Accueil > Actualités > 10 000 Emplois supprimés dans l’Education nationale : Un budget prévisionnel à (...)

Actualités

10 000 Emplois supprimés dans l’Education nationale : Un budget prévisionnel à la serpe !

Communiqué de la Fédération CGT Education Recherche Culture

vendredi 29 juin 2007, par CGT Educ’Action 94

Le Président Sarkozy affirmait lors de l’entrevue avec la FERC CGT, le 11 juin 2007 que « la réussite de l’école va bien au-delà des questions de recrutement et de moyens », en rappelant que les départs en retraite ne seront pas tous remplacés dans l’Education . Son ministre Xavier DARCOS persiste et signe. Après le 5 000 emplois supprimés en 2007, il annonce les nouvelles coupes sombres que Bercy veut opérer dans le cadre de la préparation du budget 2008 : Ce sera autour de 10 000 suppressions d’emplois.

Ce chiffre comprendrait d’une part les personnels enseignants et d’autre part les emplois de vie scolaire (EVS), supprimés à hauteur d’1 contrat sur 2. C’est pourtant 20 000 élèves supplémentaires annoncés pour la rentrée 2008, sans doute n’ont –ils pas besoin de professeurs, de personnels d’encadrement supplémentaires ? En fait, au mépris des besoins réels c’est bien le plus grand plan social déjà en cours depuis 5 ans que Sarkozy et son gouvernement comptent amplifier lors de leur mandature.

Les effets de manche du président n’auront pas fait illusion longtemps !

Ainsi, de l’annonce de l’abrogation des décrets De Robien, qui n’a pas restitué les 3000 emplois, liés à la suppression des décharges de service des enseignants effectuant des missions particulières. Ces nouvelles suppression témoignent que le gouvernement cherche bien à appliquer dans l’Education Nationale l’intégralité de son programme anti social : faire « travailler plus pour gagner plus » avec l’instauration des heures supplémentaires défiscalisées. Elles confirment que c’est bien une autre conception de l’Ecole qu’il veut imposer, conception qui doit être, avant toute chose, compatible avec ses choix budgétaires : réduction de l’offre éducative, regroupement des options, réformes des programmes, réorganisation du travail, du métier des enseignants et transferts de missions, autonomie et mise en concurrence des établissements, notamment avec la suppression programmée de la carte scolaire…

Nous saurons, nous aussi, faire preuve de détermination.

Nous appelons les personnels à organiser la mobilisation face aux projets budgétaires de casse de l’emploi, d’aggravation des conditions de travail, et pour les personnes comme pour les usagers, de remise en cause du système éducatif.

Montreuil, le 29 juin 2007