Accueil > Actualités > L’école est souvent le lieu de toutes les humiliations et discriminations (...)

Actualités

L’école est souvent le lieu de toutes les humiliations et discriminations pour les jeunes en recherche de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre !

Marche des fiertées LGBT du 28 juin : " POUR UNE ECOLE SANS AUCUNE DISCRIMINATIONS"

dimanche 15 juin 2008, par CGT Educ’Action 94

Affiche marche des fiertées du 28 juin 2008

Nous luttons tous, en tant qu’enseignants contre le racisme et toutes les discriminations, quelles qu’elles soient ! Nous l’avons vécu au moins une fois, au sein des classes dont nous avons la responsabilité.... de la maternelle au lycée !

Insultes souvent banalisées, par manque de temps ou d’informations les insultes, les violences et humiliations à caractère lesbophobes, homophobes, transphobes font d’énormes dégats chez les élèves...Les insultes à caractère homophobes sont aussi les plus fréquentes .... dans la bouche de très jeunes, des jeunes, des moins jeunes et des adultes !

Souvent, ils n’osent pas en parler... et pour cause ! Les jeunes élèves ( du pimaire au lycée) peuvent en souffrir atrocement et peut les entraîner jusqu’à des actes d’auto-destruction.... des comportements à risques ....

Certaines insultes, humiliations et provocations peuvent aussi engendrer des comportements violents dans les récréations et salles de classe ( je suis pas un "pédé" et pour le prouver je le montre en me battant avec d’autres) ! Ces insultes et humiliations sont porteuses, comme toutes les discriminations et propos racistes de haine, de violences, de climat plus que nauséabond !

Nous ne saurions occulter cette problématique de la jeunesse....Nous ne saurions ignorer souffrances et désespoirs !

Comme nous ne saurions nier le fait que des enseignants peuvent souffrir dans leur travail du fait de leur homosexualité !

Les insultes à caractère racistes et homophobes sont un peu trop souvent entendues et banalisées via les stades de foot ou ailleurs !

Nous invitons les enseignants à se joindre activement à la manifestation et à oeuvrer pédagogiquement dans l’école :

- pour que cessent toutes les discriminations, la banalisation des insultes, les humiliations, les actes discriminatoires et racistes !

- pour le respect de tous et de chacun dans sa diversité, pour l’égalité et la fraternité !

Pour en parler et en discuter via des livres, des albums de la maternelle au collège ( et lycée ) : voir la rubrique Bibilographie pour enfants sur le site de l’APGL ( Association des Parents Gays et Lesbiens)

Ci dessous,

- le communiqué de presse de l’inter-LGBT pour la marche des fiertées 2008 " Pour une école sans AUCUNE discriminations"

- un extrait du dossier de presse de l’inter-LGBT, que vous pouvez télécharger ainsi que la listes des associations intervenant en milieu scolaire !

- le parcours de la marche 2008

Parcours marche des fiertées

Voir aussi le communiqué de la CGT du 14 mai : la CGT s’engage !

La Cgt combat toutes les discriminations et il n’y a pas de hiérarchie dans les discriminations. La CGT entend s’occuper de chacune d’entres elles pour les combattre au mieux compte tenu de leurs particularités.

C’est pourquoi toutes les organisations de la CGT sont invitées à participer le 17 mai à la journée mondiale de lutte contre l’homophobie. Le 17 mai est la date anniversaire du retrait de l’homosexualité de la liste des maladies mentales par l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette journée sera marquée par les mot d’ordre « Pour une éducation sans aucune discrimination ! » pour les marches de province et « Pour une école sans AUCUNE discrimination ! » pour celle de Paris.


Communiqué de l’inter-LGBT

Pour une école sans AUCUNE discriminations :

la marche des fiertées LGBT du 28 juin !

Harcèlement, mal-être, violences, injures  : l’école est souvent le lieu de toutes les humiliations, pour les jeunes en recherche de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

L’école peut aussi être un formidable outil de transmission de valeurs universelles : respect, égalité et acceptation des diversités.

Chaque discrimination a ses spécificités, qu’elles soient racistes, sexistes, handiphobes, homophobes, lesbophobes ou transphobes.

Mais toutes usent des mêmes mécanismes  : peur de l’autre, refus de la différence, reproduction des normes culturelles et sexuelles.

« Pour une école sans aucune discrimination »  : en choisissant ce mot d’ordre, les 52 associations membres de l’Inter-LGBT ont souhaité lier l’ensemble de ces combats, et rappeler le monde éducatif à ses devoirs.

Lutter contre toutes les discriminations suppose une totale détermination de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative, et une volonté politique.

Ce sera le message de la Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans du 28 juin 2008, plus festive, revendicative et colorée que jamais.

