Accueil > Actualités > Succes de la rencontre nationale du Reseau Education sans Frontieres

Actualités

Succes de la rencontre nationale du Reseau Education sans Frontieres

Communiqué de presse du 17.4.05

lundi 18 avril 2005, par CGT Educ’Action 94

La 2e rencontre nationale du Réseau Education Sans Frontières, organisée le 16 avril à la Bourse du travail de Saint-Denis, a confirmé l’audience du réseau et surtout la solidarité grandissante qui entoure les jeunes scolarisés sans papiers à travers la France.

Le matin, 80 délégués des collectifs de Paris et de province ont fait le bilan de leur action et envisagé les prochaines initiatives du réseau. Le principe d’une nouvelle journée nationale d’action a été arrêtée pour le troisième trimestre.
Un représentant du Gisti a fait l’analyse de la politique gouvernementale concernant les mineurs isolés et montré que les projets annoncés, toujours fondés sur le cas par cas, ne changeront pas fondamentalement la logique actuelle qui les laisse sans accès au séjour, sans ressources et sans perspective d’avenir quand ils atteignent 18 ans. Le réseau réclame pour ces jeunes, qui tous devraient être pris en charge par l’ASE jusqu’à leur majorité, l’accès automatique à un titre de séjour stable : la carte de résident.
Une représentante de la Cimade a décrit la situation actuelle des centres de rétention et la multiplication scandaleuse des cas de jeunes et d’enfants qui y sont enfermés alors qu’ils devraient être protégés.

L’après-midi, ce sont quelques 250 personnes qui ont participé à une réunion chaleureuse et dynamique.
Pour la 1re fois, sans doute, une quarantaine de jeunes lycéens ou étudiants sans papiers, ont pris la parole : ils ont pu dire, non sans difficultés parfois et émotion souvent, la réalité de leur vie quotidienne, leurs difficultés, leurs angoisses, mais aussi leurs luttes et leurs espoirs.
D’autres, régularisés depuis quelques mois ou quelques années, ont raconté la suite de leur parcours et montré par l’exemple à quel point ces filles et ces garçons peuvent être un apport extraordinaire de richesse et de diversité pour le pays qui les accueille.
Et puis quelques acteurs de luttes exemplaires de ces dernières semaines, à Evreux, Beauvais, La Ferté-Bernard ou dans le Val de Marne, mais aussi à Anvers, en Belgique, ont donné la preuve qu’il est possible d’obtenir des régularisations ou d’arracher des jeunes à la menace d’une expulsion qui les renverrait vers les situations de misère ou de violence auxquelles ils avaient pu échapper.

La coordination des sans papiers du 93, le 9e collectif en lutte au siège de l’Unicef à Paris et le collectif des exilés du 10e arrondissements ont pu prendre la parole, démontrant par leur présence que par delà les actions spécifiques de chacun, c’est l’exigence d’une régularisation de tous les sans papiers qui rassemblaient tous les participants.

Cette journée s’est terminée par la lecture d’un message des militants de Pau et une intervention de Mouloud Aounit, qui s’est fait le porte parole des organisations qui soutiennent le Réseau Education Sans Frontières.
Le secrétaire général du Mrap comme les militants béarnais qui luttent depuis 5 mois pour que Samuel, jeune ghanéen de 17 ans, puisse rester en France et y poursuivre sa scolarité malgré la vindicte imbécile d’une administration aux ordre, tous ont exprimé avec force leur détermination et leur conviction de lutter, non seulement pour sauver des jeunes en danger, mais pour ébaucher les contours d’une autre société, plus ouverte, plus juste et plus humaine.

Paris, le 17.4.05