Accueil > Actualités > Bac pro 3 ans : non à la généralisation !

Actualités

Après l’audience avec le Recteur de l’académie de Créteil

Bac pro 3 ans : non à la généralisation !

Vers une grève en janvier.....

samedi 5 janvier 2008, par CGT Educ’Action 94

Après l’annonce par le ministre de l’Education Nationale de la transformation d’un grand nombre de sections de BEP en bac professionnel en 3 ans dès la rentrée 2008, et la généralisation de la mesure en 2009, l’intersyndicale du second degré de l’académie de Créteil a été reçue à sa demande par le recteur de Créteil mercredi 19 décembre.

Etaient présentes les sections académiques CGT Educ’Action, SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNFOLC, SUD Education, SNCL-FAEN, CNGA-CFE-CGC, CNT Education, SGEN-CFDT, SUNDEP.

Tout en affirmant qu’il voulait « tourner lentement mais sûrement vers cette réforme », le Recteur Blanquer a récusé le terme de généralisation, que le ministre Darcos utilisait une semaine plus tôt. Le recteur annonce pourtant 180 sections de bac pro 3 ans dès la rentrée prochaine dans l’académie, au lieu des 48 existantes, et 31% des élèves s’orientant vers l’enseignement professionnel devraient y être accueillis, contre 7% cette année.

M. le Recteur joue sur les mots, et ne peut même pas s’engager pour la rentrée suivante. Cette précipitation, qui obéit aux injonctions du ministre, nous paraît particulièrement dangereuse pour les élèves qui, très nombreux dans notre académie, poursuivent leur scolarité en 2nde BEP, dont 75% en tertiaire (secrétariat, compta, vente), électrotechnique, et sanitaire et sociale (où les bac pro 3 ans n’existent pas). De l’aveu même du rectorat, aucun bilan de l’expérimentation menée depuis 2002 dans l’académie n’existe. Le Recteur nous en promet un pour janvier... mais les chefs d’établissements ont déjà dû signifier leur accord pour la substitution d’un bac pro 3 ans à un BEP, et le Recteur l’annonçait déjà dans un communiqué de presse le 13 décembre. Il n’y a donc eu aucune concertation avec nos organisations.

L’audience de ce matin n’a d’ailleurs pas apporté d’élément tangible. Concernant les passerelles entre les diverses voies du lycée, nous n’avons eu aucune réponse sur le maintien du BEP en 1 an, ni sur les premières d’adaptation. Si le Recteur reconnaît que l’enseignement professionnel constitue pour beaucoup d’élèves en difficulté au collège, un temps de « remédiation », il ne nous a rien dit des heures de modules offertes en première année de ce nouveau bac pro (1h selon le ministère, contre 3 h en seconde BEP !).

Difficile de croire que dans ces conditions, tous les élèves sortant de 3e pourraient accéder avec succès à un bac Pro 3 ans ! « Pas de mort du diplôme de niveau V » nous dit-il, « pour le CAP c’est totalement vrai, et aussi pour le BEP qui sera rénové », c’est l’aveu que ce ne sera plus le BEP mais une « certification » ! Rien n’est dit non plus de l’avenir des séries technologiques, comme si cette réforme n’était pas le premier étage d’une réforme beaucoup plus large du lycée. Et la volonté affichée par le Recteur de « réussir une orientation beaucoup plus choisie », en réduisant le nombre de « malgré nous » dans les différentes filières, résonne curieusement à nos oreilles, alors que le rectorat prépare la fermeture de quatre CIO pour la rentrée prochaine dans l’académie. Quant aux personnels, à court terme touchés par cette mesure qui permettra des économies substantielles de postes, il faudra se contenter d’un « il faut mieux utiliser les moyens ». Le « pragmatisme » dont se prévaut le Recteur va surtout consister à renvoyer aux établissements le soin de mettre en place ses injonctions.

Nous invitons donc les personnels à se réunir en AG, à signer et faire signer la pétition intersyndicale « Non à la généralisation du bac pro en 3 ans ! Maintien des BEP 2 ans et des BAC PRO 2 ans », dont les analyses sont plus que jamais valides, et à porter pétitions et motions lors du rassemblement auquel nos organisations appellent le mardi 15 janvier 2008, à l’occasion du prochain Comité Technique Paritaire Académique.

Notre intersyndicale académique (CGT Educ’Action, SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNFOLC, SUD Education, SNCL-FAEN, CNGA-CFE-CGC, CNT Education, SGEN-CFDT, SUNDEP, SNPEFP-CGT ) se réunit à nouveau lundi 7 janvier à 17H30 pour fixer les modalités d’actions en janvier.

VOIR sur le site CGT Educ’Action de l’académie de Créteil

VOIR le communiqué de presse de l’intersyndicale nationale

Pour la CGT-Educ’Action académie de Créteil, les annonces du Recteur, en accord avec les annonces du ministre, sont inacceptables. Nous ne signons donc pas le protocole de discussion et exigeons toujours le retrait du projet de généralisation du bac pro en 3 ans.

En conséquence, la CGT-Educ’Action académie de Créteil, comme d’autres organisations de l’académie, appelle à la grève en janvier sur cette question pour :

- refuser la transformation massive de classes de BEP en bacs-pro 3 ans et la suppression de sections de BEP, véritable mise en œuvre de la généralisation des bacs-pro 3 ans que Darcos veut imposer pour la rentrée 2009

- l’amélioration des conditions d’enseignement dans l’enseignement professionnel, contre les suppressions d’emploi et la précarité

- pour le maintien du BEP comme diplôme national

- le retrait de l’objectif de généralisation du bac-pro 3 ans et pour l’ouverture de véritables négociations dans l’enseignement professionnel

D’autres organisations se joignent à cet appel à la grève. Le 7 janvier, l’intersyndicale académique se réunira, nous proposerons la date du 15 janvier ou la date décidée au niveau national.

LIRE les analyses de la CGT Educ’Action Créteil