Accueil > Actualités > Lettre ouverte à B. Hortefeux, Ministre de l’Immigration.

Actualités

Groupe scolaire A. Makarenko Enseignants et Parents élus de la FCPE

Lettre ouverte à B. Hortefeux, Ministre de l’Immigration.

mardi 15 janvier 2008, par CGT Educ’Action 94

Lettre ouverte au Ministre de l’Immigration et de l’identité nationale

Monsieur le Ministre,

Arrêtée vendredi 4 janvier 2008 sans raison devant son domicile à Ivry/Seine, Mme SEBOWA Nakesu, maman de deux enfants de 5 et 10 ans scolarisés dans notre groupe scolaire en grande section de maternelle et en CM2 est maintenue au centre de rétention de Plaisir (78) suite à la décision de justice du mercredi 9 janvier 2008 (décision de confirmation de l’ARF du Tribunal Administratif de Melun - 77).

Désormais, elle peut être expulsée à tout moment vers un pays qu’elle a fui.

L’arrestation, le maintien en centre de rétention et l’expulsion de la maman de nos élèves les affectent profondément tant au niveau émotionnel que psychologique. Ce sont des enfants, qui ont besoin de leur mère. Nous ne voulons pas que leurs très bons résultats scolaires soient atteints par l’injustice qu’ils vivent actuellement.

Les conséquences psychologiques d’une telle situation peuvent renverser durablement et considérablement le développement cognitif et affectif d’un jeune et très jeune enfant. Ce que vivent nos deux élèves est atroce (séparation, incompréhension, angoisse, instabilité, incertitude en l’avenir), ignoble et incompréhensible.

Les camarades du fils de Mme Sebowa sont sous le choc et traumatisés par la situation ignoble et injuste qui est faite à leur ami et à sa maman. Tous ces enfants sont camarades depuis la maternelle. Imaginez donc ce qu’il peut se passer dans leur imaginaire, dans leur réalité !

Les enfants de Mme SEBOWA étaient là, tous les deux, mercredi après-midi au Tribunal Administratif de Melun lorsque leur maman est repartie encadrée par la police. Ils étaient là et pleuraient. Ils étaient là… et leur maman n’y était plus pour consoler leur immense chagrin, essuyer leur larme, rassurer leurs peurs, leurs craintes, leur profond traumatisme, leur incompréhension… La peur dans leurs yeux, dans leurs mots, la peur dans leur tête.

Ni vous Monsieur Hortefeux, ni le Président de la République n’étiez là pour leur expliquer l’inexplicable, ce mercredi à Melun. Pourtant, vous décidez à leur place et êtes responsables de cette situation, ici et ailleurs. Ce que nous avons vu ce jour là nous a fait frémir.

En tant que père, en tant qu’homme et en tant que Ministre de la République, vous le savez comme nous : un enfant a besoin de stabilité, de confiance, de justice et de l’amour de ses parents, de leur présence enfin tout au long du chemin qui les mènera vers l’âge adulte. Renvoyer leur mère en RDC, équivaudrait à l’anéantissement programmé de leur personnalité. Pire encore : sociologues, psychologues, pédagogues savent que les injustices sont souvent les racines des douleurs, des souffrances et des haines… Et ces enfants deviendront un jour des Hommes.

Nous ne voulons pas pour eux cette violence, cette souffrance qui leur est faite du fait de cette agressive séparation et leur sera faite si leur mère est expulsée. Nous ne la voulons pour aucun enfant. Ni ici, ni ailleurs.

Nous, enseignants parents et parents d’élèves élus, refusons de laisser faire cet acte destructeur. Les enfants, les parents, toute personne doit être protégée par la loi. Ici et ailleurs la loi sur l’immigration met en danger à court et long terme des enfants et leur famille, des élèves et leurs camarades ou encore des couples, des salariés, leurs enfants.

Nous la condamnons.

Le fils de Mme Sebowa, devrait aller en classe de neige avec tous les CM2 de l’école dans moins de 15 jours. Une classe transplantée est, normalement une aventure scolaire inoubliable pour une promotion d’élève. S’il vient en classe de neige, cet enfant, cet élève partira sans savoir s’il pourra revoir sa maman au retour… sans savoir s’il la retrouvera un jour !

Cette situation est ignoble et effrayante, Monsieur le Ministre. Et ce d’autant plus que cet enfant a vocation à avoir la nationalité française puisque son papa possède cette nationalité.

Mme Sebowa avait demandé la régularisation de sa situation dans le cadre de votre circulaire. Régularisation qui lui a été refusée.

Pour toutes ces raisons, les enseignants du groupe scolaire, les parents d’élèves (élus de la FCPE ou non) vous demandent, Monsieur Ministre, d’exercer votre pouvoir auprès de Monsieur Le Préfet du Val-de-Marne afin qu’il abandonne toute poursuite concernant Mme Sebowa, qu’il annule la décision d’ARF, pour qu’elle soit rapidement libérée du CRA de Plaisir et qu’il régularise sa situation pour que nos élèves puissent vivre avec leur maman, tout comme leurs camarades de classe… tout comme chaque enfant doit pouvoir le faire normalement dans notre pays.

Le Président de la République disait il y a quelques jours qu’il voulait une école du savoir, du respect et de la dignité.

C’est tout ce que nous demandons pour nos deux élèves et leur maman. Pour tous les enfants et leurs parents.

Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Ministre, nos très respectueuses salutations.

Copie à : Rama Yade, Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’homme