Accueil > Actualités > Les effets de la crise sont devant nous !

Actualités

Les effets de la crise sont devant nous !

Lettre de l’UGICT CGT

lundi 20 octobre 2008, par CGT Educ’Action 94

EDITO :

Les effets de la crise sont devant nous !

Plus ils essaient de nous rassurer, plus ils provoquent l’inquiétude. Les gesticulations présidentielles, la cacophonie européenne, les bourses qui chutent en dépit des annonces de baisse des taux directeurs…

TELECHARGER ET LIRE LA LETTRE : ICI

Mardi 14 Octobre 2008

Rien ne semble devoir se passer comme les politiques et les financiers le voudraient et ils donnent le sentiment que la crise leur échappe.

Ce qui est clair, c’est qu’elle va forcément se ressentir dans ce qu’ils appellent l’économie réelle, c’est-à-dire la vie des entreprises. Mais comment pourrait-il en être autrement puisque de plus en plus les bilans affichés par celles-ci comportent une large part de revenus financiers et une très forte dépendance aux produits volatiles.

On annonce déjà des conséquences en termes de liquidités pour les entreprises qui trouveront de moins en moins de crédits pour couvrir leurs besoins de trésorerie. Quant aux prêts pour la création d’entreprises, les conditions devraient encore se durcir. Il y a donc de très fortes chances que le social pâtisse très vite de cette crise.

Car « si toute notre attention est aujourd’hui attirée sur la manière de résoudre la partie financière de la crise, il ne faut pas sous-estimer ce qui est enclenché dans l’économie réelle », indiquait Jean-Christophe Le Duigou, secrétaire de la CGT sur BFM la semaine dernière. « Je crains qu’avec les conséquences économiques nous ayons à assez court terme une remontée du chômage de plusieurs centaines de milliers de personnes », a-t-il ajouté. « Il y a deux canaux principaux d’influence de la crise financière sur l’économie : celui du crédit, aux entreprises mais aussi à la consommation, et le coût plus structurel du sauvetage financier qu’on est en train de mettre en place », a-t-il expliqué. « Certains économistes parlent de 7-8 points de PIB qui seront absorbés par l’économie, c’est quatre ans de taux de croissance de nos économies », a-t-il poursuivi. « Si on ne prend pas de décisions en France et en Europe, c’est probablement une phase de deux ou trois ans de stagnation économique qui s’annonce et on sait qu’à ce moment-là, les problèmes sociaux, les problèmes financiers de l’État de la protection sociale éclateront. […] La crise financière n’est pas responsable de tout, mais elle ajoute aux difficultés déjà perceptibles » depuis plusieurs mois dans les entreprises en termes d’investissements reportés et de suppressions d’emplois, a-t-il estimé. « Ce qu’attendent les citoyens (...) c’est quelles perspectives économiques et sociales s’ouvrent à nous ? Pour l’instant, le gouvernement ne répond pas à cette question. Il est dans l’urgence, il intervient comme pompier. Les salariés attendent d’autres réponses ».

Pour l’instant en effet, l’agitation, les opérations de communication n’ont d’autre but que de remettre de l’argent dans des circuits gangrenés. En tous cas, il est inacceptable que par les temps qui courent on défende encore la privatisation de La Poste, celle de pans entiers de l’hôpital public alors même que les marchés montrent tant de danger.

LE SOMMAIRE :

Le sommaire de L@ lettre N° 232

- Édito
Les effets de la crise sur l’emploi sont devant nous
- Archéologues : manifestation à Paris pour ne pas être délocalisés
- Radio France : FIP touchée par un mouvement de grève
- Hewlett-Packard : 580 suppressions d’emplois en France
- Banques : cinq syndicats reçus par l’association patronale sur fond de crise
- Conjoncture : les DRH français craignent une crise sociale
- Bobigny : un cadre d’Aventis condamné pour « homicide involontaire »
- 7 octobre : près de 150 000 en France
- Châteaudun : mobilisation contre la fermeture de la chirurgie à l’hôpital
- SNCF : la CGT cheminots rejette la « balkanisation de l’entreprise »
- Complémentaire santé : le collectif moins cher que l’individuel
- Consultation nationale Ugict-CGT : « Votre travail, comment le voulez-vous ? »
- Communiqué : !e 16 octobre, disons tous « non à Edvige »

TELECHARGER LA LETTRE


Votre travail, comment le voulez-vous ?

La Cgt des cadres et technicien-nes lance une consultation sur le contenu,le sens et la finalité de votre travail. La réhabilitation et la revalorisation de travail sont la clé de réponses efficaces à la crise financière, économique et sociale actuelle.

L’objectif est de promouvoir un large débat dans les entreprises où les cadres et tecnicien-nes puissent dire comment ils vivent et voudraient leur travail.

Vous pouvez répondre au questionnaire en ligne .