Accueil > Actualités > déclaration de l’union nationale CGT-Educ’Action

Actualités

déclaration de l’union nationale CGT-Educ’Action

mercredi 8 décembre 2004, par CGT Educ’Action 94

Après les 7 et 8 décembre,
construire unitairement
d’autres échéances revendicatives

Par leur implication dans la grève et leur présence aux différentes manifestations (10 000 à Paris, 700 à Bordeaux, 250 à Bayonne, 2 000 à Aix, 1 000 à Lyon et à Lille, 300 à Poitiers, 1 800 à Montpellier, 100 à Tarbes...) auxquelles l’UNSEN-CGT, avec plusieurs syndicats de la FSU, les appelaient, les personnels ont voulu faire passer plusieurs messages au ministre de l’Education nationale et au gouvernement.

Ils ont exprimé, tout d’abord, leur refus des suppressions d’emplois et un déficit de plusieurs milliers de recrutements programmé au budget 2005 et leurs effets catastrophiques sur l’emploi, les conditions de travail des personnels et les conditions d’études des jeunes.

Ils ont dénoncé également les contenus d’un projet de loi d’orientation qui, loin de garantir l’accès de tous à l’éducation et à la qualification, créera de nouvelles inégalités.
Ce projet, qui responsabilise particulièrement l’Ecole pour amortir les effets de la « fracture sociale », constitue une rupture avec la loi de 1989 :
- Il minimise le rôle de la maternelle ;
- Il axe le traitement de la difficulté scolaire sur le redoublement, met en cause l’enseignement adapté et fonde la pédagogie sur un contrat visant à culpabiliser les jeunes touchés par l’échec scolaire ainsi que leur famille et sans en garantir d’ailleurs les moyens nécessaires ;
- Il organise le tri social au collège ;
- Il réduit une nouvelle fois l’enseignement professionnel à un moyen de remédiation de l’échec scolaire et le livre à la concurrence de l’apprentissage ;
- Il porte des coups importants aux statuts et aux conditions de travail des personnels en comptant sur leur conscience professionnelle.

Enfin, ils ont rappelé leur exigence d’une remise à niveau de leur pouvoir d’achat qui a reculé de 5% depuis 2000, revendication portée également aujourd’hui en participant aux différentes initiatives organisées par les fédérations CGT de la Fonction publique.

Les personnels qui se sont engagés le 7 décembre ont montré leur détermination à poursuivre cette action que l’UNSEN-CGT considère comme la première étape d’un processus qu’elle souhaite le plus unitaire possible.

L’UNSEN-CGT appelle les personnels à poursuivre et amplifier l’action. Elle invite l’ensemble de ses directions départementales et académiques et ses syndiqués à intensifier, dans les écoles, collèges, lycées et IUFM, la campagne d’information et de débat pour imposer d’autres choix au gouvernement et pour décider, avec les personnels, des modalités de poursuite de l’action.

Montreuil, le 8 décembre 2004