Accueil > Actualités > Portugal : la FENPROF appelle à la grève du 30 mai avec la CGTP-IN

Actualités

Portugal : la FENPROF appelle à la grève du 30 mai avec la CGTP-IN

extraits du Préavis de Grève National

jeudi 17 mai 2007, par CGT Educ’Action 94

PRÉAVIS de GRÈVE (extraits)
30 mai 2007

la Fédération Nationale des Enseignants (FENPROF), (...) rend publique, pour (...) les Éducateurs d’Enfance et Enseignants des Enseignements Elémentaire, Secondaire, Supérieur et Chercheurs, (...), dans tout le territoire national, l’adhésion à la Grève Générale du 30 mai 2007, déclarée par la Confédération Générale des Travailleurs Portugais - Intersyndical National.

Cette Grève (...) a les objectifs suivants :
Pour l’Emploi avec des droits, contre le chômage et la précarité dans le travail ;
Pour l’amélioration des salaires, de la défense du contrat collectif, plus de justice dans la distribution de la richesse
Contre la flexsécurité, laquelle ne vise qu’à licencier sans juste cause et à dérèglementer les relations du travail ;
Défendre les services publics et les fonctions sociales de l’État ;
Pour le Service National de Santé, l’École Publique, la Sécurité Sociale Universelle et Solidaire.

Les raisons qui ont amené à la convocation de cette Grève Générale et les objectifs poursuivis, découlent d’une politique globale du Gouvernement, que la FENPROF considère extrêmement dangereuse, (...) et qui, dans le secteur de l’Éducation et dans la vie des enseignants et des écoles a, entre autres, les implications suivantes :
Dégradation des conditions de travail dans les écoles ;
Imposition d’un Statut de la Carrière Enseignante de l’Éducation Préscolaire et des Enseignements Élémentaire et Secondaire qui dévalue totalement la profession enseignante ;

Augmentation de l’âge et du temps de service pour retraite sans tenir compte de l’usure de la profession ;
gel des progressions dans les carrières depuis août 2005 ;
Aggravation du chômage enseignant et de la précarité et instabilité professionnelle de milliers d’enseignants et d’éducateurs ;
Maintien de situations d’emploi et de carrière extrêmement instables et précaires aussi dans l’enseignement supérieur, sans de droit à allocation-chômage dans le secteur public ;
Ouverture des portes à la privatisation de l’enseignement supérieur public avec des propositions qui attentent contre l’autonomie des institutions ;
Fermeture arbitraire et fusion d’écoles ;
Absence d’aide spécialisée à des milliers d’élèves avec des nécessités éducatives spéciales.

Plus d’infos sur le site de la FENPROF et le site de la CGTP-IN (en portugais)