour la rétroactivité qui court depuis le 1er janvier 2017.

jeudi 17 janvier 2019
#CGTENLUTTE – Lutte gagnante : En Guyane, les six semaines de grève des personnels du nouvel hôpital public ont payé !

En Guyane, le système de santé est catastrophique, Il y a peu, trois enfants sont décédés au pôle mère-enfant de l’hôpital de Cayenne, des gens ne peuvent pas se soigner, c’est dramatique selon l’UTG .

L’hôpital public de Kourou n’est pas n’importe quel établissement de santé.

Sa création, il y a tout juste un an, est le fruit d’une mobilisation exceptionnelle : celle des personnels de l’ancien centre médico-chirurgical de la Croix- Rouge et de la population locale, opposés à la vente de l’établissement au groupe privé Rainbow Santé. Ce projet annonçait la fermeture à moyen terme de cet équipement indispensable et une flopée de licenciements.

Pour mettre fin à ce mouvement, le gouvernement avait été contraint de prendre la main sur l’établissement et créer par décret un hôpital public.

Une situation inédite qui ouvrait la possibilité au personnel, environ 300 salariés, d’intégrer la fonction publique hospitalière, donc de devenir fonctionnaires.

Après six semaines de grève une majorité s’est prononcée en faveur du protocole de fin de conflit qui leur accorde :
- La reconnaissance jusqu’à 100% de leur ancienneté pour certaines catégories, au lieu de 50%,
- Une rémunération des astreintes revalorisée et un déroulement de carrière plus avantageux que ce que leur concédait leur nouvel employeur, en l’occurrence l’État.

Selon l’UTG, désormais un verrou doit sauter, celui de l’application du décret qui organise les transferts de personnel du secteur privé au public, inadapté à l’hôpital de Kourou et à la situation exceptionnelle du territoire.

Mercredi 16 janvier 2019
#CGTENLUTTE – Lutte gagnante : la cour de cassation ordonne la relaxe pour les camarades de la fonderie Bouhyer (44) !
Hier nous faisons état de la lutte contre les discriminations chez Airbus en Loire-Atlantique, en date de 2016.
Dans ce même département, au printemps 2016 à la fonderie Bouhyer d’Ancenis, à l’issue d’un conflit de 15 jours sur les salaires et les conditions de travail, la direction avait attaqué le secrétaire et le trésorier de la CGT pour injure publique par voie de tracts.
Au terme de deux ans de procédures, la Cour de cassation vient de confirmer les deux relaxes prononcées en appel.
Dans un contexte où les attaques contre les libertés syndicales se multiplient depuis quelques années, ces victoires sont importantes pour les suites de la mobilisation.

Mardi 15 janvier 2019
#CGTENLUTTE – Lutte gagnante : Airbus Nantes, les prud’hommes donne raison à la CGT
Le tribunal vient de débouter en ce début d’année le groupe Airbus dans une affaire datant de 2016. Alors qu’un élu CGT participait à un barrage filtrant lors d’une manifestation contre la loi travail, il avait été accusé d’avoir frappé l’un de ses collègues et avait écopé d’une mise à pied de trois jours.
Une sanction contestée devant le conseil des prud’hommes qui a finalement condamné Airbus à lui reverser les trois jours de salaires retirés deux ans plus tôt, ainsi que des indemnités.
« C’est une victoire pour l’exercice du droit de grève », s’est réjoui l’élu CGT.
À travers lui, Airbus a essayé d’obtenir le droit de sanctionner des salariés engagés dans des actions en dehors de l’entreprise, c’est raté !

Lundi 7 janvier
#CGTENLUTTE – Lutte gagnante des assistants de régulation médicale du SAMU 93 : Une première victoire !

Le syndicat CGT avait déposé un préavis de grève le 4 décembre, avec une échéance le 23 décembre à 23h59.
Les revendications portaient essentiellement sur la résorption de l’emploi précaire et l’embauche de 10 agents supplémentaires.
En effet, la situation de dégradation du service avec un nombre d’appels non décrochés et des temps d’attente en progression constante ne permettait plus d’assurer un service de qualité.
Le protocole de fin de conflit signé a permis d’obtenir :
- Un concours de recrutement sera organisé en 2019 avec une mise en stage au 1er septembre 2019.
- Les CDD bénéficieront d’une période d’essai de 3 mois, renouvelable éventuellement une fois, puis d’un contrat d’un an avant de passer le concours.
- Afin de compenser les absences de longue durée et de maladie ordinaire, 4 ETP vont être recrutés, ce qui permettra de maintenir un effectif fonctionnel de 42 postes correspondant à l’effectif théorique et de limiter ainsi le recours aux heures supplémentaires.
- L’enveloppe de 300 000 euros attribuée en urgence par l’ARS va permettre l’embauche de 6,3 ETP dès janvier 2019. De fait, cette enveloppe dite « exceptionnelle » devra être pérennisée.
- L’AP-HP avec la direction du SAMU 93 candidatera à la création d’une des écoles de formation des ARM à Bobigny, dans le cadre qui sera déterminé par le Ministère de la Santé.
- Un comité de suivi se réunira dans un délai maximal de 3 mois pour évaluer la mise en œuvre du protocole.

vendredi 4 janvier
#CGTENLUTTE – La Direction désavouée !!! 2ème victoire pour les salariés de VERRALIA France !
Lorsqu’ils ont appris qu’un de leur collègue avait mis fin à ses jours, de très nombreux salariés ont fait valoir leur droit de retrait.
La direction qui aurait dû immédiatement réagir avec compréhension a préféré considérer qu’il s’agissait d’une grève !
La CGT VERRALIA et les salariés, tout en dénonçant de telles pratiques, ont agi et obtenu une première victoire.

Jeudi 3 janvier
BELLE VICTOIRE SYNDICALE CHEZ TRICOFLEX,ENTREPRISE DE VITRY LE FRANCOIS AU 3ÈME JOUR DE LA GRÈVE...
... C’était cet après-midi [23 décembre 2018] après la pause de la réunion du CE ce matin. Les négociations reprenaient à 13h30.
Ces discussions ont repris dans un esprit constructif (90% de grévistes à la production, sans faiblir depuis 3 jours) et finalement un accord a été trouvé et signé :
1. Pour les ouvriers, employés et agents de maîtrise : +2,2% en augmentation générale (AG) et +0,1% en augmentation individuelle (AI) garantie. S’y ajoute 25€ en prime de vacances ; +2€/jour en prime de remplacement ; +3h/heure en prime
d’astreinte ; +1 jour supplémentaire pour enfant malade ; + accès ouvert aux femmes au poste de régleur (égalité femme-homme) ;
2. Pour les cadres : +2,3% d’AI.
En s’unissant pour la lutte et en restant unie et déterminée dans l’affrontement avec un représentant local très représentatif du MEDEF, l’Intersyndicale CGT-CFDT-CFE a donné une image positive forte du syndicalisme.
Le fait que ce combat débouche sur un succès à quelques jours de Noël et de la nouvelle année a conforté les salariés dans la confiance et leur engagement aux côtés de leurs organisations syndicales.
C’est un beau cadeau et un bel exemple de syndicalisme pour les salariés privés et publics de tout le bassin.

mercredi 2 janvier
#CGTENLUTTE – Fort(e)s de leur détermination les agents territoriaux de la ville de Fleury-Mérogis ont gagné !
En lutte concernant la maison de la petite enfance en dénonçant, par exemple, les conditions de travail ou le management abusif tout en étant dans le même temps porteur(se)s de propositions, ils n’ont pas cédé !
Ils ont été entendu, et ont obtenu 5 embauches et satisfaction à leurs revendications