Accueil > Actualités > Non à la généralisation du bac pro en 3 ans !

Actualités

Appel CGT Educ’Action Créteil

Non à la généralisation du bac pro en 3 ans !

mardi 11 mars 2008, par CGT Educ’Action 94

TELECHARGER L’APPEL INTERSYNDICAL

- On nous parle de « revalorisation de l’enseignement professionnel » par la généralisation des bac pro 3 ans, mais comment nos élèves pourraient-ils réussir avec moins de temps de formation au lycée et des conditions aggravées d’ enseignement ? Lorsque nous nous sommes opposés à la fermeture généralisée des CAP il y a quelques années, la problématique était la même. Aujourd’hui, il faudrait démultiplier pour le ministère et le rectorat les CAP dans l’éducation nationale alors qu’ils ont évolué vers les BEP pour une grande majorité ; l’objectif pour le ministère est bien de supprimer de fait tous les BEP privilégiant le BAC PRO 3 ans fin de troisième et le Cap ce en quoi nous sommes en total désaccord.

- Aucun programme n’est prêt ; l’académie de Versailles a sorti un « cahier des charges » pour les bac pro 3 ans : Les enseignants devraient évaluer leurs élèves à la rentrée pour élaborer eux-mêmes la progression adaptée aux profils. Mais que deviennent alors les programmes et diplômes nationaux !

- Et le diplôme du BEP ? le ministre dans son courrier du 16 janvier 2008 dit que les élèves pourront passer le BEP en candidat libre. Cela signifie qu’il n’y aura plus de formation au BEP. D’ailleurs le ministre parle de « certification », ce qui n’est pas un diplôme reconnu dans les conventions collectives !

- Que va devenir même le diplôme du bac professionnel ? dé professionnalisé et en CCF (contrôle en cours de formation) généralisé son insertion directe à l’emploi est remis en cause et surtout soumis encore davantage aux exigences des entreprises sur les conditions d’embauche. Les enseignants de lycée professionnel soutiennent le Bac PRO comme véritable diplôme reconnu d’insertion professionnelle directe et s’opposant à la généralisation du CCF, ils demeurent très critiques sur les CCF actuels .

- On peut trouver sur le site de l’académie de Créteil la lettre d’un enseignant tirant le bilan de son expérience sur le bac pro 3 ans : sa lettre en fait a été réécrite ! Son bilan personnel était mitigé, il devient bon !

- Les sections STI et STG sont appelées à disparaître du fait du développement des bac pro 3 ans : les deux types de section ne sont pas prévues pour cohabiter. De même les divisions BEP 1 an existantes ouverts aux élèves de seconde indifférenciée (redoublants pour une grande majorité) vers la voie professionnelle (BEP et BAC pRo 2 ans voire BAC TECHNO) sont menacées de disparition comme les 1ére d’adaptation en BAC TECHNOLOGIQUE ouverts aux élèves sortant de Terminale BEP diplômés.

- Des centaines de postes sont supprimés pour la rentrée 2008, déjà avec la baisse des DHG prévues : Par exemple l’équivalent de 266 postes (en heures postes) rien qu’en sections professionnelles dans l’académie de Créteil, et 683 dans les autres lycées. Ce sont au niveau de l’Ile de France des centaines de collègues qui vont être touchés par des mesures de carte scolaire, donc mis dans des situations personnelles difficiles, voire impossibles pour certaines disciplines comme la plasturgie à Barrault que le rectorat voudrait voire disparaître. Ce sont des collègues qui ne pourront plus muter car le mouvement va être bloqué : combien de collègues ne pourront plus repartir en province ? Et ce sont des milliers de contractuels qui vont se voir congédier à la prochaine rentrée !

- Les grilles horaires du ministère de BEP appliquées à la 1re année du Bac pro 3 ans légitiment la perte déjà de 2,5 heures par division au titre des "modules " et de l’enseignement en groupe réduit donc. Par la suite , qu’en sera –t-il pour les 2e, 3e et dernière année du BAC PRO 3 ans.

