Accueil > Actualités > FCPE, FO, CGT, SUD : Appel unitaire 94 premier degrésur la Carte scolaire, (...)

Actualités

Rassemblement devant l’IA 94

FCPE, FO, CGT, SUD : Appel unitaire 94 premier degrésur la Carte scolaire, CTPD

vendredi 21 mars 2008, par CGT Educ’Action 94

Val-de-Marne Communiqué commun SNUDI-FO, CGT Educ’Action, SUD Education, et de la FCPE

Lors du groupe de travail CTP qui s’est tenu lundi 17 mars, l’IA a annoncé :
- La remise en cause généralisée de l’accueil des enfants de deux ans, même en ZEP,

- La disparition de toute norme ou seuil d’ouverture ou de fermeture de classe,

- La suppression des 38 postes de moyens supplémentaires en ZEP,
Aucune création de postes de RASED, aucune création de classes spécialisées,

- L’affectation de PE2 en stage filé sur les quarts de décharge des directions d’école de 5 et 6 classes

- 43 nouvelles fermetures de classes…

Le CTP qui doit statuer sur ces propositions se tiendra mardi 25 mars 2008 à 9h à l’Inspection Académique de Créteil.

 

Les mesures de carte scolaire que l’IA va tenter d’imposer s’inscrivent dans l’ensemble des mesures de démantèlement de l’école laïque et républicaine.

En effet, à la prochaine rentrée, il est prévu que 11 200 postes soient supprimés dans l’Education nationale.

Concrètement, dans le premier degré, 580 postes seulement vont être répartis, toutes académies confondues, alors que dans le même temps, ce sont 37 000 élèves supplémentaires qui arriveront dans les classes (soit en moyenne un enseignant pour 64 élèves !).

De même, dans le second degré, de très nombreux postes sont supprimés : près de 1200 emplois d’enseignant (637 postes et 50 postes d’administratifs sur l’Académie). 

De même, avec le projet Darcos (relevé de conclusion signé entre le Ministre, le SE-UNSA et le SGEN-CFDT), les rapports Pochard et Attali, la remise en cause du statut de la fonction publique et des obligations de service des enseignants (annualisation) dégradants les conditions d’enseignements pour les enfants est programmée, ainsi que la disparition rapide des Rased, de la formation continue organisée sur le temps de travail, de la liberté pédagogique individuelle des enseignants.

Un projet de décret traduisant ces mesures réactionnaires (et modifiant le décret de 91 définissant les obligations de service des enseignants) vient d’être rendu public par le ministre. Il a été soumis pour avis au Conseil Supérieur de l’Education jeudi 20 mars.
Il s’agit d’imposer les objectifs affichés par le chef de l’Etat : réduire le nombre d’enseignants, remettre en cause leurs droits statutaires, s’attaquer au service public en généralisant l’autonomie des établissements scolaires et ainsi ouvrir la voie aux EPEP qu’avec tous les enseignants nos organisations rejettent.

On ne peut pas l’accepter !

Nos revendications sont légitimes : elles doivent être satisfaites !

Nos organisations sont unies pour exiger du Ministre et de l’Inspecteur d’Académie :

- Le retrait du projet de décret du ministre Darcos (suppression des samedis matins, annualisation de nos horaires, …) et du relevé de conclusion et l’ouverture immédiate de négociations sur nos revendications.

- Le retrait des stages de remise à niveau pendant les vacances scolaires (culpabilisation et stigmatisation des élèves et des parents, transfert des responsabilité de l’Etat). En tout état de cause, les directeurs et les enseignants ne doivent pas être obligés d’organiser les stages.

- Le refus des 11500 suppressions de postes et l’attribution au département de tous les postes nécessaires,

- L’ouverture de toutes les classes et des postes nécessaires pour abaisser les seuils et les effectifs par classe.

- Le maintien de tous les postes « Moyens supplémentaires ZEP » dans leurs écoles actuelles.

- La poursuite de l’accueil des 2 ans en ZEP et la création des postes nécessaires à l’accueil des enfants de 2 (et 3 ans) dont les parents le souhaitent.

- La création des postes d’enseignants spécialisés nécessaires dans toutes les options.

- Le refus du « rafraîchissement » des missions des RASED qui n’est en fait programmé que pour réduire leurs moyens et leurs missions : NON à la disparition programmée des RASED.

- La création de tous les postes de remplaçants nécessaires.

- L’abandon du logiciel bases élèves qui organise le fichage des élèves et de leurs familles

Nous invitons les enseignants et les parents à se réunir à tous les niveaux (écoles, communes, circonscriptions) avec leurs syndicats et la FCPE 94 pour définir leurs revendications et les moyens de les faire aboutir.

Le CTPD carte scolaire est convoqué mardi 25 mars.

Nous invitons les enseignants les parents à constituer des délégations massives. Un préavis de grève est déposé.

Venez nombreux le 25 mars à l’Inspection Académique à 9h, enseignants, parents, élus avec vos revendications !

...................................................................................................................

Le même jour, dès 8H00, rassemblement des établissements du second degré devant le rectorat de Créteil !

LIRE EN LIGNE.

..................................................................................................................

LIRE LA DECLARATION DE LA CGT AU CSE

NOUVEAUX PROGRAMMES : ANALYSE DE LA CGT

STATUT DES FONCTIONNAIRES : DES PROJETS PORTEURS DE DANGERS

APPEL DE L’AG IDF DU 20 MARS