Accueil > Vos droits > Stages remise à niveau : le Cnal (action laïque) critique les moyens octroyés (...)

Vos droits

Dépêche de l’éducation du 9 avril 2008 source AFP

Stages remise à niveau : le Cnal (action laïque) critique les moyens octroyés au privé

mercredi 9 avril 2008, par CGT Educ’Action 94

Stages remise à niveau : le Cnal (action laïque) critique les moyens octroyés au privé

Le Comité national d’action laïque (Cnal) s’est dit « scandalisé » mercredi que l’Etat accorde autant de moyens aux écoles privées qu’aux établissements publics pour organiser les stages de remise à niveau en CM1-CM2, alors qu’elles accueillent des élèves en moindres difficultés scolaires.

« Les écoles privées vont bénéficier d’une manne supplémentaire de trois millions d’euros. Le gouvernement a en effet décidé de leur octroyer 148.000 heures supplémentaires pour financer des stages de rattrapage à destination des élèves en difficulté », déplore le Cnal dans un communiqué.

Interrogé pour confirmer ces chiffres, le ministère a affirmé qu’il s’agissait de 148.500 heures supplémentaires, pour un coût de 5,6 millions d’euros.

« Rien ne justifie ce nouveau cadeau », estime le Cnal, « scandalisé ». « Pourquoi, en effet, accorder au privé une dotation proportionnellement identique à celle du public, alors que ces stages devraient bénéficier aux seuls élèves les plus en difficulté ? », interroge-t-il.

« Contrairement aux écoles privées, le service public et laïque, et c’est son honneur, ne choisit pas et ne trie pas les élèves qu’il accueille. C’est donc lui, qui a la charge quasi exclusive de l’accueil des plus fragiles », ajoute-t-il.

Depuis lundi, les élèves les plus en difficultés scolaires de CM1-CM2 peuvent participer à des stages d’une semaine de remise à niveau en français et mathématiques proposés par l’Education nationale et réalisés par des enseignants volontaires rémunérés en heures supplémentaires, pendant les vacances de Pâques et en début et fin de grandes vacances.

Le Cnal réunit la FCPE, l’Unsa-Education, le SE-Unsa, la Ligue de l’Enseignement et la Fédération nationale des DDEN (délégués départementaux de l’Education nationale).