Accueil > Actualités > Zimbabwe : Arrestation du secrétaire général du Syndicat progressiste des (...)

Actualités

Zimbabwe : Arrestation du secrétaire général du Syndicat progressiste des enseignants du Zimbabwe (PTUZ)

jeudi 15 mai 2008, par CGT Educ’Action 94

Bruxelles, le 15 mai 2008 : La pression est à son comble pour les syndicalistes au Zimbabwe avec une nouvelle arrestation d’un chef de file du mouvement syndical national, Raymond Majongwe, secrétaire général du Syndicat progressiste des enseignants du Zimbabwe (PTUZ) et membre du Conseil général du Congrès général des syndicats du Zimbabwe (ZCTU.) Les faits surviennent alors que Lovemore Matombo et Wellington Chibebe, respectivement président et secrétaire général du ZCTU, sont toujours en détention.

Raymond Majongwe fut appréhendé par la police au tribunal de grande instance de Harare, aujourd’hui, alors qu’il assistait à l’audience de libération sous caution de Lovemore Matombo et Wellington Chibebe. D’après nos sources, son arrestation pourrait avoir un lien avec des rapports publiés par le PTUZ concernant des cas d’agression et de harcèlement au travail à l’encontre de personnel enseignant dans le contexte de la vague de violence politique qui déferle sur le pays à l’heure actuelle.

Le Zimbabwe a l’obligation d’inclure un(e) délégué(e) de l’organisation des travailleurs la plus représentative à l’échelle nationale à la délégation qui assistera à la prochaine Conférence internationale du travail, le 28 mai 2008. En leur qualité de dirigeants du ZCTU, organisation syndicale la plus représentative au niveau du Zimbabwe, Lovemore Matombo et Wellington Chibebe doivent être libérés sur-le-champ afin qu’ils puissent remplir leur rôle au sein de la délégation zimbabwéenne.

Le mouvement syndical international surveille de très près la situation au Zimbabwe et dénoncera cette nouvelle arrestation au Comité de la liberté syndicale de l’Organisation internationale du travail (OIT). Il est, par ailleurs, envisagé de porter ce nouveau cas de répression antisyndicale flagrante à l’attention d’autres organes de supervision de l’OIT. La CSI a lancé un appel pour la libération immédiate de tous les syndicalistes en détention à ses organisations affiliées et partenaires de par le monde, y compris Amnesty International.

Dans une lettre adressée au gouvernement du Zimbabwe (EN), la CSI a exhorté le Président Mugabe à ordonner la libération immédiate de Lovemore Matombo, Wellington Chibebe et Raymond Majongwe et à retirer tous les chefs d’accusation portés à leur encontre.

Voir en ligne sur le site de la CSI