Accueil > Actualités > Stress au travail : des négociations s’ouvrent

Actualités

CGT : SANTE AU TRAVAIL

Stress au travail : des négociations s’ouvrent

lundi 7 avril 2008, par CGT Educ’Action 94

Stress au travail Des négociations s’ouvrent

Des négociations visant la transposition d’un accord européen de 2004 viennent de s’ouvrir. Il était plus que temps car depuis quatre ans, l’actualité ne s’est pas privée de nous rappeller de manière dramatique que la souffrance psychologique est devenue un phénomène massif. A l’occasion de la première séance de négociations, la CGT fait la déclaration suivante :

"Nous apprécions positivement l’ouverture de cette négociation dont l’objet est la transposition de l’accord européen de 2004 2004-avril 2008, il n’échappe à personne l’importance du retard pris au regard d’une actualité dont chacun d’entre nous peut mesurer à quel point elle appelle des réponses urgentes et au niveau voulu.
Nous avons une obligation de résultat.

Nous pensons que l’accord européen peut être amélioré ; nous ferons donc des propositions d’amendements à ce texte.

Nous souhaitons une prise de conscience forte de l’enjeu que représente la lutte contre les risques psychosociaux. Dans ce contexte, la prévention du stress d’origine professionnelle est un enjeu de santé publique. Les situations anormales de travail doivent être reconnues comme altérant la santé des travailleurs, comme entravant le travail et l’efficacité économique des entreprises, commerces et autres services.

Le coût humain et économique est lourd, le ministre du travail, lui-même, évoque jusqu’à 4 points de PIB.

Cette nouvelle négociation sur le travail et la santé, son résultat, sont, dans ces conditions, particulièrement attendus.

Nous pensons possible d’avancer très rapidement car nous ne partons pas de rien.

Aussi sans nier la nécessité de toujours mieux rechercher, analyser les causes du stress nous plaidons pour l’action.

Un important travail de mise en lumière des problématiques de mise en tension des salariés a été effectué par les équipes de l’ANACT, par celles de l’INRS, pour objectiver ce qui relève des causes professionnelles.

Des chercheurs par leurs travaux scientifiques, ont déjà, non seulement contribué à la révélation de l’ampleur du phénomène mais aussi proposé des pistes d’actions pour transformer le travail lorsqu’il présente un risque.

Si le stress est cet état qui survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face, alors on doit remettre nécessairement en questionnement le travail.

C’est la raison pour laquelle la qualité de la vie au travail implique de pouvoir parler de son travail, implique de l’écoute, du respect et de la reconnaissance.

Nous ne nous situons donc pas dans une logique de gestion du stress au sens de son accompagnement.

L’action doit avoir pour but de le prévenir et lorsqu’il existe le supprimer.

Nos amendements porteront sur 5 grands domaines :

1. La transposition de l’accord européen au contexte français. Son caractère normatif et la nécessité de le voir étendu à l’ensemble du monde du travail.

2. La définition et la description du stress d’origine professionnelle qu’il convient selon nous de compléter et de préciser.

3. Les liens qui peuvent exister entre les choix d’organisations, les méthodes de gestion des ressources humaines et le stress sur lesquels il convient d’alerter les employeurs et les salariés.

4. Les indicateurs du stress, l’analyse des facteurs de stress.

5. la préconisation de mesures pour mener l’action contre le stress."


VOIR LE COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’UGICT-CGT :

SUICIDES AU TRAVAIL : ARRETEZ LES DISCOURS