Accueil > Actualités > Communiqué de l’UNESCO.Journée mondiale des enseignants 2008 : 18 millions de (...)

Actualités

Communiqué de l’UNESCO.Journée mondiale des enseignants 2008 : 18 millions de professeurs supplémentaires sont nécessaires !

Et le gouvernement français augmente le déficit dénoncé par l’UNESCO !

dimanche 5 octobre 2008, par CGT Educ’Action 94

À L’heure où le président de la République via le gouvernement français :

- supprime à nouveau des postes de professeurs dans le premier et le second degré, qu’il anéantit les postes d’enseignants spécialisés dans la lutte contre l’échec scolaire, qu’il détruit les RASED, qu’il attaque la maternelle .... qu’il emploi de plus en plus d’enseignants précaires,....

- réforme la formation des enseignants pour mieux la détruire ! À l’heure où les syndicats d’enseignants, la FCPE et l’UNL ont lancé l’appel du 4 octobre

- aggrave par toutes les mesures prises tant les conditions d’enseignement que les conditions de travail !

- propose ou fait proposer un projet de loi sur les EPEP....

- met en grave péril les services publics.... seuls à même de lutter pour l’accès démocratique de tous à tout pour le progrès social,

- ne fait rien pour augmenter le pouvoir d’achat de l’ensemble des salariés.....

À l’heure donc où pour lutter contre l’échec scolaire, améliorer les conditions d’enseignements et de travail ( ...!!!) l’état français met en danger l’école publique et laïque, l’UNESCO lance un cri d’alarme pour la journée mondiale des enseignantsoctobre du 5 : pénurie mondiale d’enseignants qualifiés ( déficit de 18 millions de professeurs ) ! Par ailleurs l’Unesco insiste sur l’importance de la Recommandation conjointe OIT/UNESCO de 1966 concernant la condition du personnel enseignant !Une deuxième recommandation de l’UNESCO concernant la condition des professeurs de l’enseignement supérieur a été adoptée en 1997.

Ces deux textes énoncent des principes fondamentaux sur des sujets tels que les conditions de formation et d’emploi des enseignants, la participation des enseignants et de leurs représentants aux décisions éducatives, et les mesures nécessaires, au niveau national, pour promouvoir les personnels et un environnement de travail de qualité.

Non, non, ce n’est pas une boutade....

Le gouvernement français perdure dans sa volonté de mépris des élèves, des familles et des enseignants !

Une seule réponse : ne laissons pas faire, ne soyons pas soumis, constuisons un rapport de force fort et unitaire, mobilisons nous pour une école publique et laîque au service de la réussite de tous et l’épanouissement de chacun ! Pour des services publics de qualité au service du progrès social !

- Tous en grève et dans la rue le 7 octobre !

- Tous dans la rue le 19 octobre et signer la pétition !

À lire absolument !

Journée mondiale des enseignants 2008 : 18 millions de professeurs supplémentaires sont nécessaires

Faible attrait des salaires, classes surchargées, contrats précaires, formation parfois expéditive… La Journée mondiale des enseignants, célébrée chaque année le 5 octobre, est l’occasion de rendre hommage à une profession qui joue un rôle essentiel dans l’éducation des jeunes et des adultes. Cette année, l’accent est mis sur la nécessité de développer des politiques éducatives en direction des enseignants, seules capables d’assurer un recrutement durable et de qualité

La pénurie d’enseignants qualifiés demeure un problème crucial. L’UNESCO estime en effet qu’il faudrait recruter dix-huit millions d’enseignants supplémentaires pour parvenir à l’enseignement primaire universel (EPU) d’ici 2015. Les besoins sont particulièrement criants en Afrique, où 3,8 millions d’enseignants supplémentaires seraient nécessaires pour atteindre l’EPU. Ce déficit d’instituteurs se traduit dans des pays comme le Rwanda ou le Mozambique par des classes qui peuvent atteindre jusqu’à 60 élèves. Or, il est généralement admis qu’au-delà de 40 élèves, l’éducation ne peut être dispensée correctement.

« Même lorsque le nombre global d’enseignants est suffisant, certaines zones isolées et défavorisées peuvent, de par le monde, être confrontées à des problèmes tenaces de recrutement et de maintien en poste des enseignants. Cette pénurie d’enseignants qualifiés est l’un des plus grands défis à relever pour atteindre les objectifs de l’Education pour tous (EPT) », insiste le message conjoint délivré à l’occasion de la Journée par le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, Juan Somavia, Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Ann M.Veneman, Directrice générale de l’UNICEF, Kemal Dervis, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et Thulas Nxesi, Président de l’Internationale de l’éducation (EI).

Le problème n’est pas seulement quantitatif. L’insuffisance de la formation est aussi un lourd handicap. Dans les pays en développement, il n’est pas rare de trouver des maîtres dont le niveau ne dépasse pas le deuxième cycle du secondaire (Source Institut de statistique de l’UNESCO, 2006). Pour améliorer la situation, seules des politiques cohérentes peuvent favoriser le recrutement de professeurs en nombre suffisant, garantir leur statut et assurer une formation de qualité. Dans le sillage de l’Initiative pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA), élaborée par l’UNESCO, le Congo a ainsi développé une politique globale vis-à-vis des enseignants qui ne vise pas seulement à augmenter le nombre des recrutements mais couvre aussi les questions de statut, les conditions de travail ou encore la gestion du personnel.

Ces questions seront au cœur de la table ronde organisée à l’UNESCO le 3 octobre. Ouverte par le Directeur général de l’UNESCO, elle sera suivie par l’intervention d’enseignants venus de différentes régions du monde ainsi que des experts. Les représentants des organisations partenaires (OIT, UNICEF, PNUD, EI) seront également invités à débattre au cours d’un panel de discussion, modéré par Nicholas Burnett, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour l’éducation.

La Journée mondiale des enseignants insiste sur l’importance de la Recommandation conjointe OIT/UNESCO de 1966 concernant la condition du personnel enseignant. Une deuxième recommandation de l’UNESCO concernant la condition des professeurs de l’enseignement supérieur a été adoptée en 1997. Ces deux textes énoncent des principes fondamentaux sur des sujets tels que les conditions de formation et d’emploi des enseignants, la participation des enseignants et de leurs représentants aux décisions éducatives, et les mesures nécessaires, au niveau national, pour promouvoir les personnels et un environnement de travail de qualité. Ce sont les seuls textes normatifs existant dans ce domaine au niveau international.

- Lire l’article de la lettre de l’éducation relative au communiqué de l’Unesco : Un déficit de 18 millions d’instituteurs !