Accueil > Actualités > Compte-rendu de l’audience intersyndicale, FCPE, élus avec le Recteur (...)

Actualités

Compte-rendu de l’audience intersyndicale, FCPE, élus avec le Recteur mercredi 2 avril 2008

samedi 5 avril 2008, par CGT Educ’Action 94

Audience exceptionnelle dans la mesure où le recteur a reçu dans la même délégation 15 personnes :

- les FCPE représentés au titre des 3 départements BUCH pour le 94, MINETTO philippe pour le 77, MINETTO Jean Marc pour le 93 ,

- les Vice-présidents des Conseils Généraux du 94 et 93 chargés de l’enseignement , HANOTIN Mathieu et GARNIER Gilles pour le 93 , SALVODELI Pascal pour le 94 ( le soutien de celui du 77 était acquis)

- le Député - Maire d’IVRY/ seine, GOSNAT

- le président de la commission d’enseignement du conseil régional IDF alain GIRARD ,

- une Conseillère régionale du 94, BOURVIL Chantal

- et les syndicats de l’académie de Créteil : SNES, SNEP, FSU 93, SUD, CNT, FO , SGEN (Non- signataire de l’appel à cause cde Pochard) et la CGT

Pour le Rectorat :

- Le RECTEUR,

- Mme LUIGI SG adjointe,

- le Secrétaire Général TORTOSA,

- le DAET DOUDEMENT,

- Le Chef de Cabinet du recteur,

- Le Responsable DAF du Rectorat,

- Le DOYEN Des IPR ( Pédagogie) ,

- et M. FOUCHARD ancien Chef de Cabinet et chargé du pôle Socio -Educatif du rectorat

Compte RENDU

Le RECTEUR a souhaité d’emblée pendant 10 minutes sans attendre l’introduction de l’Intersyndicale faire un point sur le BAC PRO 3 Ans en insistant sur les points habituels que nous connaissons bien :

Ce n’est pas une réforme économique, le bilan actuel est largement positif de l’expérimentation , c’est une façon de lutter contre l’absentéisme et d’orienter positivement , le BEP Tertiaire n’offre aucun débouché. Ce n’est pas juste de dénigrer le BAC pro 3 ans auprès des jeunes ETC...Alors qu’il est positif

Le SNES a alors rappelé au RECTEUR l’objet de la demande d’audience très large avec l’Intersyndicale, les parents et les élus :

- On refuse la rentrée 2008 telle que se présente actuellement , la mobilisation actuelle en est l’expression

- des 637 Emplois supprimés dans le Second degré et No,n à la généralisation des BAC pro 3 ans

Ensuite la FCPE 94 concentre son intervention sur le NON REMPLACEMENT des PROFS en citant des ’exemples et les Maths, l’ANglais, le français en dénonçant d’emblée le recours aux HSA et HSE (protocole DE ROBIEN) inopérant globalement

Le Député Maire d’IVRY insiste sur l’aggravation supplémentaire des conditions d’enseignement par la suppression importante et continue des postes d’enseignement surtout dans notre académie et le NORD et souhaite un dialogue véritable pour récupérer les emplois supprimés qui est l’objet de cette demande d’audience.

Le RECTEUR intervient une nouvelle fois mettant en avant l’aspect démographique et la perte de 5 000 lycées à la rentrée dernière , le solde positif de + 60 emplois dans le 1er degré en SEine et Marne et la décision rectorale d’abonder de 50 emplois TZR le remplacement ciblée ( ?) Pour la rentrée 2008. La situation est effectivement p^lus délicate en 77 (territoire très large) et les congés de maternité augmentent...

Il reconnaît le PB réel du remplacement mais pour lui ça s’améliore objectivement sur les STATs

La FCPE demande alors si le rectorat a évalué le Nombre d’enseignants supplémentaires qu’il faudrait pour le remplacement ?

Alain Girard du Conseil Régional intervient pour indiquer que la Généralisation du BAC PRO 3 ans pose un PB au conseil Régional au vu des élèves en grande difficulté (besoin de temps et non de raccourcir le parcours et supprimer le BEP) et pose le Pb de l’Accès Au BTS de ces élèves.

Il indique que le Président HUCHON a interpellé le Ministre DARCOS sur les suppressions d’emploi dans l’éducation nationale et en IDF .

