Accueil > Actualités > Le recours à la grève est un droit constitutionnel

Actualités

Perspective d’une loi cadre en réponse à l’engagement de campagne du Président de la République sur le service minimum.

Le recours à la grève est un droit constitutionnel

UIT-CGT, FGTE-CFDT, UIT-FO, FGT-CFTC

mercredi 20 juin 2007, par CGT Educ’Action 94

Les Organisations Syndicales UIT-CGT, FGTE-CFDT, UIT-FO, FGT-CFTC représentatives de l’ensemble du secteur des Transports réaffirment que le droit de grève ne saurait être remis en cause, il fait déjà l’objet d’un encadrement strict dans le cadre du service public.

Elles considèrent que la question urgente à résoudre dans le service public de Transport est celle de la qualité et de la fiabilité au quotidien à l’origine des dysfonctionnements importants qui nourrissent l’écrasante majorité des conflits. Cela suppose la mise en œuvre de moyens matériels et humains organisés dans un objectif de répondre aux besoins et non, comme c’est trop souvent le cas actuellement, dans une seule finalité de rentabilité dont les usagers et les salariés du secteur subissent les conséquences.

Elles observent que le service minimum n’est pas la première priorité des associations d’usagers dont la principale fédération fait valoir la nécessité d’un « plan Marshall » de développement des transports publics à initier par l’État et les collectivités.

Une telle ambition politique fondée sur une profonde conception de service public, serait de nature à donner une perspective valorisante aux salariés du secteur et à coup sûr réduirait le recours à la grève.

Comme elles l’ont fait valoir dans le cadre de la construction récente du règlement Européen sur les obligations de service public, les Organisations Syndicales exigent que les contrats de service public comportent des exigences de qualité, sociales et environnementales de nature à protéger au quotidien autant les usagers que les salariés. Elles sont disposées à toute négociation de nature à améliorer la prévisibilité des conflits.

La CGT, la CFDT, FO, et la CFTC du secteur s’opposeront à toute remise en cause du droit de grève et à toutes dispositions que le législateur entendrait incorporer dans les contrats de service public dès lors que celles-ci seraient de nature à induire un chantage ou une pression sur les salariés par les entreprises ; ce qui à l’évidence serait de nature à porter atteinte aux conditions d’exercice du droit constitutionnel.

Paris, le 19 juin 2007