Accueil > Actualités > abrogation du décret sur les obligations de service, prise en compte de la (...)

Actualités

Courrier Intersyndicale du 2nd degré à M. Darcos, nouveau Ministre de l’Education

abrogation du décret sur les obligations de service, prise en compte de la charge de travail, rétablissement des emplois supprimés

CNGA, FEP-CFDT, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNALC-CSEN, SNCL-FAEN, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNETAA EIL, SNFOLC, SNPEFP-CGT, SNUEP-FSU, SUD-EDUCATION, SUNDEP, UNSEN-CGT

mardi 22 mai 2007, par CGT Educ’Action 94

Paris, le 21 mai 2007

Depuis plusieurs mois, l’intersyndicale rassemblant la quasi-totalité des syndicats enseignants du second degré et représentant plus de 99% des personnels, est dans l’action contre les textes modifiant les décrets statutaires et les décrets de 50 organisant le service des enseignants du second degré.

Ces textes ont été publiés au journal officiel du 13 février 2007, malgré l’opposition de l’intersyndicale et la mobilisation importante des personnels dans la durée.

En effet, les conséquences désastreuses de ces décisions sur la rémunération et les conditions de travail des enseignants ont provoqué un vif émoi et la colère dans la profession, ce qui a justifié la mobilisation massive du 18
décembre 2006 et du 8 février 2007, ainsi que les mobilisations unitaires dans les établissements tout au long de ces derniers mois. Le conflit demeure à ce jour.

A l’occasion de votre prise de fonction, Monsieur le Ministre, l’intersyndicale nationale du second degré tient à réaffirmer sa totale opposition à ces textes et à rappeler ses revendications :
- abrogation du décret sur les obligations de service
- ouverture de discussions sur la prise en compte de la charge de travail des enseignants
- rétablissement des emplois supprimés à la rentrée 2007.

Nous attendons des réponses positives à ces demandes qui marqueraient un premier signe positif pour la reprise de véritables négociations.
La préparation de l’année scolaire 2007 étant bien avancée, l’intersyndicale vous demande donc de la recevoir, dans les meilleurs délais en audience, sur ce dossier.

Vous remerciant par avance de la prise en compte de notre demande, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de nos salutations distinguées.