Accueil > Vie de la CGT Éduc’action 94 > Et la mobilisation continue chez les personnels pénitentiaires (...)

Et la mobilisation continue chez les personnels pénitentiaires ....

mercredi 6 mai 2009

Mobilisation des personnels pénitentiaires : Quand la répression répond à la détresse des surveillants !

Ce jour, mardi 5 mai 2009, se poursuit la mobilisation des personnels pénitentiaires avec une intensité qui va crescendo !

Alors que le succès de cette mobilisation ne se dément pas, les pouvoirs publics répondent par la violence là où la situation dramatique des prisons française appelle au dialogue et à la prise en considération des revendications des personnels.

Hier devant la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis et ce matin devant la Maison d’arrêt de La Santé et sans doutes dans d’autres établissements, les forces de l’ordre n’ont pas hésité à faire usage de tout leur arsenal répressif. Là où les personnels réclament le droit de s’exprimer et d’être reconnus, les pouvoirs publics répondent à coup de lacrymogènes, de Taser et de Flashball !

Lorsque l’on connaît les risques occasionnés par l’utilisation d’armes à impulsion électrique ou de Flashball, on ne peut que s’interroger sur le sens des responsabilités de nos interlocuteurs…

Alors que cette mobilisation est le fruit de l’incapacité du Garde des Sceaux à conduire une politique pénale cohérente et un dialogue social respectueux des personnels, les réponses apportées en plein cœur de la crise sont d’une violence qui ne peut que conduire à rendre la situation incontrôlable !

Depuis près d’un an, le Garde des Sceaux se livre à un simulacre de dialogue social n’ayant pour seule ambition que de jouer la montre. Dans le même temps la situation des personnels va en se dégradant : explosion du nombre de suicide, recherche permanente de bouc-émissaires, surpopulation, rythmes infernaux…

La détermination des agents ne pourra qu’être renforcée par ces intimidations !

(...)

Montreuil, le 05/05/09.


MA FLEURY : Mobilisation des 4 et 5 mai 2009

L’unité syndicale

Hier dès 5h00 du matin, plus d’une centaine de Surveillants ont répondu à l’appel de l’Unité Syndicale afin de bloquer l’institution pénitentiaire. Il aura fallu plus de 2 heures aux gendarmes mobiles pour enfin réussir à forcer les barrages.

A midi, 300 Personnels se sont réunis devant la MAH dans un mouvement pacifique.

Vers 20h00, 400 Personnels se sont de nouveau mobilisés pour faire entendre leurs revendications, devant l’ampleur de la mobilisation et la détermination sans faille des Surveillants, une compagnie entière de CRS est venue afin de renforcer les GM.

Alors que la Marseillaise retentissait dans les rangs des Surveillants, les forces de l’ordre ont répondu par le tir de plus de 170 grenades lacrymogènes afin de tenter de dégager les quatre barrages enflammés. Malheureusement, les CRS ont confondu le Personnel de Surveillance avec des émeutiers de cité et ont employé des grenades DBD et des flashballs à l’encontre de la Troisième Force de Sécurité de la « République ».

Mardi matin, après une courte nuit, nous avons de nouveau répondu présent devant les portes de la Maison d’Arrêt. Un première salve de lacrymogènes a été envoyée pour tenter de nous déloger.

Peine perdue ! L’union faisant la force, nous avons courageusement résisté. Une fois de plus les CRS se sont sinistrement illustrés avec encore une fois l’utilisation de flashballs à bout-portant.

Une fois encore ce matin nous étions mobilisés, nombreux et nombreuses, devant nos barricades pour tenter de bloquer les extractions judiciaires comme les consignes nationales intersyndicales nous l’ont préconisés.

A 10h00, l’Intersyndicale est reçue par Dati, notre pseudo ministre qui préfère partir en Jordanie plutôt que s’intéresser à un mouvement d’ampleur des Surveillants annoncé depuis deux mois.

Si nous n’étions pas entendus aujourd’hui, nous nous engageons à accroître la dureté du mouvement.

Fleury-Mérogis le 5 mai 2009,

L’unité Syndicale.


Ce lundi 4 mai 2009, plus de 4000 personnels de surveillance ont affiché fermement et clairement leur mécontentement en bloquant 120 établissements pénitentiaires.

Cette première journée est le début significatif d’une action décidée par l’unité syndicale UFAP/FO/CGT.

Suite à la rencontre écourtée par les 3 organisations syndicales jeudi dernier avec la ministre de la justice, cette dernière a adressé, le soir même, un courrier aux trois secrétaires généraux.

Ce courrier, diffusé massivement ce week-end par les directeurs aux ordres du pouvoir, n’apporte aucune garantie sur plusieurs points soulevés par l’unité syndicale.

C’est pourquoi l’unité syndicale, réunie ce jour à Fresnes, appelle à poursuivre et à amplifier l’action afin de forcer le gouvernement à ouvrir de réelles et de véritables négociations.

L’unité syndicale sera reçue demain matin au ministère de la justice à 10 heures.

Plus forte sera la mobilisation de demain, plus forte sera l’unité syndicale face à la ministre.

Ensemble ce jour, nous avons ouvert une voie ! Restons tous solidaires !

Jean-François FORGET Secrétaire Général UFAP-UNSa

Christophe MARQUES Secrétaire Général SNP-FO

Céline VERZELETTI Secrétaire Générale UGSP-CGT

Fresnes, le 4 mai 2009



Voir en ligne : Le site de la CGT Pénitentiaire