Accueil > Actualités > Journée mondiale de l’eau, la Cgt appelle à la mobilisation pour l’accès à une (...)

Actualités

Journée mondiale de l’eau, la Cgt appelle à la mobilisation pour l’accès à une eau potable et de qualité

Communiqué de la Confédération Générale du Travail

mardi 22 mars 2005, par CGT Educ’Action 94

Dans le cadre de la journée mondiale de l’eau, il est temps de mettre en œuvre les objectifs du millénaire décidés en septembre 2000 lors de la conférence de New York. Ce pacte mondial baptisé « objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) » se donne un ensemble de huit objectifs, l’eau y figure comme le septième. Cinq ans après, les gouvernements ont failli à leurs promesses alors que la prochaine conférence mondiale des Nations Unies se tiendra en septembre 2005. Les mêmes Nations Unies chiffrent le coût de leur réalisation à 135 milliards de dollars par ans, dès 2006, pour une mise en œuvre « à minima » de ces objectifs. Ce chiffre est à ramener aux chiffres du revenu mondial (40 000 milliards de dollars par an), du commerce mondial (8 000 milliards de dollars par an) ou des profits des grandes entrep ! rises transnationales (les cinq majors de l’industrie pétrolière affichent, pour 2004, un bénéfice net cumulé de 85 milliards de dollars).
0,7% du revenu national des pays riches suffirait à atteindre les objectifs, en mettant à contribution ces mêmes entreprises. Au rythme actuel, les OMD ne seront pas atteints en 2015 mais vers 2165 !
Concernant l’eau, cet objectif ne pourra être atteint en laissant le contrôle et la gestion des ressources en eau et des services d’assainissement aux entreprises et grands groupes privés mondiaux, majoritairement français, ni en accélérant le processus de privatisation dans ce secteur. Et ce d’autant que les processus de privatisations ont pour la plupart échoué. Ils n’ont pas donné un meilleur accès aux plus démunis. Ils n’ont pas dégagé plus de moyens financiers pour les investissements. Au contraire, dans certains cas, ils ont contribué à aggraver les inégalités.
A l’heure du réchauffement climatique et alors que la problématique du renouvellement des ressources en eau consommable se pose, il n’est pas admissible que des entreprises continuent de considérer ce secteur comme un marché potentiel en expansion, source de profits.
La Cgt condamne les pressions exercées par les pays développés, particulièrement l’Union Européenne, pour accélérer les processus de privatisation imposés dans le cadre de l’AGCS.
Chaque être humain sur la planète doit bénéficier du droit inaliénable pour un accès à une eau potable de qualité puisque l’eau est un besoin vital.
En terme de ressource, l’eau doit être considérée comme un Bien Mondial et non comme une ressource marchande. Celle-ci ne doit pas être un objet de domination, ni un enjeu de conflits. Une approche durable de la maîtrise et de la gestion de cette ressource implique que l’eau soit dégagée des contraintes du marché. Aussi, la Cgt partage le premier attendu de la directive européenne établissant le cadre de la politique communautaire de l’eau qui indique : « l’eau n’est pas un bien marchand comme les autres mais un patrimoine qu’il faut protéger, défendre et traiter comme tel ».
La Cgt réaffirme son exigence de mise en œuvre immédiate des mesures capables de satisfaire les besoins des populations. C’est pourquoi elle a rejoint la coalition française de lutte mondiale contre la pauvreté, regroupant ONG et organisations syndicales sous la dénomination « 2005 : plus d’excuses ».