Accueil > Actualités > Grève du 17 juin ! Allongement de la durée du travail : c’est non (...)

Actualités

RV 14H30 Bastille vers Richelieu-Drouot

Grève du 17 juin ! Allongement de la durée du travail : c’est non !

Tract de la FERC CGT d’appel à la grève du 17 juin

mardi 17 juin 2008, par CGT Educ’Action 94

FERC : fédération de la recherche et de la culture de la CGT

Malgré les puissantes manifestations unitaires du 22 mai dernier, le gouvernement persiste dans sa volonté de porter à 41 ans la durée de cotisation tandis que le Medef se propose de reculer l’âge de la retraite à 61 ans et plus, sans reconnaître pour autant la pénibilité au travers d’un droit au départ anticipé. Les sacrifices imposés aux salariés depuis les lois Balladur puis Fillon ne garantissent pas l’avenir du système solidaire de retraite. Il est vrai qu’aucun effort n’a été demandé aux entreprises depuis plus de vingt ans alors que le nombre de retraités a doublé !

En revanche ce sont de nouveaux efforts qui sont demandés aux travailleurs avec le projet de déréglementation de la législation sur le temps de travail qui remet en cause les 35 heures. La suppression ou la modification de près de 70 articles du code du travail concernant l’organisation du temps de travail dans les entreprises aurait pour conséquence d’allonger la durée effective de travail de millions de salariés, de réduire le paiement des heures supplémentaires et d’accroître encore la flexibilité des horaires ! Nul doute que RGPP aidant, l’Etat s’engage dans cette voie pour les fonctionnaires.

Pour la Ferc-Cgt, la défense des acquis et la conquête de droits nouveaux en matière de retraite dans les secteurs publics et privés, signifient :

- Le maintien de la retraite par répartition seule garante de la solidarité inter-générationnelle,

- La fixation du droit à la retraite à taux plein au plus tard à 60 ans avec l’acquisition de 150 trimestres de cotisation soit 37,5 années et à hauteur d’au moins 75% du salaire brut,

- La pension calculée sur les dix meilleures années pour le privé et indexée sur les salaires,

- Le droit au départ anticipé pour tous les salariés qui accomplissent des travaux dangereux et pénibles,

- Le maintien et l’amélioration du code des pensions pour le secteur public, la prise en compte pour le calcul de la retraite des périodes d’études et de chômage, l’indexation du minimum de pension à 60 ans, sans discrimination, à hauteur de 80% du SMIC.

Les dispositions de ce socle revendicatif et solidaire fondamental peuvent être financées par une autre politique de l’emploi, une nouvelle répartition des richesses mettant à contribution l’ensemble des profits dont les revenus financiers et par une réforme de l’assiette des cotisations notamment patronales.

Pour la Ferc-Cgt, en matière d’organisation de temps de travail, le développement des technologies doit permettre une évolution des tâches pour qu’elles ne soient plus aliénantes, doit donner davantage de liberté aux travailleurs, conduire à des revalorisations salariales suite à l’augmentation de la valeur ajoutée créée.

C’est dans ce sens qu’il faut transformer le travail pour qu’il soit culturellement structurant. Cela passe, entre autre, par une réduction du temps de travail.

Parce qu’il s’agit de développer les solidarités, de reconnaître les particularités, de gommer les inégalités,
Parce que les progrès technologiques et les gains de productivité doivent permettre à l’ensemble de la population de vivre mieux,

Soyons tous ensemble en grève et dans les manifestations le 17 juin 2008 pour une grande journée d’action et de conquête sociale.