Christophe Lefèvre, président de l’Inter-LGBT

Alain Piriou, porte-parole de l’Inter-LGBT


Extrait du dossier de presse :

- Mal-être des jeunes en interrogation sur leur orientation sexuelle : un constat de mieux en mieux partagé :

  • « Les jeunes homosexuels présentent des risques accrus de faire des tentatives de suicide. (…) Un quart des tentatives de suicide des garçons âgés de 15 à 25 ans et 10 % de celles des filles du même âge sont très liés à un problème d’homosexualité dont ils ne peuvent parler qu’à la suite de ce geste. (…) Ces jeunes, garçons comme filles, disent ne pas se sentir conformes aux stéréotypes de l’orientation sexuelle ou avoir peur de dévoiler que leur orientation sexuelle n’est pas conventionnelle. Ils disent leur difficulté à exister dans leur orientation sexuelle. La notion de normalité généralement véhiculée par l’environnement social, même sans manifestation de comportement homophobe, en vient à être un poids insupportable pour certains de ces jeunes qui se sentent différents et le vivent difficilement. »

Dominique Versini, Défenseure des enfants, Rapport 2007

  • « Adolescents en souffrance : plaidoyer pour une véritable prise en charge » :

« Parmi l’ensemble des répondants de l’EPG 2004, la moitié (51 %) a déclaré avoir pensé au suicide au cours de sa vie et 14 % à y avoir pensé récemment, dans les 12 derniers mois. (…) »

« Les tentatives de suicide varient selon l’âge des répondants. Les répondants âgés de moins de 20 ans déclarent, pour 32 % d’entre eux, avoir fait au moins une tentative de suicide. À cet âge, ils sont déjà 16 % à avoir récidivé. Les taux de tentative de suicide diminuent avec l’âge, à l’exception de la classe d’âge des 30-34 ans (tableau 21). L’âge médian à la première tentative de suicide est très jeune : 21 ans [7-66 ans] et trois quarts des répondants concernés ont fait leur première tentative de suicide avant 28 ans. (…) »

« Le fait de découvrir son orientation sexuelle très tôt dans sa vie place l’individu dans une situation de fragilité extrême, alors que l’adolescence est une période où la reconnaissance est essentielle et les rejets de la famille et des pairs mal vécus. Cette fragilité associée à la différence des préférences sexuelles et à la difficulté de l’annoncer ou pas à son entourage, génère du stress et du mal-être, dont l’ultime étape peut se matérialiser par la tentative de suicide. La société actuelle donne plus de visibilité à l’homosexualité et semble plus ouverte quant à la sexualité, toutefois, une orientation sexuelle différente de la norme n’est pas plus facile à annoncer, particulièrement pour les plus jeunes. Ces résultats tendent vers les mêmes conclusions que plusieurs études américaines, pour lesquelles le risque de suicide est à son point culminant au moment où les jeunes prennent conscience de leur homosexualité et ce, sans pouvoir en parler. »

Institut de veille sanitaire.
Enquête Presse Gay 2004, publiée en juin 2007

  • « Une comparaison entre les hétérosexuels et les homos et bisexuels de l’échantillon du Baromètre santé 2005 de l’INPES relève une prévalence de 10,4 % d’épisodes dépressifs caractérisés au cours des 12 derniers mois chez les homos et bisexuels à comparer à 3,9 % chez les hétérosexuels. La prévalence des pensées suicidaires dans l’année est de 12,9 % chez les homo et bisexuels versus 6,4 % chez les hétérosexuels. La prévalence des tentatives de suicide au moins une fois dans la vie est de 7,5 % chez les homo et bisexuels versus 2,5 % chez les hétérosexuels masculins. (…) »

« Selon les travaux disponibles (d’Augelli - 1993) cette situation serait liée aux attitudes négatives vis à vis des homosexuels (homophobie, lesbophobie), au harcèlement et aux actes de violence envers les gays. »
« Dans le rapport issu des travaux préparatoires à l’élaboration du plan Violence et Santé, Anne Tursz écrit : “25 % des garçons accueillis pour suicide évoquent leur homosexualité pour la première fois après la tentative. De plus la synthèse de plusieurs études récentes permet de constater que si, chez les 12-25 ans, les sujets homo, bi ou transsexuels représentent 6 % de la population générale masculine, ils constituent 50 % de l’ensemble des garçons décédés par suicide pour la même tranche d’âge ”. »

« Plusieurs travaux amènent à penser que l’homophobie est à l’origine d’une souffrance aiguë. Ainsi, pour la France, l’étude de Marc Shelly en 2005, menée par l’association Aremedia et l’INSERM, conclut que les jeunes hommes homosexuels ont 13 fois de risque de faire une tentative de suicide que les jeunes hommes hétérosexuels. »

Ministère de la Santé, 27 février 2008
Dossier de presse « Plan santé des jeunes »

TELECHARGER LE DOCUMENT ET LIRE LA SUITE DU DOSSIER DE PRESSE MARCHE DES FIERTEES 2008

TELECHARGER ET LIRE L’ANNEXE DU DOSSIER DE PRESSE : LA LISTE DES ASSOCIATIONS INTERVENANT EN MILIEU SCOLAIRE !