D’ores et déjà, la rentrée 2008 organisée par le ministre et les recteurs se traduit par :

- A Créteil, 224 bacs pros en 3 ans contre 48 cette année et la fermeture de 192 BEP (+7 ouvertures) Dans l’enseignement privé, 90% de demandes de transformations de BEP en bac pro 3 ans, 50% retenues par le rectorat : des moyens considérables sont donnés par le rectorat en ce sens pour le privé.

- A Versailles, le recteur annonce 132 bacs pros en 3 ans supplémentaires et la fermeture de 140 BEP, 36% des élèves en bac pro 3 ans rentrée 2008

- A Paris, le recteur annonce 37 bacs pros en 3 ans contre 9 cette année et la fermeture de 45 classes au total.

Quelques situations données lors de la réunion 20 février 2008 :

Au LPO J.Verne à Sartrouville, pour 20 élèves de moins, - 94 heures postes ( et plus 37 heures sup)

Au LP A.Briand au Blanc Mesnil, - 8 postes

Au LP A.Costes à Bobigny, - 10 postes (1 poste supprimé et 21 heures sup en graphisme), chantage à l’encontre des contractuels

Au lycée polyvalent G.Budé à Limeil Brévannes, - 14 postes

Au lycée J.Macé à Vitry – 7 postes, ….

Au LP Béliard à Paris, ouverture d’un Bac pro 3 sans augmentation de la DHG

Au LP Dolet :la transformation d’un BEP Sanitaire et social en Bac pro 3 SVPL signifie, pour ce diplôme, la perte de toute valeur « sanitaire »

Des délégations d’établissements avec leurs organisations syndicales se sont rendues dans les rectorats pour obtenir satisfaction. Elles ont été reçues mais n’ont pas obtenu satisfaction à cette heure.

La CGT-Educ’Action académie de Créteil soutient les délégations d’établissements qui se rendront au ministère dès le mercredi 12 mars à 14H30 métro Solférino afin d’obtenir satisfaction. De même nous soutenons les rassemblements prévues ce même jour devant les rectorats par des intersyndicales et des établissements et en particulier devant le rectorat de Créteil à 14h.

La CGT-Educ’Action académie de Créteil invite les collègues partout à :

- poursuivre les mouvements déjà en cours, de prise de position contre le Bac Pro 3 ans, les fermetures de sections et l’ augmentation indécente des heures supplémentaires que Rectorats et Chefs d’établissement ne peuvent imposer aux Personnels

- se réunir en assemblées générales afin de prendre position et défendre les revendications

- alerter les parents et les élèves : une lettre en leur direction signée par l’intersyndicale nationale CGT, SUD, SNFOLC, SNEP-FSU, SNUEP-FSU est à votre disposition

- se rassembler avec leurs section syndicales pour être reçus au ministère, aux rectorats et exiger l’ouverture de négociations sur leurs revendications

- participer aux actions de grève et de manifestation proposées par l’intersyndicale au plan national dès mars 2008.

PARIS-CRETEIL-VERSAILLES

CGT-Educ’Action, SNFOLC, Sud Education, SNUEP-FSU Paris et Créteil SGEN-CFDT Créteil, CNGA-CFE-CGC Créteil, SUNDEP, SNPEFP-CGT

Dans les lycées professionnels, les personnels, avec leurs sections syndicales, s’adressent aux parents et aux élus.

Ils exigent du ministère satisfaction pour leurs revendications :

- maintien de tous les BEP, sections et diplômes

- maintien de tous les postes d’enseignants

- non à la généralisation des bacs pro 3 ans

Le passage en force du Ministère pour imposer la généralisation du bac pro 3 ans se solde par des situations catastrophiques dans les établissements

L’intersyndicale soutient :

- les délégations d’établissements qui se rendront au ministère le mercredi 12 mars à 14H30 métro Solférino

- les rassemblements prévues le mercredi 12 mars devant les rectorats par des intersyndicales et des établissements et en particulier devant le rectorat de Créteil à 14h.

L’intersyndicale LP région parisienne se réunira le 12 mars à 18H rue du Château d’Eau.