Accueil > Vos droits > IUFM - ne pas rester isolés - les vraies raisons du stage filé

Vos droits

IUFM - ne pas rester isolés - les vraies raisons du stage filé

tract CGT-Educ’Action - SUD-Education

jeudi 18 janvier 2007, par CGT Educ’Action 94

Aujourd’hui 20 décembre, vous êtes convoqués devant la commission d’évaluation des stages.

Enchaîner le stage de 3 semaines avec peu de temps de préparation et après avoir été absorbés par le stage filé, n’a pas été forcément évident. C’est pour cela que nous demandons qu’avant tout stage de 3 semaines, une semaine soit libérée.

Malgré tout pour la plupart d’entre vous, cela s’est bien passé, pour d’autres le stage n’est
pas validé. C’est une situation que chacun d’entre vous peut connaître.
D’abord, pas de panique, rien n’est perdu. Ne vous repliez pas sur vous-mêmes, ne
restez pas isolés.
Faites le point avec d’autres stagiaires, votre coordonnateur (qui doit vous remettre
un double des fiches d’évaluation et vous préciser les conditions dans lesquelles s’effectuera la remédiation) et avec un syndicat pour étudier les reproches que l’on vous fait,
envisager les modalités de votre défense et voir comment aborder les problèmes rencontrés. Ecrivez ce que l’on vous a dit. Vous devez réclamer à vos formateurs les compte-rendus de visites si vous ne les avez pas.

L’évaluation d’un stage de 3 semaines est importante mais pas déter-
minante à condition de bien détecter ce qui est reproché.
Au mois de juillet dernier, grâce en partie aux interventions intersyndicales répé-
tées, (SNUipp, FO, SE-UNSA, CGT, SUD Education), le nombre de licenciements à la
fin de l’année de PE2 a baissé (20 au lieu de 34 en 2005).

Cette année encore, nous interviendrons sur la même base : droit au renouvellement de scolarité avec un parcours individualisé de formation.
Nous sommes à votre disposition lors de nos permanences pour répondre à toutes vos questions. N’hésitez pas à nous contacter.

Les vraies raisons du stage filé

La diminution des postes d’enseignants à l’Education Nationale (comme dans
toute la fonction publique !), les PE étant utilisés comme moyens de remplacement des
personnels.

le protocole de direction signé en juin par une seule organisation syndicale (SE-UNSA) afin de répondre à la pression des directeurs non déchargés (écoles de 4 classes)
et de mettre fin au mouvement de grève administrative des directeurs (refus de transmettre les documents à l’IEN).

Alors, à qui profite ce stage ?

Il a été mis en place dans la précipitation, sans cadrage institutionnel (droits et
obligations du stagiaire et du titulaire), ce document devant voir le jour pour la rentrée
2007. Si certains titulaires ont été « conviés » à libérer leur classe, d’autres l’ont fait de
leur propre initiative, mettant en évidence la nécessité d’enseignants supplémentaires
dans les écoles afin de permettre la mise en place du projet d’école, des projets spécifiques,
la mise en place des PPRE...

L’introduction de ce stage se fait au détriment de la formation théorique initiale ;
une partie étant différée l’année de la prise de fonction. Cette partie se substituera au
stage T 1 qu’effectuait les PE sortant, ces derniers perdront donc bien du temps de formation.

Les seuls bénéficiaires sont bel et bien l’état et l’ Éducation Nationale qui trouvent
là des personnels supplémentaires à moindre coût. Le ministère récupère ainsi l’équivalent de 1 700 postes au niveau national. L’économie réalisée se fait au détriment de la
formation initiale, ainsi qu’au détriment de la formation continue sur le temps de travail (cette modification de la formation a supprimé une session de stage de formation
continue) qui est un droit

Est-ce vraiment une formation digne de ce nom ?

La réponse est non et on peut d’autant plus en douter quand on sait que l’évaluation de ce stage se fera mi-mars, soit au deux-tiers du temps total du stage et juste
avant le stage massé 2 ; rendant impossible toute remédiation.