Accueil > Actualités > Dossier CGT...Salariés grévistes « sans papiers » , privés de titre de (...)

Actualités

Petit dossier de la CGT Educ Action 94....

Dossier CGT...Salariés grévistes « sans papiers » , privés de titre de séjour

à compléter au fur et à mesure......

vendredi 25 avril 2008, par CGT Educ’Action 94

DES TRAVAILLEURS SANS-PAPIERS SE METTENT EN GREVE POUR LEUR REGULARISATION ET EXIGENT CELLE DE TOUTES ET TOUS LES SANS-PAPIERS

SIGNER LA PETITION EN LIGNE

LA TELECHARGER

Dans plus de trente entreprises regroupées sur 12 sites en Ile de France, plusieurs centaines de travailleurs sans papiers sont en grève depuis le 15 février 2008.

Ils exigent leur juste régularisation et se battent pour celle de tous les sans papiers. Ils travaillent dans les métiers dits « sous tensions » : restauration, construction, nettoyage, commerce, hôtellerie, jardinage, aide à la personne…

Ils payent depuis des années les cotisations aux caisses d’assurance maladie, retraite, ASSEDIC, sans pouvoir prétendre en bénéficier. Ils payent leurs impôts.

Ils sont des salariés à part entière, malgré cela dans toute la France, des milliers de sans papiers sont dans cette situation, utilisés par le patronat, condamnés à se taire dans la crainte d’être licenciés, dénoncés et conduits vers des centres de rétention pour être expulsés.

Aujourd’hui, les salariés ont besoin de votre soutien. Par votre signature aidez les à obtenir : leur régularisation et celle de tous les sans papiers.

Le gouvernement et le patronat doivent prendre leurs responsabilités.


La CGT appelle les salariés, les organisations syndicales au soutien financier.

Vos dons et résultats de collecte sont à envoyer par chèque à l’ordre de

"CGT/solidarité salariés sans papiers", Case 2-1, 263, rue de Paris - 93516 Montreuil,
en mentionnant également cette référence sur votre courrier.

CONTACTER AUSSI LES UL ET UD CGT


Le dossier CGT : tous les articles


Les derniers communiqués et/ou déclarations de la CGT

- 2 Novembre 2007 : Non à une politique d’immigration, non seulement choisie, mais aussi discriminatoire !

- 10 mars 2008 : La CGT à Bamako avec les salariés maliens expulsés de France

- 3 avril 2008 : Les migrants sont des salariés à part entière ! La xénophobie d’Etat tue les droits de tous !

- 16 avril 2008 : A Paris, plus de 200 travailleurs en grève pour les régularisations

- 23 avril : Travailleurs sans papiers en grève : le conflit a fait bouger les lignes


Communiqué CGT Ile de France

PLUS DE 200 TRAVAILLEURS SANS PAPIERS SE METTENT EN GREVE POUR LEUR REGULARISATION ET EXIGENT CELLE DE TOUTES ET TOUS LES SANS PAPIERS

mardi 15 avril 2008

Le 13 février 2008, les cuisiniers "sans-papiers" du restaurant « La Grande Armée » se mettaient en grève pour exiger leur régularisation. Six jours après, en référence à la circulaire gouvernementale du 7 janvier 2008, sept, d’entre eux étaient régularisés.

Deux mois plus tard, le 15 avril 2008, plus de 200 travailleurs sans-papiers entament une nouvelle grève sur leurs lieux de travail, en ayant en tête la régularisation des dizaines de milliers d’autres "sans-papiers" vivant et travaillant en France.

Depuis des décennies, les travailleurs "sans-papiers" occupent les emplois dans les 150 métiers dits « en tension » (restauration, BTP, nettoyage, jardinage, aide à la personne…), là, où, en comptant avec eux, le gouvernement reconnaît qu’il y a officiellement un manque de main-d’œuvre.

Dans le même temps, ce même gouvernement veut les empêcher de travailler en leur interdisant les emplois inclus dans la liste des 150 métiers…. La grande majorité d’entre eux a des feuilles de paye, déclare ses impôts et verse aux caisses d’assurance maladie, retraite, ASSEDIC…, des cotisations, sans pouvoir prétendre en retour en avoir le bénéfice.

