Accueil > Vos droits > Reforme bac pro 3 ans : attention danger !

Vos droits

Reforme bac pro 3 ans : attention danger !

Tract de l’UNSEN-CGT

mardi 27 novembre 2007, par CGT Educ’Action 94

Sans aucune concertation, le ministère engage une refonte profonde de l’enseignement professionnel en transformant massivement les filières scolaires BEP (2 ans) + Bac Pro (2 ans) en une seule possibilité : le Bac Pro en 3 ans.

Une circulaire ministérielle interne, datée du 29 octobre 2007, jusque-là dissimulée, indique que 45 OOO élèves devraient être concernés par ce Bac Pro 3 ans pour la rentrée prochaine. C’est plus de 4 fois le nombre d’élèves se présentant actuellement à cet examen dans le cadre d’une formation en 3 ans. A terme tous des élèves de Bac Pro seront concernés.

Faisant fi des conclusions du rapport Prat de septembre 2005, qui fait un bilan très mitigé des premières expériences de Bac Pro 3 ans, le ministre, puis le recteur, décident dans un seul souci d’économies budgétaires, de mettre les bouchées doubles pour transformer les filières scolaires BEP (2 ans) + Bac Pro (2 ans) en une filière directe Bac Pro 3 ans.

Dans ce rapport, l’inspecteur Prat écrit :

« Si le bac professionnel constitue une première réponse à la flexibilité des parcours ce dispositif n’y répond que partiellement et de manière trop rigide… Le parcours en trois ans n’est donc qu’un élément de réponse qui ne concerne qu’une faible partie des publics ».

En effet, seuls les élèves issus de troisième ayant un potentiel suffisant pour acquérir le niveau IV de formation pourront suivre un cursus raccourci à trois ans, sans étape de validation intermédiaire.....

Nous prenons cette proposition du rapport à notre compte :

« En effet, certaines qualifications du niveau IV n’imposent-elles pas un cursus en 4 ans lorsque le savoir-faire est important (hôtellerie, bâtiment par exemple) ? », indique encore le rapport !

Ce ne sont effectivement pas les seules spécialités, de nombreuses autres répondent aux mêmes exigences pédagogiques. Ceci est aussi valable pour l’enseignement général, avec un nombre d’heures réduit drastiquement et des effectifs en hausse.

Téléchargez les documents en pdf pour lire la suite du tract de la CGT Educ’Action !