Accueil > Actualités > 21 mars : journée mondiale contre le racisme

Actualités

21 mars : journée mondiale contre le racisme

tract de la Confédération Générale du Travail

vendredi 10 mars 2006, par CGT Educ’Action 94

Depuis ses origines, le mouvement syndical s’est fermement engagé dans la lutte contre toutes les formes de racisme.
C’est son action dans l’évolution du droit du travail, la négociation collective, la protection sociale, le logement qui a fait avancer l’égalité des droits et la reconnaissance des diversités.

La France est dénoncée de toutes parts
(Amnesty Intenational, Conseil de l’Europe)
pour n’être plus tout à fait la patrie des Droits
de l’Homme. Fonctionnement de la Justice,
système pénitentiaire, actions arbitraires des
forces de l’ordre, situation des étrangers, discriminations,
elle est en cause dans tous ces
domaines.

Le racisme est un poison. Nous devons le
combattre, l’éradiquer. La Cgt, dès sa création,
a toujours fortement été engagée dans le combat
contre toutes les formes de racisme, dont
l’antisémitisme, l’esclavagisme, le colonialisme.
Sur fond de précarisation au travail, d’accroissement
de la misère, du chômage, le gouvernement
ne favorise pas l’expression des
solidarités mais au contraire, la recherche d’un
bouc émissaire, d’un responsable. Un raciste
est quelqu’un qui se trompe de colère. Le
refus de l’autre, parce qu’il est étranger, différent,
reflète l’angoisse du quotidien et la
crainte du futur.

En renforçant les mesures sécuritaires, en durcissant
la loi sur l’entrée et le séjour des étrangers
en France, en stigmatisant les jeunes des
banlieues et les populations immigrées, il
favorise les replis identitaires, l’exaspération
des communautarismes.

Le patronat, quant à lui, poursuit l’intérêt qu’il
a à diviser les salariés, pour réaliser toujours
plus de profits, et favoriser la mise en concurrence
des salariés.

Combattre le racisme passe par l’éradication
ou l’élimination des discriminations et des
exclusions qui frappent aujourd’hui des millions
de personnes. En matière d’emploi, de
logement, de citoyenneté, une autre politique
s’impose.

Combattre les discriminations, c’est aussi l’intérêt
de tous les salariés, face aux attaques tous
azimuts dont ils sont l’objet, et qui appelle au
rassemblement le plus large. Des outils existent,
une loi existe. Agissons pour son application.
La Cgt appelle à faire du 21 mars, journée
internationale contre le racisme, un temps fort
de débats, de rencontres et d’explications,
dans les entreprises, dans les unions locales et
les départements, pour dire haut et fort :


le racisme ne passera pas !
Exigeons l’égalité des droits pour tous !