Travaillant ici aux conditions des pays où la main d’œuvre est sous-payée, ce sont les délocalisés des branches non-délocalisables. (lire la suite)


Communiqué RESF du 16 avril : RESF soutient les travailleurs sans papiers

- RESF : Lille/Paris : Marche nationale des sans papiers- Départ le 19 avril 08

- Le blog du CSP59 Lille


URIF CGT 18 avril 2008

TRAVAILLEURS SANS PAPIERS : 4e JOUR DE GREVE - 3e NUIT D’OCCUPATION

327 travailleurs "sans papiers" sont maintenant en grève et occupent leur entreprise.

Le 15 avril à l’appel de la CGT et de l’association Droits Devant !!, ils étaient près de 300, à s’engager dans ce mouvement pour exiger leur régularisation et celle de tous les travailleurs "sans papiers".

Après une période d’installation, le mouvement tend maintenant à s’élargir.

Le nombre de travailleurs des entreprises déjà en grève augmente. Dans la chaîne de restauration "Chez Papa", de 20 les grévistes sont passés à 36 ; à Véolia-Wissous de 12 ils sont maintenant 19, à US
Passion traiteur, à Colombes, de 11 grévistes, ils sont maintenant 15…

Depuis hier, de nouvelles entreprises sont touchées par ce mouvement de grève notamment de petites entreprises dans le bâtiment et dans le nettoyage…D’autres plus importantes vont l’être, sous peu,
comme dans la restauration.

( lire la suite)


Communiqués de l’UD CGT 94 : 21 avril 2008

- Les salariés luttent pour faire reconnaître leur droit à la régularisation

- Occupation et grève de nos camarades salariés « sans papiers »
lundi 21 avril 2008


Communiqué de l’URIF CGT 23 avril 2008

- Régularisation des travailleurs sans-papiers : une avancée à porter au crédit de la lutte.


Communiqué du SAF ( Syndicat des Avocats de France)

- 22 avril 2008 : SYNDICAT DES AVOCATS DE FRANCE : Communiqué de presse. Sans papiers : Les travailleurs en grève pour les régularisations


Communiqué URIF CGT du 24 avril 2008

Le conflit des salariés sans-papiers pour leur régularisation a contraint les pouvoirs publics à des premiers reculs, alors que cela paraissait impossible depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. L’action conjointe de la CGT d’Ile-de-France et de l’association "Droits devant" avec les salariés immigrés privés de titre de séjour a rendu visible une situation scandaleuse. L’opinion découvre qu’une partie de notre économie repose sur l’emploi et la surexploitation de salariés sans papiers.

UNE SOIREE EXEPTIONNELLE

Un moment exceptionnel a été vécu mercredi soir, 23 avril, à la Bourse du travail, par toutes celles et toux ceux qui ont assisté à la réunion publique des travailleurs sans-papiers de Paris et de la région parisienne organisée par la CGT et l’association « Droits devant ».

La salle Eugène Hénaff, pleine à craquer, n’a pu accueillir tout le monde : des sans-papiers venus par centaines et portés par un immense espoir, mais aussi de nombreux militants syndicaux, politiques et associatifs ainsi que des élus venus apporter leur soutien.

Nous étions plus de 2000 répartis entre la salle de réunion et le boulevard du Temple !

Francine Blanche, Raymond Chauveau, pour la CGT, Jean-Claude Amara, pour l’association Droits devant, ont salué le courage extraordinaire de ces salariés sans-papiers pour sortir de leur condition d’esclave moderne dans laquelle les enferment gouvernement et patronat ; le premier en les privant du droit à l’identité, le second en profitant de leur clandestinité pour les contraindre à un travail rémunéré au plus bas prix : « 3,80 euros de l’heure ! », ont dénoncé plusieurs d’entre eux.

Ce conflit historique a contraint le pouvoir à ouvrir ses portes, ce qui constitue une première. Mais aucun piquet de grève ne sera levé tant que les dossiers déposés dans les préfectures ne seront régularisés, ont affirmé les intervenants. ( ....lire la suite)


DOSSIER PRESSE