Accueil > Actualités > La CGT de 1966 à 1984 : L’empreinte de mai 1968

Actualités

Colloque de l’IHS-CGT les 14 et 15 mai 2008 à Montreuil

La CGT de 1966 à 1984 : L’empreinte de mai 1968

mardi 8 avril 2008, par CGT Educ’Action 94

Colloque de l’IHS-CGT (Institut d’Histoire Sociale de la CGT )

La CGT de 1966 à 1984 L’empreinte de mai 1968

Colloque les 14 et 15 mai 2008 à Montreuil

L’institut CGT d’histoire sociale (IHS) organise les 14 et 15 mai 2008 au siège de la CGT un colloque sur le thème :

La CGT de 1966 à 1984. L’empreinte de mai 1968 Les évènements qui se sont déroulés en mai et juin 1968 ne sont pas survenus « comme un coup de tonnerre dans un ciel serein ».

Le contexte économique, social et politique, l’environnement international ont été les ferments d’une rupture dont l’onde de choc s’est prolongée tout au long des décennies suivantes.

- Quelles furent donc les causes et les configurations de ces évènements ?

- À quels enjeux économiques, sociaux, internationaux, la CGT fut-elle confrontées ?

- Quels furent la place et le rôle des différents acteurs ?

- Quels enseignements peut-on en tirer pour le syndicalisme d’aujourd’hui ?

colloque de l’IHS

Programme

Première journée :

- 8 h 30 Accueil des participants.

- 9 h Ouverture des travaux : Georges Séguy, président d’honneur de l’Institut CGT d’histoire sociale.

Première séance :

Causes et configurations. Fécondité et ambivalence.
Présidence : Elyane Bressol, présidente de l’Institut CGT d’histoire sociale.
Introduction : Michel Pigenet, professeur d’histoire contemporaine, La Sorbonne Paris 1 ; André Narritsens, Institut CGT d’histoire sociale.

- 11 h Deuxième séance :

Deux décennies cruciales pour les relations internationales de la CGT.
Introduction et synthèse des contributions écrites :

Jean-Marie Pernot, chercheur, Ires ;

Alphonse Véronèse, Institut CGT d’histoire sociale, ancien membre du bureau confédéral de la CGT.

- 14 h Troisième séance : Les enjeux économiques et sociaux : débats et combats de la CGT. Présidence : Joël Hedde, Institut CGT d’histoire sociale.

Introduction et synthèse des contributions écrites :

Michel Margairaz, professeur d’histoire, Paris 8 ;
Gérard Alezard, Institut CGT d’histoire sociale, ancien membre du bureau confédéral de la CGT.

Seconde journée

- 9 h Quatrième séance :

CGT, syndicats, partis politiques, associations.
Présidence : Donat Decisier, secrétaire général de l’Institut CGT d’histoire sociale.
Introduction et synthèse des contributions écrites :
Danielle Tartakowsky, professeur d’histoire contemporaine, Paris 8 ;
François Duteil, président de l’Institut Mines-Energie, ancien membre du bureau confédéral de la CGT.

- 13 h 30 Table ronde : Démocratie sociale, démocratie syndicale, démocratie politique : une trilogie citoyenne pour le syndicalisme d’aujourd’hui. Animateur : Pierre Tartakowsky, journaliste.

Participants :

- Emilio Gabaglio, Secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats de 1991 à 2003 ;

- Bernard Thibault, Secrétaire général de la CGT ;

- Isabelle Sommier, directrice du Centre de recherche politique de la Sorbonne, Paris 1 ;

- Jacques Julliard, historien (sous réserve) ;

- Henri Rouilleaut, directeur de l’Anact de 1991 à 2007. 16 h

Conclusions :

Elyane Bressol, présidente de l’Institut CGT d’histoire sociale ;
René Mouriaux, politologue.