Les collectivités territoriales font des efforts soutenus dans le cadre de la décentralisation et l’état se désengage de plus en plus sur eux.

Le Vice président du Conseil Général du 94 intervient en soulignant la mobilisation des enseignants et lycéens, la suppression des postes réduisant les options, les ateliers de langue, le droit au redoublement , les effectifs chargés.

Le dispositif SOS 94 est évoqué par la C Régionale du 94 pour indiquer le non respect des 1er vœu des élèves en LP cause principale de la désaffection et l’absentéisme des élèves de LP.

Le Vice président chargé de l’éducation du Conseil Général de la Seins ST Denis intervient globalement sur la gestion à flux tendu des moyens et des effectifs incompatible avec les besoins d’amélioration des conditions d’enseignement dans les Collèges et lycées.

La FCPE 93 constate des remontées d’effectifs en collèges, l’absence d’INSPECTEUR d’académie, de projet de rentrée 2008 et l’indécence de l’augmentation des Heures Supplémentaires : Pour lui 25 heures Sup dans une discipline et un collège ou lycée ça fait un poste pour le moins
Il dénonce la violence policière faite aux élèves du lycée Eifel à GAGNYet constitue une provocation et des actes inadmissibles en posant la responsabilité de tels actes.

Il termine en dénonçant les effets de seuil d’effectifs aux conséquences dramatiques sur les fermetures de classes et donc de postes.

En réponse, le Recteur indique la nomination dans les 8 jours d’un nouvel IA pour le 93 et insiste pour dire que l’atmosphère ressentie dans l’académie ainsi que la diffusion de l’information sont d’une grande importance . Pour le recteur ni le remplacement ni l’orientation vont bien dans l’académie.

Le DAET rappelle qu’aucune filière n’est fermée dans l’académie à la rentée 2008 qu’il ya 46 000 élèves dans les LP mais t 22 000 apprentis et par exemple dans la filière automobile il y a un apprentissage dominant (sous entendu empêchant au public de se développer) répondant ainsi à la CR du 94 en indiquant que le coût en investissement des filières est assumé par la Région dans une responsabilité partagée avec les recteurs.

Le député - maire d’Ivry tient à obtenir une réponse sur la question de savoir si il y a Négociation ou non sur les emplois supprimés : Sans réponse du Recteur

Les syndicats ensuite sont intervenus :

- SUD pour demander : Quelles sont les procédures de révision de remplacement pour une meilleure efficacité (évoquée par le RECTEUR dans les réponses).Il faut une qualité du Dialogue et souligne la mobilisation des lycéens

- CNT insiste sur le NON DEDOUBLEMENT des CLASSES, rappelle les acquis du plan de rattrapage 93 de 1998 remis totalement enn cause aujourd’hui et cite les efectifs de collèges par classe avec l’objectif de 18 élèves dans les zones difficiles ramenés maintenant à 22, 23 élèves _ Il demande la levée des sanctions disciplinaires à l’encontre des lycées dans l’exercice u droit de grève.

- FO rappelle la demande de la restitution des 637 emploi supprimés et indique le nombre de 1000 postes supprimés dans l’académie en réalité ; cite l’exemple de lycées avec 13 postes supprimés (10% de l’ensemble) et souligne l’aspect dramatique des collègues victime de carte scolaire et demande la libération des deux lycéens de STAINS en garde à vue mardi soir.,

- SGEN insiste sur le plan de rattrapage du 93 rendu caduc aujourd’hui, sur les évenements graves intervenus au lycée GAGNY EIfel et les heures sup. supprimant des postes en collège

- CGT indique que le PB du remplacement se pose de manière cruciale aussi dans le 1er degré, que les moyens de remplacement manquent dramatiquement et donne le nombre de 400 emplois ( chiffre syndical) nécessaire pour ce remplacement dans le 93 uniquement.

La CGT tient à souligner que le rectorat a épuisé en Mars 2008 les réserves en moyens d’enseignement disponible prévus dans la préparation de la rentrée 2008 ( 1500 heures en lycée et 140 heures en LP) de janvier /février 2008j, que le rectorat a procédé à un nombre non négligeable d’HSA en Lycée/LP retransformés en heures postes mais il faut le rappeler à partir de taux d’HSA imposés insupportable pour les établissements et les enseignants ( 14% en Lycées et 12% en LP) soit 3 à 4 heures en moyenne par prof titulaire.

