Accueil > Actualités > Déclaration du Bureau confédéral aux organisations de la CGT - Enjeux (...)

Actualités

Déclaration du Bureau confédéral aux organisations de la CGT - Enjeux européens et démarche de la CGT (suite)

mardi 23 novembre 2004, par CGT Educ’Action 94

Le Bureau confédéral, réuni le 23 novembre 2004, réaffirme la démarche initiée à la Commission exécutive du 9 septembre 2004, résumée dans la note aux organisations du 17 septembre, reprise dans le Relevé de décisions du Collectif confédéral « Enjeux européens » du 30 septembre présenté et enrichi par la Commission exécutive du 4 novembre.

Le débat à la Commission exécutive du 18 novembre a montré l’attente des organisations de la CGT pour disposer d’éléments permettant de faire grandir le débat parmi les syndiqués.

Pour aider à ce débat, de premiers éléments d’analyse, sous forme de « fiches » préparées par l’Espace Europe-International et le Collectif confédéral « enjeux européens », sont disponibles immédiatement . Les autres le seront dans les tous prochains jours, au plus tard après un ultime examen par le Bureau confédéral le 30 novembre.

Ces éléments d’analyse ne sont pas une fin en soi. Ils complètent notamment les brochures « campagne Europe sociale » accessibles sur le site internet CGT, sous la rubrique « Europe-International ». Ils sont eux-mêmes destinés à être complétés au fur et à mesure de l’avancement des débats dans nos organisations, de la demande des organisations, ceci de façon à construire réellement ensemble la contribution au débat public de la CGT que nous finaliserons à notre CCN de début février.

Des positions individuelles ou collectives, émanant d’adhérents de la CGT, s’expriment çà et là, « pour ou contre l’adoption du Traité constitutionnel ». Ceci alors que nul ne sait encore aujourd’hui si ce référendum aura vraiment lieu, et si oui à quel moment, dans quel contexte et avec quelle question. Ces prises de position n’engagent en rien la Confédération CGT.

Nous réaffirmons que « la CGT souhaite que la construction commune de notre positionnement soit l’occasion de franchir une nouvelle étape, en particulier dans l’appropriation des grands enjeux à faire bouger en Europe » . C’est cette meilleure connaissance, par le plus grand nombre de syndiqués, des enjeux européens et de la manière dont nous pouvons peser sur eux, qui permettra une mobilisation gagnante des salariés de notre pays confrontés à des restructurations internationales ou à la volonté de mise en place de directives graves de conséquences pour le monde du travail.

La CGT a décidé de relever le défi de cette démarche nouvelle, sans prépositionnement de la Direction confédérale, sur un sujet difficile pour nombre de nos adhérents, qui exige en outre une coopération étroite et inédite entre un collectif confédéral et l’ensemble des militants d’un Espace confédéral. Nous comptons sur toutes et tous pour la faire vivre.

Montreuil, le 23 novembre 2004