Accueil > Actualités > AVEC LES SALARIES GREVISTES « SANS PAPIERS » : LA LUTTE CONTINUE

Actualités

Tract de l’Union Départementale CGT du Val-de-Marne

AVEC LES SALARIES GREVISTES « SANS PAPIERS » : LA LUTTE CONTINUE

Et déclaration CGT du 9 mai

vendredi 9 mai 2008, par CGT Educ’Action 94

Dans plus de trente entreprises regroupés sur 15 sites en Ile de France, dont 4 dans le Val de Marne, plusieurs centaines de salariés sans papiers sont en grève depuis le 15 avril 2008.
Ils, elles exigent leur juste régularisation et se battent pour que les résultats acquis profitent à tous.

Ils travaillent dans des métiers dit « sous tensions » : restauration, construction, nettoyage, commerce, hôtellerie, aide à la personne. Certains d’entre eux sont sous contrat intérimaires depuis plusieurs années.…

Malgré les tentatives gouvernementale et patronale d’opposition des salariés entre eux, 80% de l’opinion publique est aujourd’hui favorable à la régularisation des salariés sans papiers.

L’action syndicale a jusqu’à ce jour permis que des rencontres voient le jour avec le ministère de l’immigration et la CGT, pour que chaque département déposent les dossiers de demande de régularisation de chaque salarié engagé dans la grève.

Dans un communiqué de presse du 6 mai 2008 Monsieur le préfet du val de marne indique que sur 544 dossiers déposés en préfecture, 284 d’entre eux habitant le Val de Marne sont examinés.

A ce jour et à notre connaissance très peu de salariés ont été convoqués par la préfecture pour leur délivrer leur récépissé de régularisation.

Notre organisation syndicale continue à être particulièrement attentive a ce que l’ensemble des dossiers soient réglés positivement et le plus vite possible.

Dans cet esprit une nouvelle demande de rencontre avec la préfecture a été entreprise par la CGT pour préciser cet objectif.

Après le pique nique départementale de lutte et de solidarité à Paris Store (Choisy le roi) les salariés en grève et les syndicats CGT ont décidé de maintenir l’action pour gagner la régularisation de tous les salariés « sans papiers » en grève.

On vit ici, on travaille ici, on reste ici, on lutte ici !!

En ce mois de mai, où de nombreuses revendications s’expriment dans les entreprises, faisons en sorte que partout l’action s’amplifie sur nos revendications.

• Pour l’augmentation des salaires, le SMIC à 1500 €uros ;

• Pour le droit à une retraite à 60 ans solidaire et à taux plein ;

• Pour de vrais emplois ;

• Pour nos conditions de travail.

• Pour la régularisation

Ensemble salariés, avec ou sans papiers,

Participons nombreux à la journée nationale d’action et de manifestation unitaire du :

22 mai à Paris, pour nos retraites

Rendez vous à 14h30 Place d’Italie


Sites occupés :

- Paris Store ; rue du Docteur Roux

- Addéco (intérim) à Créteil ; N19 à 200 mètres de l’église de Créteil en remontant vers Bonneuil

- Comatech à Arcueil Arrêt Métro Laplace prendre l’impasse rue baudran 94160 Arcueil


TIKEN JAH FAKOLY au côté des sans papiers

On l’a souvent entendu sur scène dénoncer la politique postcoloniale de la France. Puis on l’a vu à Cachan, en août 2006, soutenir les mal-logés - dont certains en situation irrégulière - de l’ancienne cité universitaire.

Hier, le chanteur ivoirien Tiken Jah Fakoly est revenu dans le Val-de-Marne, pour rendre visite, cette fois, aux salariés sans papiers de l’entreprise de nettoyage Seni, au KremlinBicêtre. L’un des sites occupés depuis presque un mois, à l’initiative de la CGT et de l’association Droits Devant !!,
« Ce n’est pas seulement parce que je suis africain que je suis venu. Même si, c’est vrai, je me sens encore plus concerné. C’est la soif de justice qui m’envoie ici. Ces personnes travaillent à des postes que les jeunes Français refusent, ils cotisent, paient des impôts. Ce ne sont pas des voleurs, ils sont dans leurs droits Ils doivent maintenant être dans la légalité », explique le reggae man.


Déclaration de la CGT du 9 mai 2008

Travailleurs sans papiers : Où en est le conflit ?

Les premiers récépissés de régularisation ont été délivrés pour des grévistes de deux entreprises (7/10 au Café de la Jatte et 17/20 à US Passion Traiteur) dans les Hauts-de-Seine.

En date du 7 mai, la Cgt et Droits devant !! prennent acte de la volonté affichée du Premier Ministre et du ministère de l’immigration d’accélérer l’étude et le règlement des dossiers déposés par les travailleurs "sans papiers" en grève. Dans un courrier du 6 mai, le Premier ministre indique que le but est de "trouver la meilleure solution possible pour les travailleurs concernés" .

Cette évolution positive du conflit est à mettre à l’actif du mouvement engagé depuis le 15 avril et pour certains salariés depuis le 27 mars.
Pour autant, la vigilance des organisations engagées dans ce conflit ne baisse pas car le but reste d’obtenir que l’ensemble des dossiers soit réglé positivement et le plus vite possible. Il est d’ailleurs urgent que les employeurs fassent les démarches officielles et nécessaires auprès des autorités (contrat de travail en bonne et due forme et redevance à l’Anaem).

Dans le processus de régularisation engagé, il n’est pas pour autant question de lever un piquet de grève tant que les travailleurs de l’entreprise concernée n’auront pas été régularisés.

D’autres travailleurs "sans papiers" dans d’autres entreprises sont prêts à rejoindre le mouvement si le besoin s’en faisait sentir.

En ce qui concerne la situation des agents de sécurité de Fabio Lucci, la CGT note avec satisfaction que les autorités se sont engagées à trouver une solution de régularisation rapide pour les grévistes. En conséquence de quoi, le blocage du magasin a été levé par le piquet de grève qui reste néanmoins sur place.