Accueil > Actualités > Petit cahier 1er degré-Février 2020

Actualités

Petit cahier 1er degré-Février 2020

jeudi 6 février 2020, par CGT Educ’Action 94

Parce que nous devons gagner !
La bataille sociale menée depuis le 5 décembre contre le projet de réforme des
retraites est d’une portée historique. Jamais dans la Vème République un conflit aussi long n’a existé, entrainant avec lui l’ensemble des secteurs économiques du pays et traversant la période de Noël sans pause.
Depuis le 5 décembre, pas une semaine n’est passée sans qu’une mobilisation
et une journée de grève interprofessionnelle nationale n’aient lieu, rassemblant des millions de personnes dans les rues. À cette mobilisation d’importance, couplée à un blocage sans précédent des transports à la SNCF et la RATP, ou des ports, il faut ajouter un très fort investissement dans l’EN et un soutien de l’opinion publique qui, malgré les gènes occasionnées dans le quotidien de millions de salarié·es, ne faiblit pas. Bien au contraire. C’est que la question des retraites et de la défense du système actuel est un enjeu majeur pour les salarié·es, les privé·es d’emploi, les étudiant·es… Cette question n’est pas seulement technique. Elle est un des fondements de notre société car elle porte la notion de solidarité et du lien intergénérationnel. S’attaquer à la retraite par répartition n’est pas un simple souhait d’aller vers plus de justice et d’universalité comme voudrait nous le faire croire le gouvernement. C’est surtout remettre en cause une société basée sur un partage du travail et des richesses qui permet à tout le monde de pouvoir profiter de chaque période de sa vie (études, travail, retraite…).
L’ensemble des personnes qui se mobilise aujourd’hui est conscient de cela.
Les salarié·es sont conscient·es que tous les efforts demandés dans cette société capitaliste aux besoins de profits monétaires vont une nouvelle fois leur incomber : travailler davantage, dans des emplois de plus en plus précaires,
vivre moins bien pour enfin, éventuellement, terminer sa vie dans une grande
précarité. On ne se voit plus vivre longtemps, ni accéder à une retraite dont la date de départ s’éloigne à mesure qu’on avance dans nos carrières. Cette mobilisation doit aboutir au succès et nous devons obtenir le retrait de
cette réforme néfaste pour tout le monde.
Pour l’heure, elle a au moins permis de souligner plusieurs victoires : la capacité des gens à se mobiliser et à soutenir une mobilisation sociale, la capacité à retisser du lien social entre les gens et enfin la capacité à mettre en avant
un travail syndical important dans la construction et le suivi des luttes. Et après des années difficiles, c’est déjà beaucoup ! On ne là¢che
rien !
Jérôme SINOT