Accueil > Actualités > manifestation nationale de « soutien à la lutte de Cachan, des sans-papiers (...)

Actualités

La Cgt dénonce avec la plus grande fermeté la situation que subissent les familles immigrées réfugiées dans le gymnase de Cachan

manifestation nationale de « soutien à la lutte de Cachan, des sans-papiers et des mal-logés »

samedi 30 septembre 2006 à 14h30, Départ Place Denfert Rochereau

jeudi 28 septembre 2006, par CGT Educ’Action 94

Mardi, une fois de plus, le ministre de l’Intérieur a envoyé des policiers matraquer et gazer les familles de Cachan hébergées dans un gymnase de la ville, depuis leur expulsion musclée au mois d’août dernier.

Qui sont donc ces familles ? Ce sont des salariés étrangers et leurs familles, installés depuis des années sur notre territoire, et qui depuis des années aussi, comme de nombreux autres mal logés, demandent un logement décent et digne. Il y a un an, des familles entières brûlaient dans des taudis parisiens... Il est grand temps d’engager une politique publique de logement social conforme aux besoins de la population et digne d’un des pays les plus développés (!) du monde. Il est grand temps que les villes huppées de la région parisienne et d’ailleurs acceptent enfin la construction de logements sociaux au lieu de cantonner les salariés les plus défavorisés, français ou immigrés, dans des ghettos ! Certains des réfugiés de Cachan sont sans-papiers, d’autres ont un titre de séjour. Mais la plupart travaillent. En travail légal, en travail illégal, ils contribuent tous à créer des richesses pour notre pays.
La Cgt condamne le travail illégal, par nature interdit, mais qui prolifère partout. Le seul bénéficiaire de ce délit est un certain patronat, plus soucieux d’accentuer la concurrence entre salariés que de cotiser à l’URSSAF et aux ASSEDIC. Ce sont ces employeurs qu’il faut sanctionner, pas leurs victimes ! Il est urgent de renforcer les moyens de contrôle des inspecteurs du travail ! Et il est urgent de leur permettre de travailler dans la sécurité, partout sur le territoire national. Il est urgent de permettre aux syndicats des salariés des entreprises donneurs d’ordre d’obtenir un droit de regard sur ce qui se passe dans les entreprises sous-traitantes.
Les salariés ont des droits. Ces droits doivent être respectés, depuis les conventions internationales de l’OIT jusqu’aux conventions collectives. Ils doivent s’appliquer à tous, quelle que soit leur situation. Les discriminations contre les salariés les plus fragiles, cela suffit ! Comment exercer ses droits de salarié, si au bout du compte, on risque d’être licencié ou même expulsé ? Les enfants des familles immigrées, pour la plupart, sont nés en France et « ont vocation à devenir Français ». Mais avec la loi Sarkosy, ils n’ont pas le droit de conserver des attaches familiales dans le pays de leurs parents, qui, eux, ont à passer un examen plus qu’arbitraire pour justifier de leur « bonne intégration ».

La France a les moyens de régler le cas des milliers de familles étrangères qui sont venues dans notre pays trouver la paix, trouver un toit, trouver un travail. Ces familles contribuent à la grandeur de la France. Elles doivent être toutes régularisées.
La Cgt dit oui à une France solidaire, une France ouverte, accueillante et non à une France répressive, non à une France des quotas.

La Cgt soutient les familles de Cachan et exige qu’une solution rapide soit trouvée pour toutes, dans le respect de chacune.
La Cgt se joint à l’appel à la grande manifestation nationale de « soutien à la lutte de Cachan, des sans-papiers et des mal-logés », samedi 30 septembre 2006 à 14h30, Départ Place Denfert Rochereau.