Accueil > Actualités > Appel commun pour le climat - CGT - FSU - Solidaires - UNEF - (...)

Actualités

Rendez-vous 13h Opéra - rendez-vous syndical, Place Jacques Rouche

Appel commun pour le climat - CGT - FSU - Solidaires - UNEF - UNL

jeudi 23 mai 2019, par CGT Educ’Action 94

Les mobilisations pour le climat, qui ont pris de l’ampleur depuis le mois de septembre, s’inscrivent dans un contexte de contestation sociale particulièrement important : remise en cause du droit à l’éducation, réforme des retraites, remise en cause du statut des fonctionnaires, remise en cause de la liberté de manifester, entre autres.
Dans ce contexte, nos organisations syndicales font le choix de porter un discours commun pour appeler à la mise en place d’une réelle politique écologique et sociale et à s’inscrire dans la date de mobilisation du 24 mai.
Si le gouvernement français, les gouvernements européens et mondiaux n’agissent pas rapidement, les conséquences sur notre planète, notre environnement, notre santé… tout simplement : sur notre avenir, seront irréversibles. Ce sont déjà des milliers de personnes qui sont contraintes à la migration pour des causes climatiques. Nous sommes aujourd’hui à un point de non-retour. Nous affirmons qu’il ne peut y avoir de justice sociale sans justice écologique.
Il est impossible de nier le lien entre problématique écologique et justice sociale. Ce sont, en effet, les plus précaires et les jeunes qui sont directement confronté·e·s aux effets d’une crise sociale et écologique sans précédent.
Les 1 % de la population les plus riches ont une empreinte carbone 40 fois supérieure aux 10 % les plus pauvres.
Il nous faudrait rénover nos logements, changer nos modes de consommation, alors qu’en parallèle nous sommes confronté·e·s à une précarité sans nom et qui s’intensifie. La réforme des retraites qui s’annonce illustre encore une attaque sur le portefeuille des plus précaires. L’accès à l’éducation est devenu un parcours du combattant où, après la sélection, le gouvernement vient d’imposer une augmentation des frais d’inscriptions sans précédent pour les étudiant·e·s étranger·ère·s ne venant pas de l’Union européenne. Le statut des fonctionnaires et nos services publics voient leurs moyens diminuer. Enfin, le gouvernement demande aux jeunes d’accepter de vivre dans des conditions plus déplorables que leurs parents… une situation sans précédent.

Lire le texte dans son intégralité