Accueil > Actualités > « L’Europe doit changer de cap ! ! »

Actualités

« L’Europe doit changer de cap ! ! »

Déclaration de la Confédération Générale du Travail

mardi 22 mars 2005, par CGT Educ’Action 94

Avec 75 000 participants venus de toute l’Europe, la manifestation de Bruxelles du 19 mars a connu un immense succès. La participation française a été forte et remarquée, la Cgt ayant mobilisé plus de 10 000 manifestants. Son mot d’ordre « Combattre l’Europe libérale et agir pour une Europe sociale » a été décliné en de multiples revendications dans le prolongement des mobilisations en France pour l’emploi, les salaires, les 35 heures, la défense des services publics et une véritable politique industrielle.

Des expressions revendicatives très convergentes ont été portées par l’ensemble des délégations. En particulier, le refus du dumping social prôné par la directive Bolkestein est vif et généralisé. Ainsi, un message clair a été adressé aux chefs d’état qui vont se réunir en sommet européen cette semaine. Le Secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats l’a exprimé par ces mots : « Les 75 000 manifestants ont exprimé leur vision de l’Europe sociale et demandent à l’Union Européenne de changer de cap ».

Cela appelle à ce que la place des revendications et propositions syndicales soient rééquilibrées dans l’élaboration des politiques européennes. Les politiques monétaires et économiques restent pour l’heure essentiellement soumises aux exigences des organisations patronales, dont le credo est d’accroître et d‘étendre la concurrence marchande pour mieux déréglementer les législations sociales. L’organisation patronale européenne, l’Unice, s’apprête à faire de l’actuel Président du Medef, Ernest-Antoine Seillière, son futur Président : cela en dit long sur l’agressivité qu’elle entend montrer en la matière.

Le Sommet des Chefs d’État doit examiner les raisons de l’échec de l’ « Agenda de Lisbonne », qui entendait réaliser en Europe une véritable « économie de la connaissance » favorable à l’emploi. Pour les millions de salariés représentés par les manifestants de Bruxelles, c’est sans doute parce que, lorsque les politiques monétaires et de la concurrence priment sur la politique sociale, l’économie souffre elle aussi.

Le succès de l’euro-manifestation de Bruxelles agit maintenant comme un formidable encouragement à poursuivre et développer les luttes sociales dans toute l’Europe, et à intégrer les enjeux européens dans les revendications nationales. C’est la démarche que la Cgt entend poursuivre et développer en France.