Accueil > Actualités > Suicides au travail : arrêtez les discours !

Actualités

COMMUNIQUÉ DE PRESSE de l’UGICT CGT

Suicides au travail : arrêtez les discours !

mardi 1er avril 2008, par CGT Educ’Action 94

Mot de la CGT Educ’Action 94 :

L’éducation nationale est aussi touchée par le suicide au travail. Hélas, l’actualité nous l’a montré.... suicide d’une collègue PE dans le Sud-Ouest ... tentative de suicide d’un jeune collègue PE qui allait se faire inspecter... Nous savons que de nombreux collègues sont dépressifs.... ce n’est pas pour rien !

Tensions, surcharge de travail, surmenage, isolement ....et avec les réformes en cours, nos conditions de travail vont se dégrader encore plus et ce, d’autant plus que dans notre ministère, la santé au travail reste aun sujet tabou ( pas de médecine du travail.....)

Nous devrons atteindre des objectifs totalement irréalisables ce qui nous propulsera dans un système contradictoire et dangereux !

Cet article nous concerne !


Les prix augmentent, le gouvernement va faire une enquête.

Les suicides se multiplient dans les entreprises, le gouvernement va faire une enquête… dont les premiers résultats pourraient être connus début 2009.

L’incompétence tourne à l’irresponsabilité.
En une semaine, nous venons d’apprendre successivement le suicide de cadres, de techniciens à HSBC, à la BNP PARIBAS et un quatrième suicide au Technocentre de Renault Guyancourt.

Il est inacceptable de continuer la politique de l’autruche avec la santé au travail qui doit être une préoccupation majeure des salariés, des syndicats, des pouvoirs publics et du Medef.

Combien de drames faudra-t-il encore supporter pour que le patronat envisage de modifier son mode de management ? Un management technicisé qui se généralise. Ses objectifs : détruire tout obstacle à la rentabilité financière à court terme, occulter la finalité des missions, évacuer la dimension humaine et collective du travail, nier l’expertise et la technicité.

Ce mode de management, conçu pour la course à la performance se réduit au suivi d’indicateurs de résultats. Il percute l’éthique professionnelle des cadres et professions techniciennes.

La reconnaissance salariale de la qualification ne se juge plus qu’à la réalisation des objectifs, au prix d’une pression physique et psychologique croissante, d’une intensification insoutenable du travail.
Ce mode de management ignore aussi les réticences de l’encadrement, mais contrôle les manifestions publiques de ses désaccords.
Tant que le patronat ne considèrera les suicides que comme des dégâts collatéraux de la rentabilité financière, ne touchant que quelques personnes plus fragiles, rien ne changera.

Vouloir résoudre le problème en misant sur un peu de coaching individuel revient à nier les responsabilités des entreprises et à déstabiliser le salarié qui aurait du mal à s’assumer.

Non, les suicides ne sont pas une maladie comportementale, mais le résultat d’un mode d’organisation et de pilotage de l’entreprise construit pour la seule la satisfaction des actionnaires.

Le temps de l’observation est dépassé. Il s’agit aujourd’hui d’agir en profondeur. L’Ugict-CGT préconise de s’atteler d’urgence à élaborer un nouveau mode de management dont les bases doivent être le plein exercice des qualifications et leur reconnaissance, le respect de la
citoyenneté, l’épanouissement des solidarités et les liens sociaux dans l’entreprise.

VOIR LE COMMUNIQUE

Montreuil, le 13 mars 2008