Accueil > Actualités > Évaluations nationales : c’est collectivement que nous ferons reculer le (...)

Actualités

Lettre-Pétition adressée au ministre de l’Education nationale « Nous ne voulons plus de ces évaluations nationales »

Évaluations nationales : c’est collectivement que nous ferons reculer le ministère.

samedi 17 novembre 2018, par CGT Educ’Action 94

Dès la rentrée 2018, la CGT Éduc’action a de nouveau vigoureusement réagi contre la pérennisation des évaluations nationales en CP et leur extension au CE1. Nous continuons également de dénoncer une généralisation de la culture du chiffre et de l’évaluation qui est instaurée dans l’Éducation, ainsi que la volonté d’imposer à court terme des pratiques pédagogiques issues des seules neurosciences.

Dans une lettre intersyndicale adressée au ministre, la CGT Éduc’action s’est prononcée contre cette opération de communication et de dessaisissement de l’outil de travail des collègues au seul profit du ministère et du Conseil scientifique de l’Éducation nationale. Nous n’avons reçu aucune réponse institutionnelle à notre demande de suspension des évaluations, indiquant une nouvelle fois le mépris du ministre à l’égard des attentes des personnels et des organisations syndicales.

La CGT Éduc’action considère que l’annonce par le ministre des résultats à ces évaluations sans avoir la totalité des remontées et sans avoir informé les personnels, est une véritable provocation. Elle dénonce cette opération de communication dont le seul but est d’institutionnaliser ces évaluations, mais aussi les pressions hiérarchiques à l’encontre des collègues qui refusent la remontée des résultats et le rôle de simples exécutant·es qui leur est imposé.

La CGT Éduc’action a décidé de lancer une pétition nationale contre ces évaluations Blanquer qui reviennent déjà pour les CP dédoublés de l’Éducation prioritaire, mais également contre celles prévues début 2019. Cette lettre-pétition doit être le moyen pour les personnels d’exprimer leur opposition à l’entreprise de formatage voulue par le ministre et pour les usager·ères d’être informé·es.

Montreuil, le 19 novembre 2018

Lettre-Pétition