Accueil > Actualités > Panne d’ascenseur !

Actualités

Panne d’ascenseur !

journal de rentrée 1er degré

vendredi 25 août 2006, par CGT Educ’Action 94

« L’ascenseur social est en panne, j’ai pris l’escalier », c’est le titre d’un livre
écrit par Aziz Senni, jeune Français d’origine marocaine, diplômé et
devenu chef d’entreprise.
"Prendre l’escalier, dit-il, c’est se prendre en mains. Parfois les marches
sont hautes, parfois la rampe est cassée et on n’a plus rien pour
s’appuyer".

Contrairement à Aziz, 150 000 jeunes sortent chaque année du système
scolaire sans diplôme ni qualification. Si la plupart de ceux qui n’arrivent
pas à satisfaire aux exigences du système scolaire sont issus de familles
socialement défavorisées, ce n’est pas un hasard. Les premières traces
d’inégalités sociales apparaissent dès l’école maternelle. Le
gouvernement affirme qu’il s’est donné l’égalité des chances comme
priorité. Hélas, les mesures annoncées pour la rentrée 2006 rendent
peu crédibles ce beau discours. L’école maternelle est la grande
oubliée. La scolarisation des 2/3 ans est en chute vertigineuse. Tout
comme les années précédentes, le nombre de postes créé n’est pas
proportionnel à l’augmentation du nombre d’élèves ( 1 pour 54 élèves).

Trouvez l’erreur ! La circulaire sur la lecture, les emplois d’EVS, les
stages filés des PE2, la baisse de 1 500 postes au concours de
professeurs des écoles, le protocole sur la direction d’école ont pour
finalité d’économiser, de redéployer, d’économiser toujours plus.
Dans la même logique, l’annonce de la suppression de 15 000
emplois budgétaires dans la Fonction publique en 2007 dont
8 500 enseignants aggravera la politique suivie depuis
plusieurs années.

Pour la CGT, cette décision est inacceptable.
Une fois de plus, une épreuve de force est nécessaire.
L’égalité des droits, il nous faudra l’imposer par la lutte, à l’exemple
de celle menée tous ensemble contre le CPE. Il n’y a pas de perspective
d’une société plus juste sans une véritable transformation du système
scolaire pour qu’il devienne efficace et accessible à tous.

Pour une autre école, une société plus juste :
unité et mobilisation dès la rentrée.