Accueil > Actualités > Avec RESF mercredi 18 avril devant la Préfecture

Actualités

Avec RESF mercredi 18 avril devant la Préfecture

vendredi 20 octobre 2017, par CGT Educ’Action 94

En moins d’une semaine, le RESF 94 a mobilisé plusieurs délégations de lycées devant la préfecture du Val-de-Marne, ce mercredi 18 octobre. La plus fournie était celle du lycée Maximilien Perret d’Alfortville. Une délégation de 5 personnes dont un lycéen, plus Mme Aggoune vice-présidente du Conseil départemental, a été reçue par les représentants du préfet : une chargée de mission et le directeur de l’immigration et de l’intégration. Environ 2000 pétitions ont été déposées, d’autres arriveront bientôt.

La délégation a exprimé l’indignation des lycées devant la multiplication des refus de séjour, assortis d’obligation à quitter le territoire (OQTF), voire parfois avec interdiction de retour, en « réponse » aux demandes de régularisation : 12 parmi les 30 dossiers déposés en juin 2017, auxquels s’ajoutent des OQTF infligées à des élèves ayant déposé un dossier de demande individuellement, ou par le réseau avant juin dernier. Au total, au moins une vingtaine de jeunes dont les droits aux études et à construire leur avenir en France sont niés. La plupart sont encore au lycée, d’autres ont toutes les peines du monde à s’inscrire en fac où on leur demande un titre de séjour, d’autres enfin ont trouvé un patron d’apprentissage et une préinscription en CFA... mais le seul refus de la préfecture anéantit leur chance d’accomplir leur formation. Comme quoi, les beaux discours officiels sur l’apprentissage n’ont qu’une fonction : démanteler l’enseignement professionnel public.

A la demande de la délégation de ne pas assortir leur première décision sur un dossier d’une OQTF, afin de maintenir des échanges au bénéfice des jeunes, la préfecture oppose pour l’instant « la procédure », c’est-à-dire les « recours gracieux ». Les premiers retours desdits recours gracieux sont lamentables : confirmation du refus et de l’OQTF ! Autant dire qu’un retour devant la préfecture avec des délégations d’élèves, d’enseignants et de parents d’élèves des lycées s’annonce inévitable. Ce mercredi 18 octobre, ce n’était que la deuxième fois dans l’année. On reviendra.