Accueil > Actualités > Répartition de la pénurie pour la rentrée 2008 !

Actualités

ARTICLE DU SDEN 37 (CGT EDUC’ACTION 37)

Répartition de la pénurie pour la rentrée 2008 !

lundi 25 février 2008, par CGT Educ’Action 94

Dans le premier degré.

Le ministre fait valoir une hausse de 700 emplois par rapport à la rentrée 2007. En fait, seuls 580 postes supplémentaires feront l’objet d’une répartition dans les académies.

Une provision de 120 postes est constituée pour accompagner la hausse démographique à Mayotte (80 postes) et 40 postes pour assurer certains engagements internationaux (ITER, école européenne de Strasbourg) et pour procéder à des ajustements ponctuels de rentrée.

L’effort gouvernemental dans ce secteur se traduirait par une augmentation du nombre de postes malgré la baisse des prévisions démographiques (hausse limitée à 17.000 élèves contre 37 000 anticipés lors de la construction du projet de loi de finance 2008).

En fait, cette baisse démographique est essentiellement due à une diminution de la scolarisation préélémentaire (de 2 à 6 ans).

L’accueil des 2-3 ans ne se fait plus que dans 30 % des départements (il se faisait dans 80 % des départements il y a 10 ans).

C’est le résultat de la politique de remise en cause de l’école maternelle menée et poursuivie par ce même gouvernement.

Pour évaluer la situation de l’emploi dans le premier degré à la rentrée de septembre, il faut aussi prendre en compte les suppressions de postes aux concours 2008, 900 postes en moins.

Depuis 2006, les stages en responsabilité (stages filés) des professeurs des écoles stagiaires (PE2) représentent plusieurs milliers de postes. Donc, toute diminution de postes aux concours entraîne invariablement des suppressions de moyens d’enseignement dans les départements.

Sept académies sont susceptibles de connaître une baisse du nombre de leurs élèves dans le 1er degré à la rentrée 2008 (Nancy-Metz, Reims, Caen, Lille, Nice, Strasbourg et Martinique).

Les dotations académiques se font selon des critères précis :

- Évolutions démographiques,

- Critères territoriaux (densité de la population des 2 à 16 ans, pourcentage de population rurale isolée),

- Critères sociaux (taux de RMIstes, pourcentage de chômeurs),

- Contraintes structurelles (pourcentage d’écoles de 1 à 2 classes, de 3 à 4 classes, pourcentage des écoles de plus de 11 classes, pourcentage des écoles appartenant à une zone d’éducation prioritaire).

Typologie des académies selon l’indicateur social et l’indicateur territorial :

typologie_par_académies
evolution_emplois_1

Dans le second degré.

Il y aura une suppression massive de postes aux concours, 2130 en moins.

À cela, il faut ajouter la perte de 1500 emplois au titre des évolutions démographiques. Cette décision est surprenante compte tenu de la stabilisation des effectifs d’élèves au collège.

Le tableau suivant de la Direction générale de l’enseignement scolaire montre que cette stabilisation dans les classes de 6e et de 5e a commencé dès la rentrée 2007.

evolution des effectifs_2

Il faut aussi ajouter la non-restitution des 3058 postes qui avaient été mis en heures supplémentaires à la suite de l’abrogation du décret « Robien ».

La décision prise à la rentrée de septembre 2007, sera amplifiée, dans la logique des déclarations présidentielles, puisque pour la prochaine rentrée scolaire, ce seront 3500 emplois qui vont être transformés en heures supplémentaires (HSA).

evolution des moyens_2

Enfin, 1700 postes seront supprimés au titre de la « rationalisation des moyens », termes éloquents, pour désigner une plus grande flexibilité de nos collègues !

Critères de répartition des moyens du second degré pour la rentrée 2008.

1_ Prévisions démographiques.

2_ Optimisation des moyens dans les académies à partir de l’analyse des dotations de base à la rentrée 2007.

3_ Réserve d’emplois pour le financement des COM et pour des ajustements liés aux nouvelles modalités de formation des stagiaires et des néo-titulaires.

C’est en tout plus de 8800 postes d’enseignants qui seront supprimés dans le second degré en 2008.

À cela il faut aussi ajouter la suppression de 400 postes administratifs dans les EPLE.

evolution emplois_2

La baisse des moyens dans les corps enseignants sera accompagnée par une plus grande précarisation d’une partie des personnels chargés de la vie scolaire. Il s’git, pour le ministre, d’assurer la généralisation du dispositif d’accompagnement éducatif proposé aux collégiens après les cours.

Le choix retenu est celui d’un élargissement des missions de ces personnels. Ce changement va induire une dégradation de leurs conditions de travail, particulièrement pour ceux qui sont étudiants. Une modification des conditions de recrutement et d’emploi des assistants d’éducation sera effective à la rentrée 2008.

C’est plus de 50 000 assistants d’éducation qui sont concernés par cette mesure.

voir le site du SDEN 37