Accueil > Vos droits > La poudre aux yeux des annonces de Darcos aux lycéens

Vos droits

La poudre aux yeux des annonces de Darcos aux lycéens

mardi 13 mai 2008, par CGT Educ’Action 94

La poudre aux yeux des annonces de Darcos aux lycéens

Premiers éléments

sur le site du sden 93 : infos sden

Le 7 mai, Darcos a reçu des représentants de l’UNL et de la Fidl. A l’issue de la rencontre, il s’est félicité du « dialogue constructif, malgré un désaccord persistant sur la question du non-renouvellement de 11 200 postes à la rentrée ». Pourtant, il ne s’est engagé qu’à mettre en place un dispositif de « réussite scolaire » dans les 200 lycées les plus en difficultés (voir au dessus). Dès cette rentrée, les élèves auront droit à un soutien gratuit : 1 500 assistants d’éducation et 2 000 étudiants en master seront mobilisés. Des stages de rattrapage seront mis en place dès août. .

Cette mesure tout en augmentant la précarité, n’a que pour objectif de valider les suppressions de postes, l’accroissement de la précarité et de la dérégulation des statuts. Elle ne bénéficiera même pas aux lycéens dont le soutien déconnecté des cours ne pourra compenser les réductions d’heures d’enseignement prévues, la fermeture des options, l’augmentation des effectifs par classe. On détruit d’un coté et on veut faire croire que de légers pansements pourront compenser de l’autre. Darcos s’est d’ailleurs empressé de préciser que cela se ferait « sans augmentation budgétaire », les moyens du dispositif seraient alors pris ailleurs…

Concernant la généralisation du bac pro 3 ans, le ministre veut faire croire que le BEP serait à présent maintenu. En vérité, le BEP ne deviendrait qu’une vague certification (qui ne serait plus reconnue dans les conventions collectives) dans les filières où le bac-pro 3 ans se généraliserait. Il ne serait maintenu que dans quelques champs de métier très spécifiques. Dans le tertiaire, l’électrotechnique et la plupart des diplômes professionnels, le BEP est toujours appelé à entrer concrètement « en extinction ».

Quant à la prétendue possibilité de maintenir le passage du bac-pro en 4 ans, ce n’est qu’une redite sur les passerelles prévues par l’intermédiaire des CAP 2 ans qui devraient ensuite intégrer une 2e année de bac-pro.
Ces mesures étaient déjà connues et dans le relevé de conclusions que le ministère propose de signer aux organisations syndicales engagées par le « protocole de discussion » que nous dénonçons, il n’est évoqué le maintien d’une possibilité de passer le bac-pro en cursus 2 an + 2 ans que pour 10% des élèves, essentiellement dans les filières où le CAP prédominait.

Le fond de cette contre-réforme demeure, et les annonces de Darcos sont une véritable duperie. Nous enverrons rapidement un commentaire du relevé de conclusion que le ministère propose aux organisations syndicales.

Seule véritable avancée, l’introduction d’une session de rattrapage pour le bac-pro 3 ans. Aucun détail n’est donné, mais cette mesure n’est-elle pas un aveu formidable que la généralisation du bac-pro 3 ans ne correspond en rien aux besoins de la majorité des élèves pour l’obtention d’un diplôme.

Une seule conclusion, lycéens, personnels, Parents, continuons la lute pour faire gagner les revendications de notre mobilisation.

ATTEINTE AU DROIT DE GREVE, DARCOS PROVOQUE

Ne parvenant pas à empêcher la mobilisation, Darcos veut se donner les moyens de restreindre le droit de grève des personnels. C’est ainsi que pour la grève du 15 mai dans le 1er degré, il a relancé un service d’accueil très minimal payé par les grévistes eux-mêmes et qu’il propose de nouvelles atteintes au droit de grève en voulant obliger à se déclarer gréviste avec un préavis de 2 jours.

Notre réponse, c’est par la lutte que nous lui opposons contre sa politique et ces atteintes au droit de grève que nous lui donnons.