Accueil > Actualités > Appel de l’intersyndicale et de l’AG IDF : ON CONTINUE !

Actualités

Appel de l’intersyndicale et de l’AG IDF : ON CONTINUE !

lundi 21 avril 2008, par CGT Educ’Action 94

VOIR LE COMMUNIQUE DE LA CGT EDUC’ACTION IDF (1° ET 2ND DEGRE) : LA MOBILISATION SE POURSUIT ET SE POURSUIVRA DES LA RENTREE, LE GOUVERNEMENT DOIT REPONDRE A NOS REVENDICATIONS

VOIR APPEL INTERFEDERALE ELARGIE : APPEL A MOBILISATION POUR UNE POLITIQUE EDUCATIVE AMBITIEUSE

VOIR L’APPEL DE LA COORDINATION LYCEENNE


Intersyndicale région parisienne

CGT Educ’Action – SNES – SNEP – SNUEP – SNFOLC – SUD Education – SGEN-CFDT (Paris)

Collèges, lycées, lycées professionnels Jeudi 17 avril

Toujours dans l’action et la manifestation aux côtés des lycéens

Mardi 15 avril nous étions plus de 50 000 dans la rue, enseignants du second et du premier degré, lycéens, parents, de la région parisienne, toujours plus nombreux et déterminés à nous faire entendre du ministre sur nos revendications !

Mais le ministre persiste dans ses choix désastreux et ne cesse de mener campagne dans les médias pour en minimiser les conséquences.

L’intersyndicale du second degré de la région parisienne, sur la base de sa déclaration du 10 avril, appelle donc les personnels à maintenir la pression, à être à nouveau aux côtés des lycéens dans l’action, y compris par la grève et à assurer le succès de la manifestation à Paris le jeudi 17 avril 14h Place de la République

Le rétablissement pour la rentrée de moyens permettant à tous, personnels et élèves, de travailler correctement, passe par la satisfaction de nos revendications :

- Annulation des 2102 suppressions et création des postes nécessaires !

- Restitution des postes transformés en heures supplémentaires !

- Maintien des BEP ! Non à la généralisation des bac pro 3 ans !

- Ouverture de véritables négociations sur les métiers de l’éducation dans le respect des statuts et des missions et dans le sens d’une amélioration des conditions de travail, le rapport Pochard ne pouvant constituer une base de discussion.

- Réemploi et titularisation des personnels précaires.

Le ministre doit nous entendre et négocier, un collectif budgétaire doit être voté.

L’intersyndicale région parisienne appelle les personnels du second degré à poursuivre dès la rentrée des congés de printemps leur mobilisation et à l’inscrire dans la perspective de l’action nationale qui s’impose et qui doit s’organiser en mai.

L’intersyndicale région parisienne appelle les personnels à se rendre devant le palais de justice de Paris (M° Cité) JEUDI 17 AVRIL à 9H, jour où Rodolphe JUGE, enseignant au lycée Papin à la Courneuve, doit être jugé. Il a été arrêté par la police avec 5 autres manifestants, alors qu’il encadrait la manifestation le 3 avril , et est accusé de « violences volontaires » ! Elle appelle à poursuivre la campagne de signature de la pétition.


Dans toutes les régions,

UN MÊME DROIT A L’EDUCATION, UNE MÊME MOBILISATION

L’assemblée générale Ile de France des établissements et des écoles en lutte (qui a réuni ce 15 avril, suite à une nouvelle manifestation réussie (40 000 personnes), 113 établissements et écoles, en présence des syndicats CGT, CNT, SNES, SUD Education) lance un appel à l’ensemble des établissements et écoles du pays, aux AG de villes, de bassins et départementales :

La mobilisation ne cesse de s’amplifier :

Au niveau des acteurs : les lycéens, les parents et les personnels sont au coude à coude dans cette lutte ; à présent des étudiants et même des collégiens s’y mettent.

