Accueil > Vie de la CGT Éduc’action 94 > Suite des mobilisations : réunion de l’interfédérale de l’éducation (...)

Suite des mobilisations : réunion de l’interfédérale de l’éducation réduite

vendredi 30 mai 2008

L’intersyndicale des fédérations de l’Education nationale s’est réunie le mardi 27 mai dans les locaux de la CGT. La FERC-CGT et la FSU ont souhaité que cette réunion débouche sur un appel à une journée d’action au mois de juin 2008.

Nous ne pouvons que regretter qu’il n’ait pas été possible de trouver un accord large sur cette proposition. En aucun cas l’interfédérale n’a appelé à une quelconque « suspension » des mouvements en cours. Au contraire, l’interfédérale a décidé d’apporter un soutien à toutes les initiatives existantes de lutte contre la politique budgétaire et éducative du gouvernement. Une réunion, dans une configuration syndicale plus réduite, doit se tenir le vendredi 30 mai pour envisager les possibilités d’action en juin.

Par ailleurs, l’ensemble des organisations syndicales présentes rejette unanimement le projet de loi sur le service minimum d’accueil dans les écoles : Les fédérations décident collectivement de boycotter le CTPM du 3 juin prochain. Elles travaillent à la rédaction d’une déclaration commune pour le CTPM qui sera probablement convoqué le 4 juin.

C’est avec une grande surprise que nous avons découvert qu’une des organisations présentes à cette réunion avait communiqué à la presse une information qui n’est pas conforme à la teneur des discussions que nous avons eues.

Pour la CGT, le principe d’une action au mois de juin autour de la défense des services publics, même dans une configuration restreinte, est acquis.

Le Comité confédéral national, réuni aujourd’hui a donné mandat au bureau confédéral de porter lors de l’intersyndicale le principe d’une action de mobilisation sur la question des retraites au mois de juin.

Concernant la voie professionnelle, le protocole vient d’être signé par la direction du SNETAA sur la généralisation du Bac Pro en 3 ans. Le SE-UNSA et le SNALC ont refusé de le signer, alors qu’ils étaient engagés dans le protocole de discussion. Le SGEN-CFDT doit se prononcer dans quelques jours


Voir en ligne : voir le communiqué à ce sujet