Accueil > Actualités > Rentrée 2017 : En Marche pour les reculs Sociaux

Actualités

Rentrée 2017 : En Marche pour les reculs Sociaux

mercredi 30 août 2017, par CGT Educ’Action 94

Cette rentrée est la première de la Présidence Macron et de sa majorité En Marche.
En réalité, cette « marche » indique de nombreux reculs sociaux. À ce sujet, la CGT souhaite mettre en garde l’ensemble des salarié.es et les faire agir.

Nous sommes tou.tes informé.es des projets de réformes du Code du Travail. Elles seront, ainsi en a décidé l’Assemblée Nationale, mises en place à coup d’ordonnances, et donc sans débat parlementaire.
Parmi les modifications probables, il y a :
– le plafonnement des indemnités en cas de recours au Conseil des Prud’hommes ;
– la fusion des instances représentatives du personnel. Cela signifie un affaiblissement des prérogatives de chacune d’entre elles, notamment celles du Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ;
– la primauté des accords d’entreprise et de branche sur le Code du Travail, notamment en matière de temps de travail, de majoration des heures supplémentaires.
Ces ordonnances, on le voit, renforcent la réforme de 2015 que nous avions déjà combattu ensemble. Elles mettront aussi en place des dispositions que le gouvernement précédent n’avait pas pu faire passer.

Ces mesures concernent, bien sûr, les salarié.e.s du privé, mais ne croyons pas que le Président et son gouvernement épargneront les agents de la Fonction Publique.
Dès la campagne présidentielle a été fait l’annonce de la baisse de 120 000 emplois. En outre, la première mesure annoncée concernant les fonctionnaires est un nouveau gel du point d’indice, base de calcul de notre traitement, pour 2018. Sur les sept dernières années, seule l’année 2017 a connu une augmentation du point. Pour la plupart d’entre nous, c’est une baisse importante du pouvoir d’achat ! Celle-ci sera accentuée par l’augmentation de la CSG.

Pour ce qui concerne l’Éducation, plusieurs mesures sont mises en place dès cette rentrée mais sont toutes de fausses bonnes nouvelles :
– le dédoublement des CP en REP+ fait disparaître le dispositif « plus de maîtres que de classes » ;
– la possibilité pour les villes de revenir à la semaine de 4 jours casse le cadre national d’enseignement, dégrade les conditions de travail des enseignant.es et personnels territoriaux et les conditions d’étude des élèves ;
– la réforme du Collège que nous avions grandement critiquée, n’est en fait remise en cause qu’à la marge. En réalité, les nouvelles dispositions laissent plus de marge aux chefs d’établissement pour les contenus et les horaires… ;
– concernant la formation professionnelle, une réforme est en préparation pour octobre-novembre : les grandes lignes pourraient être un renforcement de l’apprentissage, un plus grand contrôle des régions et du patronat ;
– le ministère devrait également prendre prétexte des conditions catastrophiques d’affectation dans le supérieur pour mettre en place des formes renouvelées de sélection. Une réforme du bac pourrait être discutée cet automne ainsi que les règles d’affectation en université avec la mise en place de prérequis par filière.
– le nombre de contrats aidés devrait diminuer de moitié cette année. Il a été indiqué qu’il ne s’agirait pas des emplois liés à l’éducation. Cependant, nous ne pouvons qu’être très inquiets pour tous les emplois d’accompagnement des élèves en situation de handicap ainsi que pour les emplois administratifs des établissements.
– Enfin, le dernier pavé vient d’être lancé par le Ministre lui-même dans un entretien au Nouvel Observateur : la possibilité pour les chefs d’établissement de recruter les enseignant.es, soit un véritable recul pour l’équité de traitement des personnels.

Toutes ces raisons invitent la CGT-Educ’Action à appeler l’ensemble des personnels de l’Éducation à participer nombreux à la journée de grève et de manifestations organisée par la CGT le 12 septembre prochain.