La demande de restitution des 637 postes supprimés est indispensable pour préparer une rentrée 2008 autre que celle d’aujourd’hui Qu’en est-il par exemple des Néo-Titulaires arrivant sur l’académie qui doivent avoir 2 heures de décharge de service et donc ne pas effectuer d’heures supplémentaires ?

La cgt tient à rappeler que l’expérimentation BAC PRO 3 ans n’ofre pas un Bilan aussi positif souligné par le RECTEUR , bilan d’ailleurs réalisé sur très peu de divisions soit 13 divisions et très mitigé sur les résultats, l’attractivité et les montées pédagogiques.

Le fait de multiplier par 4 le nombre de divisions en 1re année BAC PRO 3 ans soit de 48 divisions à 184 comme le nombre de lycées concernés de 39 lycées à près d’une centaine constitue une généralisation de l’expérimentation avec laquelle nous sommes en désaccord .D’autre part le BEP fait partie intégrante de la formation professionnelle diplômante avec référentiel y compris dans l’expérimentation actuelle BAC PRO 3 ans sans différence avec le cycle BEP 2 ans puis BAC pRO 2 ans et il ne s’agit pas là d’une formation d’avant et obsolète selon les termes du Recteur .

Le recteur a tenu compte au 2/3 des avis négatifs des établissements concernant l’ouverture de BAC PRO 3 ans par suppression de la seconde BEP soit 40 propositions supprimées, il a donc respecté en partie son engagement pris devant l’intersyndicale mais a tenu le CAP sur la généralisation de l’expérimentation à la rentrée 2008 avec laquelle nous restons en désaccord.

La CGT s’est prononcée pour une Expérimentation limitée et maîtrisée avec un Véritable Bilan absent aujourd’hui et reste opposée à une généralisation du BAC PRO 3 ans.

Le recteur apporte quelques réponses à la fin de l’audience :
Pour lui l’avis des CA sur le BAC pRO 3 ans a été pris en compte largement comme il s’en était engagé. Il reste convaincu du bien fondé de la réforme BAC PRO 3 ans.

Il respectera le choix des collègues ne souhaitant pas faire d’HSA mais au delà de l’heure supplémentaire obligatoire.
Le Choix de 50 TZR en plus est un choix pour le remplacement mieux maîtrisé. Dans le second degré il indique la suppression de 848 postes au total.

Le mois de JUIN 2008 sera l’occasion d’ajustement- habituel des moyens supplémentaires ou suppression par établissement en fonction des effectifs et structures pédagogiques mais dans le cadre du redéploiement de moyens entre établissements. Le nombre de Néo-Titulaires est de 1800 arrivés dans le second degré et les moyens ont été dégagés par l’Académie pour supporter les 2 heures de décharge hebdomadaire de service pour l’ensemble. Un groupe de travail aura lieu sur ce dispositif d’accueil et de formation.

Pour le Recteur sur le Mouvement lycéen, la Carte des mobilisations actuelles n’est pas calée sur la carte des suppressions de postes et il est regrettable de voir 2 à trois semaines de cours en moins dans ce cadre.

Il est d’accord pour que les sanctions disciplinaires soient levées au seul motif de grève lycéenne et donc non participation aux cours. Pour le reste la ligne jaune ne doit pas être franchie a-t-il rappelé.

A la question de la FCPE sur le respect par les IA et Recteur des avis des CA concernant le refus des DHG et la demande de révision en conséquence le recteur n’a pas répondu

Pour conclure provisoirement :

Le Recteur prend acte des suppressions de postes dans l’académie par le ministère qu’il ne remet pas en cause et n’ouvre aucune ouverture de négociations si ce n’est l’ ajustement des moyens et structures pédagogiques en JUIN pour la phase d’ajustement par redéploiement. Les motifs de mobilisation des lycéens comme des parents comme des enseignants reste donc entier.

Les mobilisations vont donc se poursuivre en direction du ministère

Dès Jeudi 10 avril l’appel intersyndical RP à la grève et à la manifestation parisienne à 14H du Luxembourg avec les organisations lycéennes et certainement la participation de la FCPE sera une nouvelle étape importante de mobilisation en direction du Ministère qui fait la sourde oreille et tente de discréditer le mouvement social pour l’école qui s’amplifie.