L’ensemble des secteurs de l’Education nationale est touché : lycées professionnels, généraux, collèges et maintenant le premier degré.

Les élus comme les médias commencent à relayer notre mouvement… Au niveau géographique : la mobilisation progresse en Ile-de-France, par le nombre d’établissements, d’écoles et de villes concernés, comme le confirme chaque manifestation parisienne, et elle s’étend en province.

Si Darcos mise sur les vacances pour nous décourager, il en sera pour ses frais. A nous de transformer les congés décalés en avantage. Le 19 avril, nos vacances commencent, pendant lesquelles nous assurerons la permanence de l’AG IdF par des initiatives en direction de l’opinion. Cela aura plus de sens si les établissements de la zone B puis de la zone A rentrent dans la lutte dés leurs reprises respectives.

Nous vous passons le relais, cette « flamme » qui ne devra pas s’éteindre, tant que nous n’aurons pas fait remballer ses projets au gouvernement.

Nous proposons donc :

- d’être aux côtés des lycéens lorsqu’ils manifestent, jeudi 17 avril et le 6 mai

- d’amplifier les initiatives unitaires pour lutter contre la répression : l’AG appelle à participer au Rassemblement au tribunal de Paris (métro cité) le 17 avril, à 9 h en soutien à Rodolphe Juge et elle met en place (avec les associations de défense des droits de l’homme) un dispositif de vigilance contre les arrestations : contact d’urgence, réseau d’avocats…

- de réunir des AG à tous les niveaux pour décider la reprise ou l’amorce des grèves, des blocages, des occupations… dès le 21 avril pour la zone B, le 28 pour la zone A et le 5 mai pour l’Ile-de-France et Bordeaux. C’est la mobilisation de chacun, de chaque AG, de chaque région, tous ensemble, qui va nous permettre de gagner sur les revendications, comme l’ont montré les Lycées H. Wallon à Aubervilliers et Voltaire à Paris ou les collèges J.Vilar à La Courneuve et Marie Curie aux Lilas.

- de tenir une deuxième rencontre nationale des établissements en lutte le 3 mai, à 18 h, au 8 impasse Crozatier 75012 Paris, pour faire le point sur l’extension de la mobilisation, à la veille de la reprise en Ile-de-France et pour coordonner notre lutte à l’échelle nationale.

- de demander à l’ensemble des syndicats lycéens et enseignants d’appeler dans l’unité dès la semaine de la rentrée de la zone C, et au plus tard le 15 mai, à la grève nationale et à reconduire cette grève, à la FCPE d’appeler à l’école déserte, aux fédérations de fonctionnaires d’appeler aussi au 15, pour le retrait du projet de loi sur la mobilité des fonctionnaires, avec manifestation nationale à Paris, pour faire céder le gouvernement sur

- Refus, dans tous les secteurs, des suppressions de postes et des heures supplémentaires : et donc des sureffectifs, des suppressions de classes et de filières, d’options, de dispositifs d’aide (soutien, RASED…) ; maintien de tous les BEP et retrait de bacs pro en 3 ans. Création de tous les postes nécessaires (profs, vie scolaire, orientation, médicaux, sociaux, TOS, remplacement, renforcement des moyens des RASED…)

- Refus de la casse de l’école publique et des statuts des personnels : refus de la réforme Darcos du 1er degré, des nouveaux programmes, du soutien scolaire imposé, des stages de vacances… ;

- abandon du rapport Pochard, de l’augmentation et de l’annualisation du temps de service, du « travailler plus pour gagner plus »,

- augmentation des salaires pour tous ;

- retrait des projets de loi cassant la fonction publique (suppression de la garantie d’emploi pour les fonctionnaires) ;

- titularisation des précaires.

- Maintien et amélioration de la carte scolaire et des moyens en ZEP

Prochaine AG IdF, ouverte à tous, le mardi 6 mai, à 17 h 30 Bourse du Travail de Paris, 3 rue du Château d’Eau

Contact : ag.idf@ml.free.fr